Accueil / Santé connectée / produits / Glucomètre connecté / Quatre façons dont les objets connectés vont aider les diabétiques

Quatre façons dont les objets connectés vont aider les diabétiques

diabète

Le diabète est une maladie souvent méconnue. Les médecins de campagne, mal préparés ont parfois du mal à la détecter. Pourtant, autour du monde, 415 millions de personnes en sont atteintes. Une personne meurt du diabète toutes les sept secondes à travers la planète. Plus que le sida, la tuberculose ou la malaria. Cette maladie est impossible à oublier et impose des contraintes au quotidien. Mais les objets connectés peuvent peu à peu simplifier la vie des malades. 

Les diabétiques, un public très connecté

Beaucoup d’objets connectés souffrent d’une difficulté liées aux nouvelles technologies en général. Le public cible sur les produits innovants est souvent marginal. Par manque d’usage, d’informations, de connaissances techniques… Un constat qui est très différent pour les diabétiques et leurs proches. Depuis longtemps déjà, ceux-ci ont adopté les nouvelles technologies ou se montrent prêts à le faire. 

Selon une étude menée dès 2014, par la Fédération Française des diabétiques, 20% d’entre eux sont déjà équipés d’un objet connecté. 60% se déclaraient alors prêts à s’équiper rapidement. Le glucomètre connecté est souvent leur premier choix en terme d’équipement. Toutefois, beaucoup ont commencé à travers les applications pour smartphones. Près de 50% des diabétiques ont ainsi déjà téléchargé une application de santé.

Des chiffres qui devraient sans doute croître à mesure que l’offre continue de se développer. Or, on peut être sûr que ce sera le cas. En effet, rien qu’aux Etats-Unis, le coût du diabète est de plus de 245 milliards de dollars par an. Autant dire qu’il y a un véritable marché à saisir pour les fabricants.

Éviter les piqûres pour contrôler son taux de glucose

diabète wearable

Le principal champ de recherche pour les diabétiques concerne les glucomètres connectés. En effet, il s’agit de la tâche la plus contraignante pour les malades et c’est donc là qu’il faut améliorer la situation en priorité. Plusieurs projets et produits sont actuellement en développement. En voici trois.

Les idées de Google. Alphablet (ex-Google) avance sur au moins deux projets en simultané. Le premier est celui d’une lentille connectée qui permettrait de savoir son taux de glucose à n’importe quel moment. Le second est mené en collaboration avec Dexcom, il s’agit d’un dispositif à fixer sur le torse, de la taille d’un pansement. Aucune date n’a encore été communiquée pour ces deux projets.

La montre K’Track Glucose. Conçue par la start-up française PK Paris, cette montre connectée intègre un biocapteur qui permet au contact de la peau de connaître le taux de glucose sans qu’il n’y ait besoin de faire de piqûre. Les résultats s’affichent ensuite sur l’écran. La montre devrait sortir d’ici 18 à 24 mois.

Le patch SugarBEAT. Fixable n’importe où sur le corps, ce système mesure le taux de glucose grâce aux fluides interstitiels de la peau. Il est toutefois nécessaire de se piquer à chaque fois que l’on change le capteur pour qu’il se calibre. SugarBeat sera lancé d’ici la fin de l’année.

Orpyx, pour limiter les risques d’amputation

orpyx diabète

C’est souvent méconnu mais les diabètes courent le risque de devoir subir une amputation. Il s’agit, hors accidents de la première cause d’amputation en France. Plus de 8.000 cas en France en 2016. 5 à 10% des diabétiques perdront un orteil, un pied ou une jambe. Les yeux sont aussi touchés puisqu’il s’agit de la première cause de cécité chez les plus de 65 ans avec 1000 cas par an. C’est pour cela que l’annonce d’Orpyx en début d’année a apporté un certain soulagement aux malades.

Cette entreprise a mis au point une semelle connectée capable de détecter les risques d’ulcères, qui touchent 15 à 25% des diabétiques. Ceux-ci ne réalisent en effet pas qu’il y a un problème. Une mauvaise régulation du sucre entraîne une perte de sensibilité nerveuse. Si le pied n’est pas en “condition normale”, l’application prévient l’utilisateur qu’il y a un problème et qu’il faudrait mieux regarder de plus près. Il ne reste plus qu’à attendre que cette innovation technologique arrive en Europe.

Anticiper le diabète grâce aux nouvelles technologies

innovation santé en 2017 diabète

Deux types de diabète existent, le type 1 qui touche essentiellement les enfants et les jeunes adultes. Le type 2 apparaît plutôt chez les personnes de plus de 40 ans. Dans le premier cas, il n’y a pas ou peu de signes annonciateurs. Le second en revanche pourrait désormais être “anticipé”. C’est en tout cas le résultat d’une étude menée par des chercheurs de l’université de Stanford. En analysant, les données fournies par plusieurs wearables, ils ont découvert que l’on pouvait prédire quelques jours à l’avance, l’apparition de la maladie de Lyme ou encore du diabète. Ils travaillent aujourd’hui à la conception d’un algorithme, capable de réaliser cette analyse de façon automatiqu.

A plus long terme, l’objectif ne sera sans doute plus de comment gérer le diabète mais de le faire disparaître. Alors que chaque année, les promesses sans lendemain se multiplient, le changement est en route selon le MIT. En effet, parmi ses 10 projections sur les innovations qui vont changer le monde figurait cette année la thérapie génique. Le “gène-médicament” est déjà une réalité grâce à certaines entreprises. Mais le coût demeure encore une barrière pour l’instant. Une fois que cette technologie sera devenue plus accessible au grand public, les jours du diabète devraient être comptés.

Pour découvrir les dernières innovations en terme de santé connectée, les nouvelles technologies et les objets révolutionnaires, rendez-vous dans notre rubrique dédiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *