[CES]Time-C : une montre connectée qui prend soin de votre beauté

Montre connectée time-c

À l’aide d’une armée de capteurs, la montre connectée Time-C garde un œil sur tous les éléments présents dans l’air qui pourraient endommager votre peau.

On peut déjà protéger sa peau d’une surexposition aux rayons UV ou de la pollution de l’air grâce à des appareils connectés. Petit problème, il faut aujourd’hui en cumuler plusieurs pour bénéficier de tout ça. La startup française IEVA veut rectifier cela en combinant ces fonctionnalités (et beaucoup d’autres) dans un seul objet.

Baptisé Time-C, l’engin au design un peu rétro devrait ainsi nous aider à ralentir les signes de la vieillesse et le passage du temps. Avant que notre article ne ressemble trop à une pub pour L’Oréal, découvrons donc cette smartwatch.

Pour la Time-C, IEVA a opté pour une montre connectée hybride

Comme certains modèles Fossil, la Time-C est donc une montre connectée dite hybride. En ce sens, elle dispose d’aiguilles mécaniques. Mais contrairement à ses concurrentes, elle est capable d’analyser l’air.

Ainsi, on retrouve des capteurs de CO2 et de composés organiques volatils. Les mesures enregistrées sont ensuite recoupées avec les données du programme Copernicus de l’Union européenne. De plus, l’appareil suit la température ambiante, l’humidité, la luminosité ainsi que le niveau de nuisance sonore.

Enfin, la smartwatch vous protègera tout particulièrement des UV avec un suivi des rayons UVA et UVB, une alerte vous indiquant quand il faut vous mettre à l’ombre. L’idée est donc d’apprendre à l’utilisateur à entretenir sa peau et de l’orienter vers des soins correspondant à ses besoins.

Pour que vous preniez aussi soin de votre santé en général

Mais la Time-C ne se cantonne pas à la peau et propose la plupart des fonctions fitness d’une montre connectée hybride classique. Ainsi, on peut compter sur un capteur de fréquence ou encore un suivi des activités et du sommeil.

Un oxymètre de pouls permet de diagnostiquer une apnée du sommeil et d’en identifier les possibles causes environnementales.

Le niveau d’activité, la température, la fréquence cardiaque, l’humidité et les rayons UV sont directement consultables sur la montre (les aiguilles tournent pour indiquer leurs valeurs). Par contre, il faudra regarder le niveau de tous les autres facteurs sur son smartphone via une application mobile dédiée. Celle-ci donne également accès à de nombreux conseils pour garder la forme et une mine bien fraiche

Si elle vous intéresse, la montre connectée Time-C sera disponible à la vente vers la fin de l’année en trois finitions : Acier, Or rose et Or. Toutefois, il faudra compter entre 490 et 1000 euros pour l’obtenir.

Sources & crédits Source : https://www.engadget.com/2020/01/05/ievas-environment-monitoring-watch-protects-your-outer-beauty/ - Crédit : Photos : Dana Wollman/Engadget

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La NASA a trouvé un iceberg parfaitement rectiligne La NASA a publié le 17 octobre, sur son compte Twitter, une photo plutôt surprenante : un iceberg aux lignes droites et rectiligne. Lorsqu’il s’est détaché de la banquise, l’iceberg s’est transformé en rectangle parfait. Pas commun. Des angles droits et une surface bien lisse. Les scientifiques de la NASA sur place, n’en sont pas revenus. Ils ont l’habitude de voir des icebergs tabulaires mais jamais de lignes aussi droite. L’effet wow ne s’est pas fait attendre, et très vite l’image postée par le compte NASA ICE a créé l’engouement. Iceberg carré L’homme n’y est pour rien pour une fois, la banquise a fait son travail, lorsqu’elle devient trop lourde un peu comme un ongle qui serait trop long, elle casse et forme ces icebergs. Rassurez-vous l’agence américaine n’était pas sur place pour organiser une immense chasse aux icebergs qui ressemble à des parallélépipèdes rectangles. Comme quoi le hasard fait parfois bien les choses. Objectif initial de la mission : recenser en image l’Antarctique afin de mieux comprendre comment le réchauffement climatique affecte la banquise et comment la glace évolue. C’est à quelques kilomètres de la barrière Larsen que cet iceberg étrangement parfait est apparu. Selon les scientifiques, il a sûrement dû se détacher de la banquise, appelé Larsen C. Bien sûr nous ne pouvons pas connaître exactement sa taille même si la scientifique spécialiste de la banquise Kelly Brunt pense qu’il doit au moins mesuré 1km de long. Elle ajoute qu’il ne faut pas oublier qu’il ne s’agit ici que de la partie immergée de l’iceberg. Ces belles lignes blanches et rectilignes ne représentent donc que 10% de l’iceberg. Mais au vu de tels angles droit, la césure avec la banquise a dû se faire très récemment. Des paysages qui nous fascinent Ce n’est pas la première fois que la NASA nous surprend et nous émerveille devant la beauté glacée de ces paysages figés. Un magnifique couché de soleil surplombant les montagnes givrées, un iceberg en forme de cœur ou encore une eau bleu profond. L’antarctique a tant de mystères et de choses à nous apprendre sur notre environnement, son esthétisme n’est qu’un bonus. Avantage qui permet bien souvent à l’agence américaine de faire la lumière sur le réchauffement climatique ou sur la situation alarmante de la banquise.