Accueil / CES 2019 / The One, un piano connecté au CES 2016

The One, un piano connecté au CES 2016

Piano The One CES

Décidément, le CES 2016 s’annonce plein de surprises. En plus des portables, smartwatches et autres smart TVs, les objets connectés auront la part belle durant ce CES, tous… même un piano ! Perplexes ? Il s’appelle The One et il se destine avant tout aux apprentis pianistes.

The One : un piano au CES 2016…

Les grandes marques d’électroniques ne seront pas les seules à se retrouver au Consumer Electronic Show de 2016, qui animera Las Vegas dans quelques jours. De nombreux objets connectés, de différents horizons, y seront présents, y compris… un piano !

La musique connectée n’en est pas à son premier essai. Les instruments connectés, encore moins. Celui-ci est un piano se nomme The One (humilité quand tu nous tiens) et il se présente avant tout comme un vrai piano professionnel. Souvenez-vous, on vous en avait déjà parlé ici. Parmi les qualités mises en avant, on retrouve le poids des touches, la qualité du son stéréo, l’aspect classique du bois et, bien sûr, la présence des trois pédales. De plus, The One, en piano électrique, se dote de fonctionnalités plus intéressantes comme un métronome intégré et le contrôle du volume. Bref, un instrument intéressant mais pas vraiment original vis-à-vis de la concurrence.

Pour information, le piano intelligent est vendu à quelques 1.500€, tandis qu’il existe un modèle plus léger, nommé Light, seulement doté du clavier et disponible à 275€. Qu’est-ce qui justifie ce prix ? Eh bien… tout le reste !

Piano The One

… mais connecté !

Car The One n’est pas qu’un simple piano électrique : c’est un piano connecté. Et connecté ça veut dire qu’il fonctionne de paire avec n’importe quelle tablette iOS ou Android. Point question de l’utiliser avec un smartphone ici, puisque la connexion s’effectue via un port USB placé sur l’instrument. De plus,  la tablette se révèle bien plus utile que le téléphone puisqu’il s’agit ici de s’en servir comme d’une partition. En plus de télécharger de nouvelles musiques et de les afficher sur son écran, l’appli peut changer la tonalité de l’instrument, enregistrer les bandes-son jouées (en format MIDI ou simplement en mémorisant les touches) et agrémenter les partitions de signaux visuels qui aideront l’artiste à s’y retrouver et s’améliorer.

Et là, on touche à l’utilité principale de The One : l’aide aux musiciens débutants. Tout est mis en œuvre pour lui permettre d’apprendre facilement. Les musiques peuvent être lues par des partitions classiques ou, pour les moins doués en solfège (et comme on les comprend)  via des tutoriels dynamiques représentant directement le clavier. Pour les plus néophytes, l’application propose même des programmes d’entraînement pour apprendre à déchiffrer les partitions. Du reste, comme de nombreux autres modèles, les touches (ou selon le modèle, des portions du cadre) peuvent s’allumer de manière à indiquer au musicien quelles touches appuyer. A savoir que l’appareil est capable d’attendre que l’utilisateur ait pressé le bon ensemble de notes avant d’afficher les suivantes, de manière à ne pas le laisser tomber et lui permettre d’apprendre correctement et à son rythme.

Piano The One

1 commentaire

  1. Une arnaque de plus destinée à faire croire au candide qu’il peut apprendre le piano tout seul. Le seul qui a intérêt pour ce type de produits est son distributeur. Pour les autres, il s’agit là d’un gadget de plus qui décevra les candidats pianistes et sera vite oublié.
    La seule méthode rapide d’apprentissage du piano est la méthode Poisson : apprendre le piano en 24h. Je ne sais même pas si elle existe encore aujourd’hui, mais il y avait vraiment des résultats étonnants.
    Tous les autres, électroniques ou pas, sont des vendeurs de rêve…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La NASA a trouvé un iceberg parfaitement rectiligne La NASA a publié le 17 octobre, sur son compte Twitter, une photo plutôt surprenante : un iceberg aux lignes droites et rectiligne. Lorsqu’il s’est détaché de la banquise, l’iceberg s’est transformé en rectangle parfait. Pas commun. Des angles droits et une surface bien lisse. Les scientifiques de la NASA sur place, n’en sont pas revenus. Ils ont l’habitude de voir des icebergs tabulaires mais jamais de lignes aussi droite. L’effet wow ne s’est pas fait attendre, et très vite l’image postée par le compte NASA ICE a créé l’engouement. Iceberg carré L’homme n’y est pour rien pour une fois, la banquise a fait son travail, lorsqu’elle devient trop lourde un peu comme un ongle qui serait trop long, elle casse et forme ces icebergs. Rassurez-vous l’agence américaine n’était pas sur place pour organiser une immense chasse aux icebergs qui ressemble à des parallélépipèdes rectangles. Comme quoi le hasard fait parfois bien les choses. Objectif initial de la mission : recenser en image l’Antarctique afin de mieux comprendre comment le réchauffement climatique affecte la banquise et comment la glace évolue. C’est à quelques kilomètres de la barrière Larsen que cet iceberg étrangement parfait est apparu. Selon les scientifiques, il a sûrement dû se détacher de la banquise, appelé Larsen C. Bien sûr nous ne pouvons pas connaître exactement sa taille même si la scientifique spécialiste de la banquise Kelly Brunt pense qu’il doit au moins mesuré 1km de long. Elle ajoute qu’il ne faut pas oublier qu’il ne s’agit ici que de la partie immergée de l’iceberg. Ces belles lignes blanches et rectilignes ne représentent donc que 10% de l’iceberg. Mais au vu de tels angles droit, la césure avec la banquise a dû se faire très récemment. Des paysages qui nous fascinent Ce n’est pas la première fois que la NASA nous surprend et nous émerveille devant la beauté glacée de ces paysages figés. Un magnifique couché de soleil surplombant les montagnes givrées, un iceberg en forme de cœur ou encore une eau bleu profond. L’antarctique a tant de mystères et de choses à nous apprendre sur notre environnement, son esthétisme n’est qu’un bonus. Avantage qui permet bien souvent à l’agence américaine de faire la lumière sur le réchauffement climatique ou sur la situation alarmante de la banquise.