Accueil / CES 2019 / Terraillon présentera un nouvel objet connecté au CES 2016 : OMNI

Terraillon présentera un nouvel objet connecté au CES 2016 : OMNI

terraillon-omni

Terraillon, spécialiste dans le domaine de la santé et du bien-être présentera en janvier au CES un nouveau produit : Omni. La marque française qui conçoit des objets connectés dédiés à faciliter notre quotidien, a crée une lampe qui améliore notre sommeil et notre réveil. 

OMNI améliore et analyse votre sommeil

Omi terraillon

Cette lampe connectée à luminothérapie se sert de sa lumière pour vous aider à vous endormir ou vous réveiller. Plus la lumière se rapproche de la lumière blanche du soleil, plus votre réveil sera favorisé et en douceur. A l’inverse, plus la lumière s’assombrit et se rapproche de la lumière crépusculaire (orangée), plus vous aurez sommeil.

Mais ça c’est ce que propose déjà d’autres modèles de lampes présents sur le marché me diriez-vous!

Les caractéristiques d’OMNI de Terraillon

Dans un premier temps sa puissance lumineuse sera plus élevée pour une plus grande efficacité. Mais sa plus grande caractéristique innovatrice est la batterie de capteurs (température, luminosité, humidité et bruit) intégrée pour vous donner une analyse de votre sommeil. L’application Terraillon Wellness Coach permettra d’améliorer la qualité de votre sommeil grâce à des conseils en adéquation avec l’analyse. Et pour se qualifier de réveil, Omni sera également équipé d’une enceinte bluetooth qui pourra diffuser vos musiques mais surtout vous créer une ambiance sonore propice a l’endormissement ou au réveil. 

La liste de ses fonctionnalités n’est pas exhaustive puisque la marque est restée très discrète sur son innovation. Il faudra attendre le CES 2016 pour en savoir plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La NASA a trouvé un iceberg parfaitement rectiligne La NASA a publié le 17 octobre, sur son compte Twitter, une photo plutôt surprenante : un iceberg aux lignes droites et rectiligne. Lorsqu’il s’est détaché de la banquise, l’iceberg s’est transformé en rectangle parfait. Pas commun. Des angles droits et une surface bien lisse. Les scientifiques de la NASA sur place, n’en sont pas revenus. Ils ont l’habitude de voir des icebergs tabulaires mais jamais de lignes aussi droite. L’effet wow ne s’est pas fait attendre, et très vite l’image postée par le compte NASA ICE a créé l’engouement. Iceberg carré L’homme n’y est pour rien pour une fois, la banquise a fait son travail, lorsqu’elle devient trop lourde un peu comme un ongle qui serait trop long, elle casse et forme ces icebergs. Rassurez-vous l’agence américaine n’était pas sur place pour organiser une immense chasse aux icebergs qui ressemble à des parallélépipèdes rectangles. Comme quoi le hasard fait parfois bien les choses. Objectif initial de la mission : recenser en image l’Antarctique afin de mieux comprendre comment le réchauffement climatique affecte la banquise et comment la glace évolue. C’est à quelques kilomètres de la barrière Larsen que cet iceberg étrangement parfait est apparu. Selon les scientifiques, il a sûrement dû se détacher de la banquise, appelé Larsen C. Bien sûr nous ne pouvons pas connaître exactement sa taille même si la scientifique spécialiste de la banquise Kelly Brunt pense qu’il doit au moins mesuré 1km de long. Elle ajoute qu’il ne faut pas oublier qu’il ne s’agit ici que de la partie immergée de l’iceberg. Ces belles lignes blanches et rectilignes ne représentent donc que 10% de l’iceberg. Mais au vu de tels angles droit, la césure avec la banquise a dû se faire très récemment. Des paysages qui nous fascinent Ce n’est pas la première fois que la NASA nous surprend et nous émerveille devant la beauté glacée de ces paysages figés. Un magnifique couché de soleil surplombant les montagnes givrées, un iceberg en forme de cœur ou encore une eau bleu profond. L’antarctique a tant de mystères et de choses à nous apprendre sur notre environnement, son esthétisme n’est qu’un bonus. Avantage qui permet bien souvent à l’agence américaine de faire la lumière sur le réchauffement climatique ou sur la situation alarmante de la banquise.