Accueil / Loisir / Quand pourrons-nous utiliser un skate volant de Retour vers le Futur ?

Quand pourrons-nous utiliser un skate volant de Retour vers le Futur ?

hoverboard skate volant

On en rêve tous. Pouvoir imiter Marty MacFly de Retour vers le Futur en sautant sur un skate volant. Pour les ingénieurs, réaliser un engin capable de léviter et sur lequel on peut se déplacer, représente un challenge de taille. De nombreuses entreprises revendiquent avoir inventé un véhicule s’en approchant. Mais quels sont les prototypes les plus avancés ? Quels sont les défis qui restent à relever ? Le skate volant peut-il être l’avenir de nos déplacements urbains ? Que manque-t-il encore pour transformer ce concept de science-fiction en réalité ? On fait le point sur les avancées technologiques dans ce domaine futuriste.

Le mercredi 21 octobre 2015. C’est, selon Robert Zemeckis, le scénariste de Retour vers le Futur II, une date à laquelle on aurait du tous être à même de se déplacer en skate volant dans les rues de nos villes. Plus d’un an plus tard pourtant, ceux-ci ne font pas partie de notre quotidien. Ils sont davantage, un rêve et un buzz permanent qu’entretiennent les médias et les entreprises. De façon régulière, elles sont nombreuses à annncer avoir fait des progrès dans ce domaine ou à présenter un prototype.

Plusieurs projets de skate volant en lice

Dès 2010, une réplique exacte du skate volant de Marty MacFly avait été réalisée par l’artiste français Nils Guadagnin. Sa planche se maintenait en lévitation grâce à un couple d’électro-aimants à l’avant et à l’arrière de la planche. Mais cette création n’était pas assez puissante pour porter un homme.

Depuis, plusieurs entreprises se sont lancées le défi de réussir à mettre sur le marché un skate volant fonctionnel.  Etre le premier à proposer un véhicule défiant ainsi la gravité permettrait de gagner à jamais le cœur des fans de “Retour vers le Futur” mais aussi de technologie futuriste.

Ainsi en juin 2015, Lexus, la division de luxe du constructeur automobile Toyota, présentait “Slide”. Ce skate volant ou hoverboard utilisait la lévitation magnétique comme l’expliquaient ses ingénieurs. « L’Hoverboard Lexus utilise la lévitation magnétique pour atteindre d’incroyables mouvements sans la moindre friction. De l’azote liquide refroidit les supraconducteurs et les aimants, combinés par Lexus pour créer l’impossible. » Une technologie dérivée du système de lévitation sur coussin d’air utilisée par l’Aérotrain, un projet futuriste développé dans les années 80 par l’entreprise Bertin en France. Mais l’engin de Lexus en est pour l’instant resté au stade du prototype. Il souffrait de deux inconvénients majeurs : une autonomie très limitée (une dizaine de secondes) et l’obligation de l’utiliser sur une piste aimantée. Rédhibitoire pour un usage urbain donc pour ce qui était plus une opération de communication qu’autre chose.

arcaboard skate volant a helices hoverboard prix acheter vente

En décembre 2015, un autre projet était mis sur le marché par l’entreprise ARCA. Cet “Arcaboard”, équipé de 36 ventilateurs permettait de se déplacer sur toutes les surfaces. Si c’est sans doute l’un des projets les plus prometteurs à l’heure actuelle, il souffre toutefois de plusieurs handicaps de taille. Ses dimensions tout d’abord : 145 cm x 76 cm x 15 cm. Son prix surtout. 14,900 dollars pour la planche et 4,500 dollars additionnels pour un bloc capable de la recharger en 60 minutes. Près de 20.000 dollars donc pour cet engin qui ne s’adresse pas à toutes les bourses.

Les meilleurs protoypes de skate volant

Deux prototypes se partagent à l’heure actuelle les faveurs des fans avec deux technologies différentes. Le premier réalisé par l’entreprise Hendo qui en est à son deuxième modèle. Il opère grâce à des champs magnétiques opposés, qui permettent de mettre la planche en lévitation à 3cm du sol et de la faire avancer dans toutes les directions. Même si Hendo en est encore au stade du protoype, la qualité du projet lui a permis de recevoir l’aval du célèbre skateur Tony Hawk et de Bob Gale, l’inventeur du concept dans Retour vers le Futur.

Le second est l’oeuvre de l’entreprise Omnio. Il fonctionne grâce à 8 hélices et l’orientation se fait avec les pieds. Mais une démonstration à Paris en juin dernier a failli tourner à la catastrophe suite à la surchauffe d’une hélice.


Paris : il vole en Hoverboard et ….. par leparisien

Parmi les projets un peu fou, on trouve aussi celui de Robert Haleluk. En 2013, il a tenté de lever 1 million de dollars sur le site de crowdfunding Indiegogo pour créer un skate volant hoverboard d’ici 2015. Depuis ? Aucune nouvelle. Google X, le laboratoire d’innovation de Google a aussi longtemps travaillé sur un projet de skate volant. Les ingénieurs ont finalement abandonné le projet devant l’impossibilité de stabiliser l’engin.

Repousser les limites du skate volant

La principale limite est aujourd’hui celle de l’autonomie. Quasiment aucun modèle ne permet d’imaginer d’utiliser le skate volant comme un moyen de transport comme les autres. Le record du monde du vol le plus long en hoverboard est à l’heure actuelle détenu par le français Francky Zapata. Le 30 avril, il a ainsi parcouru 2252 mètres à Sausset-les-Pins près de Marseille avec son Flyboard Air. Si son engin peut atteindre les 150 km/h, son autonomie n’est que d’une dizaine de minutes. Par ailleurs, la voie des airs semble plutôt la destination de l’inventeur qui a aisi expliqué que son but est : « d’atteindre les nuages. Comme faire du snowboard dans la poudreuse, mais dans les nuages. C’est mon rêve, et je ferai au mieux pour le réaliser.»

Il faudra donc attendre encore un peu pour que les skates volants entrent dans nos vies quotidiennes. Il faudra tout d’abord soit inventer de nouvelles batteries plus puissantes pour les modèles basés sur les aimants ou améliorer la stabilisation pour les modèles à hélices. Aucun doute que de nombreux inventeurs vont continuer à se pencher sur le sujet et à nous faire rêver !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *