Accueil / CES 2018 / Robomart, le véhicule autonome qui délivre des fruits et légumes au CES

Robomart, le véhicule autonome qui délivre des fruits et légumes au CES

Robomart, véhicule autonome, fruits et légumes, épicerie, CES 2018

Ce vendredi 12 janvier, le CES 2018 touche à sa fin et avec lui l’animation de l’Eureka Park qui accueille 800 stands. Parmi ceux-ci, un projet a particulièrement fait sensation : le Robomart. Ce véhicule autonome vend des fruits et légumes frais, à la manière d’une épicerie motorisée.

Alors que le CES se termine aujourd’hui, on se rend mieux compte des tendances ayant rythmé le salon. Parmi elles, les moyens de transport connectés ont retenu l’attention. Un véhicule autonome a cependant réussi à se démarquer des autres par son concept : le Robomart. Ce food truck sans conducteur joue le rôle d’une épicerie sur roues, puisqu’il permettra d’acheter fruits et légumes frais.

Un véhicule autonome sous forme d’épicerie 2.0

Avec le Robomart, les jours de marché bondé pourraient bien arriver à leur fin. Connecté à une application pour smartphones, le véhicule autonome pourra être appelé à n’importe quel moment. Une fois le “marché” ouvert, l’utilisateur choisit les produits qui l’intéressent et est par la suite facturé en ligne. Cette épicerie 2.0 est évidemment équipée d’un système de réfrigération qui gardera les fruits et légumes au frais. Le Robomart ne se contente d’aller d’un point A à un point B, puisqu’il récupère et conserve les informations d’achats. Cela devrait permettre au véhicule autonome de refaire ses stocks automatiquement. L’épicerie sur roue pourra également communiquer avec les clients, les employés et les forces de l’ordre en cas de besoin.

Le Robomart sur la route californienne toute la sainte journée

Robomart, véhicule autonome, fruits et légumes, épicerie, CES 2018

À la manière des robots de LG, l’entreprise espère faciliter la vie des habitants. Toujours à l’état de prototype aujourd’hui, le Robomart pourrait arriver sur les routes de la Californie d’icmi-2018. En pleine négociation avec la municipalité, la société compte sur ses partenariats pour mener son projet à bien. En effet, l’épicerie sur roues fonctionne grâce aux technologies de Lidar et Nvidia. Le premier s’occupe du déplacement de la machine et de son repérage dans l’environnement. Dans le cas du constructeur de cartes graphiques, c’est une intelligence artificielle poussée qui est fournie. On parle ici d’un niveau 5 sur l’échelle du véhicule autonome. Si on sait que 2018 devrait voir le déploiement du Robomart, aucun prix d’achat ou de location n’a été révélé.

Sources & crédits Source : https://newatlas.com/sae-autonomous-levels-definition-self-driving/49947/ - Crédit :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La NASA a trouvé un iceberg parfaitement rectiligne La NASA a publié le 17 octobre, sur son compte Twitter, une photo plutôt surprenante : un iceberg aux lignes droites et rectiligne. Lorsqu’il s’est détaché de la banquise, l’iceberg s’est transformé en rectangle parfait. Pas commun. Des angles droits et une surface bien lisse. Les scientifiques de la NASA sur place, n’en sont pas revenus. Ils ont l’habitude de voir des icebergs tabulaires mais jamais de lignes aussi droite. L’effet wow ne s’est pas fait attendre, et très vite l’image postée par le compte NASA ICE a créé l’engouement. Iceberg carré L’homme n’y est pour rien pour une fois, la banquise a fait son travail, lorsqu’elle devient trop lourde un peu comme un ongle qui serait trop long, elle casse et forme ces icebergs. Rassurez-vous l’agence américaine n’était pas sur place pour organiser une immense chasse aux icebergs qui ressemble à des parallélépipèdes rectangles. Comme quoi le hasard fait parfois bien les choses. Objectif initial de la mission : recenser en image l’Antarctique afin de mieux comprendre comment le réchauffement climatique affecte la banquise et comment la glace évolue. C’est à quelques kilomètres de la barrière Larsen que cet iceberg étrangement parfait est apparu. Selon les scientifiques, il a sûrement dû se détacher de la banquise, appelé Larsen C. Bien sûr nous ne pouvons pas connaître exactement sa taille même si la scientifique spécialiste de la banquise Kelly Brunt pense qu’il doit au moins mesuré 1km de long. Elle ajoute qu’il ne faut pas oublier qu’il ne s’agit ici que de la partie immergée de l’iceberg. Ces belles lignes blanches et rectilignes ne représentent donc que 10% de l’iceberg. Mais au vu de tels angles droit, la césure avec la banquise a dû se faire très récemment. Des paysages qui nous fascinent Ce n’est pas la première fois que la NASA nous surprend et nous émerveille devant la beauté glacée de ces paysages figés. Un magnifique couché de soleil surplombant les montagnes givrées, un iceberg en forme de cœur ou encore une eau bleu profond. L’antarctique a tant de mystères et de choses à nous apprendre sur notre environnement, son esthétisme n’est qu’un bonus. Avantage qui permet bien souvent à l’agence américaine de faire la lumière sur le réchauffement climatique ou sur la situation alarmante de la banquise.