Accueil / Loisir / Drones / Robofly, le premier insecte robotique volant sans câbles

Robofly, le premier insecte robotique volant sans câbles

Robofly

Conçu par des chercheurs de l’université de Washington Robofly est un robot miniature qui peut se déplacer grâce à un rayon laser dirigé sur sa cellule photovoltaïque.

Jusqu’à quel point peut-on miniaturiser un robot autonome ? Robofly en donne en début de réponse. Ce microrobot, qui s’inspire d’un insecte, se déplace grâce à de petites ailes similaires à celles d’une libellule. Si c’est encore un « work in progress », il ouvre de nombreuses possibilités.

Robofly robot volant tailler insecte

Robofly : de la science-fiction à la réalité

C’est le futur de la robotique miniaturisée qui pourrait être en train de s’écrire sous nos yeux. Les chercheurs y travaillent depuis longtemps. Il faut dire que les bénéfices potentiels sont importants. Surveiller des zones de grande ampleur de façon discrète, entrer dans des zones trop petites ou trop dangereuses pour être accessibles… Cependant, jusqu’à présent, les robots de la taille d’un insecte et sans fil étaient réservés à Hollywood. Les choses changent comme le montre le projet Robofly.

 « Jusqu’à aujourd’hui, le concept d’un robot volant sans fil de la taille d’un insecte relevait de la science-fiction. Serait-on un jour capable de les faire fonctionner sans câble ? Notre nouveau robot sans fil Robofly montre que nous en sommes très proches » explique Sawyer Fuller, professeur assistant à l’université de Washington et co-auteur du projet.

D’autres modes de propulsion à l’étude

Concrètement, ce robot est révolutionnaire parce qu’il n’a pas besoin de câble. Jusque-là, l’alimentation était le problème principal. Trop petit pour embarquer une source d’énergie autonome, les chercheurs ne trouvaient pas d’alternative. Ils ont toutefois réussi partiellement avec Robofly. Il tient dans la main et fait le poids d’un cure-dents. Sa source d’énergie ? Un rayon laser dirigé sur la cellule photovoltaïque qu’il embarque. Un circuit électronique embarqué amplifie les 7 volts pour les transformer en 240 volts. Cela permet alors d’actionner le mécanisme des ailes… Un microcontrôleur sert ensuite de cerveau au robot. Il explique aux ailes comment et à quelle vitesse s’activer afin de faire voler le robot.

A l’heure actuelle, le résultat reste toutefois encore limité. Le Robofly peut seulement décoller et atterrir. L’alimentation se coupe dès que le laser n’est plus détecté par la cellule photovoltaïque. Pas vraiment l’idéal d’un point de vue de l’autonomie. En conséquence, les chercheurs étudient actuellement d’autres modes d’alimentation qui pourraient être utilisés. Parmi les solutions envisagées on trouve notamment les fréquences radio ou encore une petite batterie. Cela permettrait d’avoir un mode d’alimentation spécifique selon les besoins du moment. Parmi les objectifs des chercheurs, développer un robot capable de détecter le méthane. « Comme les vraies mouches qui se déplacent en cherchant des odeurs ».

Le robot sra présenté au public le 23 mai prochain à l’occasion de la conférence internationale sur la Robotique et l’Automatisation à Brisbane en Australie.

Sources & crédits Source : Science Daily - Crédit : https://www.sciencedaily.com/releases/2018/05/180515142516.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *