Accueil / Maison connectée / Notre future maison sera-t-elle vraiment intelligente ?

Notre future maison sera-t-elle vraiment intelligente ?

quelle maison intelligente 1

Depuis que les objets connectés ont envahi notre vie quotidienne, on entend souvent que ceux-ci vont changer notre vie et améliorer la qualité de celle-ci… Finalement, nous sommes éblouis par les avancées qu’ils présentent sans vraiment se questionner sur ce qui fait, dans son ensemble, qu’une maison peut être considérée comme réellement autonome et intelligente. Car si, on nous assure que nous allons pouvoir tout contrôler avec notre smartphone… Quelle est la différence entre allumer une ampoule avec son smartphone et appuyer sur un interrupteur comme au bon vieux temps ?

quelle maison intelligente 4

Finalement, avant s’extasier sur une maison intelligente, ne devrait-on pas se demander ce qu’elle nous apporte concrètement ? Car, si ces avancées nous font entrer dans le futur, pas sûr qu’elles nous fassent gagner du temps… Alors suivez-nous, que nous parlions un peu de l’autonomie réelle des objets connectés qui envahissent nos foyers.

Quand les objets connectés se multiplient…

Le véritable problème qui se pose avec les objets connectés, est la multiplicité des applications qu’elles nécessitent… Un seul objet a besoin pour fonctionner, pour le moment, d’une application associée, alors comment s’en sortir si l’on doit gérer une application par ampoule ? Non seulement cela va devenir lourd à supporter pour le smartphone mais cela complique finalement pas mal l’utilisation de ces objets ! Alors que l’on dit ces objets connectés “intelligents”, ceux-ci nécessitent quand même beaucoup d’actions : car si l’on peut se vanter de contrôler sa lumière avec son smartphone, quelle est la différence avec l’action de fermer la lumière soi-même, à part quelques pas à faire ?

Ce n’est pas nouveau, les objets connectés nous rendent flemmards… Pourtant, ils nous compliquent aussi beaucoup la vie… Car pour le moment, ne sont développés que des objets connectés à une fonction unique, dont l’application doit être complété par une action humaine… Comment parler de maison autonome alors que l’utilisateur fait finalement une action, alors certes sur son smartphone, mais une action quand même !

quelle maison intelligente 2

Par exemple, lorsque nous parlons de thermostats intelligents, ceux-ci deviennent “intelligents”, mais seulement parce qu’ils ont l’ordre au préalable de fonctionner d’une manière bien précise en fonction des paramètres que lui aura donné son utilisateur. Une véritable thermostat intelligent va adapter son action en fonction de ce qu’il observe dans la maison, mais cela nécessite donc, l’ajout d’une intelligence artificielle ou d’un algorithme d’apprentissage. Peut-on parler d’objet connecté quand même ?

Le second problème que pose les objets connectés au quotidien, réside dans le fait qu’ils permettent d’effectuer une action unique, alors qu’il serait bien plus pratique de concevoir des objets connectés hybrides afin de désengorger les maisons. Et lorsque les objets connectés seront en mesure d’apprendre par eux-mêmes, dans ce cas précis et seulement dans celui-ci nous pourront parler d’une véritable maison intelligente !

Comment aborder la maison intelligente du futur ?

quelle maison intelligente 5

Afin de concevoir une maison intelligente, il faut penser à la praticité et à son fonctionnement couplé à d’autres objets connectés… Car si une ampoule peut détecter les mouvements dans la maison, non seulement elle va permettre des économies d’énergie sans que l’utilisateur ait besoin de gérer les paramètres, mais elle va surtout rendre obsolète les détecteurs de mouvements et autres systèmes d’alarme ! L’utilisateur pourra donc recevoir sur son smartphone des alertes envoyées par son ampoule connectée pour le prévenir d’une intrusion. De la même manière les vitres intelligentes qui se teintent lorsqu’il y a du soleil, vont rendre inutiles les volets.

De la même manière, en implantant dans les objets connectés un certain nombre d’algorithmes d’apprentissage voire même une forme d’intelligence artificielle, même peu développé, on pourra parler d’un objet connecté autonome. Ils pourront apprendre les habitudes de vie de ses utilisateurs et anticiper leurs besoins sans qu’une action complémentaire ne soit obligatoire. Ces objets qui seront à présents autonomes, ne seront plus un simple objet connecté piloté par un smartphone mais un acteur, donc un objet actif dans la gestion de la maison que ce soit au niveau de la gestion de sa consommation électrique ou alors de sa sécurité par exemple.

Dans son ensemble, il est nécessaire de revoir comment faire interagir les objets connectés entre eux pour développer une véritable maison intelligente. Si celle-ci arrive à apprendre des comportements de ses utilisateurs et à anticiper un certain nombre d’actions comme allumer le chauffage lorsque les enfants vont prendre leur bain ou de déclencher la lumière lorsque l’on entre chez soi, on pourra parler d’une maison autonome et intelligente. Celle-ci pourra réduire la consommation énergétique d’une maison grâce à ses propres apprentissages et il faudrait également développer des objets connectés capables d’interagir entre eux sans l’action extérieure de l’utilisateur.

quelle maison intelligente 3

Finalement, nous vivons dans un monde futuriste, certes, mais très compliqué. Les avancées se dont faites dans la manière d’utiliser les objets du quotidien, mais pas forcément dans le gain de temps et d’actions que les objets connectés permettent. On nous annonce le début d’une nouvelle avec notamment des maisons intelligentes, mais l’impact sur nos vies quotidiennes n’est pas du tout visible, au contraire ! Les fabricants multiplient les objets connectés à fonction unique ce qui ne simplifie finalement pas du tout la vie quotidienne, mais multiplient les actions qui étaient déjà présentes dans nos maisons classiques. Alors, il faudrait peut-être revoir dans son fondement la manière dont sont pensé les maisons intelligentes.