Accueil / Bébé - Puériculture / [Dossier] Ecole du futur : quels changements pour 2050 ?

[Dossier] Ecole du futur : quels changements pour 2050 ?

image ecole du futur 7

Ecole du futur. Nous entendons souvent que les nouvelles technologies sont en train de bouleverser notre quotidien… Mais pendant que certains secteurs sont investi par les nouvelles technologies, d’autres, comme l’éducation par exemple, sont plus en retrait. Pourtant, à la vue des lycéens et des étudiants qui ne se reconnaissent plus dans notre système d’éducation, jugé trop archaïque et qui n’est plus du tout en phase avec les aspirations et surtout les projets de vie des jeunes !

Grâce à l’Internet des Objets et les nouvelles innovations, de plus en plus impressionnantes, nous avons pourtant un formidable terreau pour repenser en profondeur notre manière de voir l’éducation des générations futures.

Alors si certains projets-test sont déjà mis en place dans des classes du Grand Paris Seine Ouest et par la Canopée de l’Académie de Versailles, nous sommes encore loin d’une éducation exemplaire ! Nous aimerions donc vous présenter dans ce dossier, ce que pourrait être le futur de nos écoles. En alliant les nouvelles technologies avec une autre manière de concevoir l’apprentissage, il est possible de redonner aux prochaines générations leur curiosité et surtout, le goût de la connaissance.

Donner l’envie d’apprendre

L’éducation telle que nous la connaissons aujourd’hui, souffre d’un hiatus entre l’école que notre société a imaginé mettre en place et ce qu’elle est devenue. Le problème est, que nos chers politiciens imaginent que nous possédons en France, une école laïque, qui laisse la place à l’égalité des chances, et qui suit le principe de l’apprentissage pour tous… Malheureusement, de nos jours, Éducation Nationale rime surtout avec injustice, régression des “mauvais” élèves, impossibilité pour d’autres d’aller plus loin que le programme imposé, …

image ecole du futur 2

Finalement, trop d’homogénéité, tue le développement personnel de chaque élève en tant qu’individu et fait régresser l’ensemble de la génération. D’une manière générale, il faut en finir avec la classe dans laquelle les enfants écoutent passivement le maître déblatérer son savoir et en finir avec les notations qui sanctionnent les élèves dans l’immédiat. La notation devra se faire par rapport aux objectifs personnels de l’enfant et non par rapport à une majorité d’élèves, qui peuvent être très différents… Dans l’école du futur, il faut distinguer la réussite immédiate de l’accomplissement personnel.

En France, nous sommes enfermé dans les contraintes de genres et d’évaluations, notamment dans les universités où les étudiants doivent maîtriser le difficile exercice de la dissertation. Pourtant ce genre ne trouve de réponse que chez les doctorants, français ! Cet exercice de haut-vol n’existe dans aucun autre pays… Pourquoi ne pas retourner à un apprentissage bien plus ludique, même pour les hautes études, de la même manière que l’Université de Laval au Québec, par exemple.

L’école du futur devra donc développer des mises en situations pour que l’élève retrouve le goût d’apprendre sans craindre une sanction. Grâce à internet et aux objets connectés qui décuplent l’interactivité, il est facilement possible de mettre en place des ateliers ludiques et connectés pour, enfin, sortir des sentiers battus. Ainsi, notre école du futur devrait ressembler à un immense bouillon de culture dans lequel les enfants apprennent à penser par eux-mêmes sans apprendre des listes de dates historiques ou de tables de multiplication.

image ecole du futur 8

L’arrivée des tablettes et autres supports intelligents, devrait également permettre aux enseignants de pouvoir passer du temps avec chaque élève et de le faire avancer individuellement, pendant que les autres pourront poursuivre le programme commun. En effet, on demande souvent aux enseignants d’être présent auprès de chaque élève, même lorsqu’ils doivent gérer plus de 40 élèves à la fois. Autant dire, mission impossible. Dans l’école du futur, avec les tablettes, par exemple, les élèves pourront travailler de manière autonome tout en laissant du temps au professeur pour qu’il joue son rôle d’accompagnateur.

Enseignement horizontal plutôt que vertical

Au delà d’une simple révolution numérique qui va secouer dans quelques années le domaine de l’éducation en France, c’est une restructuration en profondeur que nous allons voir s’opérer dans l’école du futur… Et dans notre manière-même de concevoir le savoir et sa transmission. Depuis plusieurs décennies, nous sommes habitués à apprendre les faits historiques de manière chronologique, sans vraiment faire de lien entre des évènements emblématiques parce qu’ils sont éloignés dans le temps ou éloignés culturellement.

image ecole du futur 1

Et il est vrai, que si l’on vous demandait de citer plusieurs figures historiques emblématiques d’il y a cent ans, il est fort probable que ce soit le vide intersidéral dans votre cerveau à ce moment-là. C’est pourquoi, un jeune blogueur américain, Tim Urban, a développé sur son site Wait but Why, une autre manière de concevoir l’histoire et sa chronologie. Il propose donc une Histoire horizontale, plutôt qu’une Histoire verticale, dans laquelle on se perd et on s’emmêle les pinceaux !

“L’histoire est un enchevêtrement géant de milliers d’histoires entrelacées impliquant des millions de personnages, des chapitres innombrables, et beaucoup, beaucoup de narrateurs.”
raconte Tim Urban sur son blog.

Finalement, l’idée est de mettre en relation des personnages qu’ils soient de cultures ou civilisations différentes, ainsi, nous pouvons non seulement faire des découvertes étonnantes, mais surtout redécouvrir notre histoire et comprendre certains enjeux grâce à un regard neuf. Tim Urban montre dans son blog qu’il tire des conclusions parfois étonnantes : “Donc Darwin aurait vu Twain comme un jeune enfant et aurait serré sa main de vieil homme à Gandhi depuis son fauteuil à bascule sous son porche. En revanche, Nietzsche aurait vu chez Marx un homme de l’âge de son père et Freud comme un contemporain, mais un peu plus jeune.” Voilà de quoi dépoussiérer l’Histoire de notre humanité.

Cet exemple concret d’apprentissage horizontal, devrait se généraliser dans de nombreux domaines d’ici à 2050 et devenir un des changements majeurs dans l’école du futur. Cette révolution de l’apprentissage en lui-même ne va pas seulement prendre possession de l’Histoire, mais également de domaines importants dans l’ouverture des jeunes à la culture, comme les musées par exemple. En effet, avec la démocratisation de la réalité Virtuelle, on devrait voir apparaître des expositions qui favorisent l’interactivité et la participation des visiteurs. Fini les collections immobiles aux murs, mais des plongées au cœur-même des sujets à travers les casques de réalité virtuelle.

Et la place d’internet dans tout cela ?

Un des outils essentiels et incontournables de l’école du futur reste internet. Non seulement, il sera de plus en plus présent mais il est déjà dans le quotidien des élèves en France aujourd’hui. Pourtant il peut représenter un danger pour nos enfants surtout s’ils n’y sont pas bien préparés. Ce qui fait la magie d’internet et son plus grand danger à la fois, c’est qu’il est la définition même de ce qu’est la liberté d’expression, tout le monde peut y participer et cela donne la plus grande des bases de données que l’on pourrait trouver.

Dans l’école du futur, le partage en réseau et les recherches sur internet ne doivent pas être une fin en soi mais un moyen pour l’enfant d’apprendre à réfléchir par soi-même. Il faut chercher plus loin et chercher à construire ce que l’élève deviendra. Ainsi, internet ne doit pas être une finalité de l’immédiat mais un outil qui servira pour l’enfant dans le futur.

image ecole du futur 6

Il y a quelques années, il a même permis de faire voir le jour à une autre sorte d’école du futur, immatérielle cette fois, ce sont les MOOCs (Massive Open Online Courses). Ce sont des cours ouverts à tous et qui se partagent dans le monde entier, cette année, plus de 3 millions d’élèves se sont inscrits en ligne pour suivre les cours de la plateforme Coursera. Cette nouvelle manière d’apprendre va nécessiter une réorganisation de la manière dont se passe les cours habituellement, et surtout demander plus d’implication aux nouveaux professeurs en ligne… Malheureusement, la France se trouve très en retard dans ce domaine et devrait vite y prendre part.

De la même manière, la formation de certains métiers pourront se faire totalement à distance, de la même manière que l’école du futur de chirurgiens en ligne développée par le docteur Shavi Ahmed. Celle-ci, en utilisant la réalité virtuelle pour immerger les étudiants va permettre de leur apprendre sans risquer la vie d’un patient, mais surtout de faire accéder certains pays pauvres ou isolés pour des raisons géo-politiques ou autre, à une formation de pointe.

Finalement, l’apprentissage à distance va permettre au savoir de se démocratiser réellement, enfin, pas complètement, puisque la connexion internet restera la dernière barrière à l’accès à la connaissance. Il faut d’ailleurs noter, le projet Loon des firmes Mountain View et Google, de développer un réseau internet à très bas coût pour offrir un accès à internet à tous les pays, même les plus isolés.

image ecole du futur 3

Ecole du futur : qu’est-ce que cela signifie pour la France ?

Concrètement, que signifie le terme “école du futur” en France ? Quels changements majeurs allons-nous voir apparaître ? Cela va sûrement être un changement total dans la manière d’organiser les classes et aussi de transmettre l’information. La Canopée de l’Académie de Versailles, en partenariat avec des scientifiques et des enseignants de l’éducation Nationale, testent actuellement leur vision de l’école du futur dans une centaine d’établissements.

Les changements qui seront les plus visibles, seront nombreux et vont donner un look totalement nouveau à nos salles de classe. Nous allons bientôt connaître la fin du tableau noir, remplacé par un fond blanc et des vidéoprojecteurs. Cela permettra d’en finir avec la poussière et les crissements sur le tableau, mais surtout de projeter des contenus mobiles avec lesquels les enfants peuvent interagir. Ensuite ce sera la manière d’envisager les exercices en classe qui va changer.

Dans l’école du futur, les dictées par exemple, seront sur une tablette, ainsi, chaque élève peut avancer à son rythme sans avoir peur de ne pas pouvoir suivre le tempo imposé par son professeur. D’une autre manière, l’apprentissage des mathématiques par exemple, se fera à l’aide de robots et de tapis interactifs. Dans cette nouvelle école du futur, en cours de test, des mises en scènes viendront appuyer certaines matières pour rendre l’apprentissage ludique aux yeux de enfants.

image ecole du futur 4

Ces changements qui sont déjà une réalité pour certains de nos enfants, vont sûrement devenir le quotidien des élèves en 2050. Faire entrer les nouvelles technologies et les objets connectés dans l’école du futur, va permettre un renouveau dans l’éducation, qui était en train de s’engluer depuis plusieurs années dans un fonctionnement pas du tout en phase avec les aspirations des jeunes aujourd’hui. L’ancienne génération de l’école doit maintenant laisser sa place à l’école du futur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *