Accueil / CES 2019 / CES 2016 : Smartshoe, la chaussure intelligente !

CES 2016 : Smartshoe, la chaussure intelligente !

Des chaussures intelligentes, c’est ce que propose Digitsole au CES 2016 de Las Vegas. Nommée Smartshoe, ce modèle de chaussures connectées intelligentes, repris dans notre top des chaussures connectées révélées au CES, comptent le nombre de pas, la distance parcourue et les calories brûlées.

Smartshoe, les chaussures de sport du futur

Digitsole est peut-être familier à certains d’entre vous, puisque c’était l’entreprise à l’origine des semelles connectées du même nom. Lors du CES 2016, Digistsole a annoncé sa volonté de rester dans le secteur des chaussures connectées en présentant Smartshoe, un projet de chaussures connectées destinées au sport.

Ça, ça se voit aux fonctionnalités offertes par ces Smartshoes. Contrairement aux chaussures connectées ShiftWear, celles-ci ne se préoccupent pas de personnalisation mais bien de suivre l’activité physique de l’utilisateur. Comptage du nombre de pas, calcul de la distance parcourue et des calories brûlées, il est peu probable pour ce que ces produits soient utilisés dans la vie quotidiennes de nos futurs nous.

Et le futur, les Smartshoes y appartiennent bien, en témoigne leur aspect futuriste. Pour commencer, ces chaussures connectées sont capables de s’adapter automatiquement à la taille des pieds de l’utilisateur. Si cela vous rappelle une certaine paire de Nike en provenance du futur (enfin, un futur passé), c’est normal. Le fonctionnement est le même, puisque les lacets sont remplacés par un système de serrage automatique. Ne manquerait plus que de pouvoir l’utiliser avec un hoverboard.

La paire de chaussures connectée fonctionne de paire avec une application mobile, qui permet de nombreuses interactions avec les Smartshoes. Exemples :

– Comme déjà mentionné, les sportifs pourront se servir des capteurs intégrés pour compter leur nombre de pas, estimer la distance parcourue et calculer les calories consumées tout au long de la journée.

– Le système d’ouverture et de fermeture automatiques permet à la chaussure de se lacer/délacer toute seule et de s’adapter à la forme du pied.

– L’usure de la semelle est suivie en temps réel, pour pouvoir avertir l’utilisateur dès qu’il est conseillé de la changer.

– Le froid ne sera plus une excuse, puisque à l’image de ses semelles connectées, Smartshoe est dotée d’un système chauffant.

– Dernière fonctionnalité notable : ces chaussures connectées sont dotées d’une lampe intégrée à l’avant, de manière à éclairer la route de l’utilisateur. A voir De même pour la nuit, des lampes intégrées vous éclaireront la route.

Smartshoe design

Le design s’adapte également

Digitsole assure que l’autonomie de leur Smartshoes s’étendra sur plusieurs jours, mais aucune info sur une éventuelle résistance à l’eau ou sur la connectique embarquée, si ce n’est qu’elles se rechargeraient via un système sans fil.

Du reste, Shartshoe serait déjà prévue en plusieurs modèles, dont une version casual et un modèle à talons pour ces dames. Un projet à guetter dès l’automne 2016, pour un prix estimé à 450€. Ouais, ça fait cher la chaussure.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La NASA a trouvé un iceberg parfaitement rectiligne La NASA a publié le 17 octobre, sur son compte Twitter, une photo plutôt surprenante : un iceberg aux lignes droites et rectiligne. Lorsqu’il s’est détaché de la banquise, l’iceberg s’est transformé en rectangle parfait. Pas commun. Des angles droits et une surface bien lisse. Les scientifiques de la NASA sur place, n’en sont pas revenus. Ils ont l’habitude de voir des icebergs tabulaires mais jamais de lignes aussi droite. L’effet wow ne s’est pas fait attendre, et très vite l’image postée par le compte NASA ICE a créé l’engouement. Iceberg carré L’homme n’y est pour rien pour une fois, la banquise a fait son travail, lorsqu’elle devient trop lourde un peu comme un ongle qui serait trop long, elle casse et forme ces icebergs. Rassurez-vous l’agence américaine n’était pas sur place pour organiser une immense chasse aux icebergs qui ressemble à des parallélépipèdes rectangles. Comme quoi le hasard fait parfois bien les choses. Objectif initial de la mission : recenser en image l’Antarctique afin de mieux comprendre comment le réchauffement climatique affecte la banquise et comment la glace évolue. C’est à quelques kilomètres de la barrière Larsen que cet iceberg étrangement parfait est apparu. Selon les scientifiques, il a sûrement dû se détacher de la banquise, appelé Larsen C. Bien sûr nous ne pouvons pas connaître exactement sa taille même si la scientifique spécialiste de la banquise Kelly Brunt pense qu’il doit au moins mesuré 1km de long. Elle ajoute qu’il ne faut pas oublier qu’il ne s’agit ici que de la partie immergée de l’iceberg. Ces belles lignes blanches et rectilignes ne représentent donc que 10% de l’iceberg. Mais au vu de tels angles droit, la césure avec la banquise a dû se faire très récemment. Des paysages qui nous fascinent Ce n’est pas la première fois que la NASA nous surprend et nous émerveille devant la beauté glacée de ces paysages figés. Un magnifique couché de soleil surplombant les montagnes givrées, un iceberg en forme de cœur ou encore une eau bleu profond. L’antarctique a tant de mystères et de choses à nous apprendre sur notre environnement, son esthétisme n’est qu’un bonus. Avantage qui permet bien souvent à l’agence américaine de faire la lumière sur le réchauffement climatique ou sur la situation alarmante de la banquise.