Accueil / CES 2020 / CES 2016 : Garmin Varia Vision, la Google Glass du cyclisme

CES 2016 : Garmin Varia Vision, la Google Glass du cyclisme

Garmin Varia Vision lunettes connectées

Plus connue pour sa gamme de systèmes pour GPS, la marque américaine Garmin vient de lancer un nouvel outil pour lunettes de cyclistes : Le Varia Vision, un petit accessoire qui projette des données importantes pour le cycliste dans un coin de son champ de vision sans qu’il décroche les yeux de la route.

Oubliez les Google Glass. Voici Varia Vision, les nouvelles lunettes connectées de Garmin. En effet, le leader mondial des technologies GPS emboite le pas à Google et met au point son propre accessoire pour connecter n’importe quelle paire de lunettes. Varia Vision qui s’adresse plus particulièrement aux cyclistes avertis, permet tout comme les Google Glass, de projeter différents types d’informations dans un coin du champ de vision du cycliste.

Fixé sur l’une des branches des lunettes du cycliste, Varia Vision affiche de façon permanente au cycliste, un bon nombre d’informations avec une résolution de 428 x 240 pixels. Selon ses préférences quant aux types de données qu’il souhaite voir apparaitre, le cycliste, tout en pédalant, peut avoir accès à des données concernant son parcours, tels que sa vitesse, l’itinéraire à suivre, la distance parcourue, la puissance de son pédalage, ou encore, son rythme cardiaque.

Varia Vision peut tout à fait se jumeler avec d’autres produits de la marque, tels que les Edge ou le Varia Radar pour l’alerter sur la présence de véhicules à proximité, ce qui est un plus d’un point de vue sécurité. L’accessoire peut être ajusté de façon à ce qu’il ne gêne jamais la vue du cycliste.

D’autre part, le cycliste peut connecter ses lunettes à son smartphone via bluetooth. Il peut alors visualiser les notifications de ses appels, ses messages reçus ou l’heure.

Varia Vision mise sur la commodité

Varia Vision est conçu pour ne pas encombrer les lunettes contrairement à celui des Google Glass, il ne pèse en effet que 28 grammes, et surtout il assure une bonne visibilité même en plein soleil ou pendant la pluie. Son écran tactile placé sur le côté, est adapté aux gants et permet de facilement basculer d’un écran à un autre. De plus, l’accessoire bénéficie d’une autonomie qui va jusqu’ à 8h, de manière à ce qu’il puisse assister le cycliste dans ses parcours les plus longs sans le lâcher.

Varia Vision sera disponible au cours du mois de mars. Son prix n’est toutefois pas à la portée de toutes les bourses puisqu’il sera vendu au prix de 399 euros.

Garmin Varia Vision lunettes connectées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La NASA a trouvé un iceberg parfaitement rectiligne La NASA a publié le 17 octobre, sur son compte Twitter, une photo plutôt surprenante : un iceberg aux lignes droites et rectiligne. Lorsqu’il s’est détaché de la banquise, l’iceberg s’est transformé en rectangle parfait. Pas commun. Des angles droits et une surface bien lisse. Les scientifiques de la NASA sur place, n’en sont pas revenus. Ils ont l’habitude de voir des icebergs tabulaires mais jamais de lignes aussi droite. L’effet wow ne s’est pas fait attendre, et très vite l’image postée par le compte NASA ICE a créé l’engouement. Iceberg carré L’homme n’y est pour rien pour une fois, la banquise a fait son travail, lorsqu’elle devient trop lourde un peu comme un ongle qui serait trop long, elle casse et forme ces icebergs. Rassurez-vous l’agence américaine n’était pas sur place pour organiser une immense chasse aux icebergs qui ressemble à des parallélépipèdes rectangles. Comme quoi le hasard fait parfois bien les choses. Objectif initial de la mission : recenser en image l’Antarctique afin de mieux comprendre comment le réchauffement climatique affecte la banquise et comment la glace évolue. C’est à quelques kilomètres de la barrière Larsen que cet iceberg étrangement parfait est apparu. Selon les scientifiques, il a sûrement dû se détacher de la banquise, appelé Larsen C. Bien sûr nous ne pouvons pas connaître exactement sa taille même si la scientifique spécialiste de la banquise Kelly Brunt pense qu’il doit au moins mesuré 1km de long. Elle ajoute qu’il ne faut pas oublier qu’il ne s’agit ici que de la partie immergée de l’iceberg. Ces belles lignes blanches et rectilignes ne représentent donc que 10% de l’iceberg. Mais au vu de tels angles droit, la césure avec la banquise a dû se faire très récemment. Des paysages qui nous fascinent Ce n’est pas la première fois que la NASA nous surprend et nous émerveille devant la beauté glacée de ces paysages figés. Un magnifique couché de soleil surplombant les montagnes givrées, un iceberg en forme de cœur ou encore une eau bleu profond. L’antarctique a tant de mystères et de choses à nous apprendre sur notre environnement, son esthétisme n’est qu’un bonus. Avantage qui permet bien souvent à l’agence américaine de faire la lumière sur le réchauffement climatique ou sur la situation alarmante de la banquise.