Accueil / Santé connectée / Quand la technologie redonne la parole aux muets

Quand la technologie redonne la parole aux muets

signlanguageglove muets

Les personnes uniquement muettes sont rares. En général, on parle plutôt de sourds-muets. Le mutisme ou aphasie est en effet un cas beaucoup plus particulier d’un point de vue médical. Si on ignore les chiffres exacts en France faute de recensement, la population totale de muets et de sourds muets représente tout de même un échantillon important. Pour accompagner au quotidien ceux qui sont privés de la parole, les nouvelles technologies peuvent apporter un grand soutien. 

SignLanguageGlove traduit le langage des signes

signlanguageglove muets

Le langage des signes est une merveille invention mais les personnes non muettes capables de le parler ne sont pas si nombreuses. Il sert donc davantage aux muets à communiquer entre eux et avec leurs proches. Cela ne facilite donc pas vraiment les choses dans la vie quotidienne. C’est là qu’interviennent les gants connectés SignLanguage, conçus par Hadeel Ayoud, une étudiante londonienne en 2015. « J’ai une nièce autiste de 4 ans et qui ne parle pas. Quand je la voyais signer, je me demandais ce qui se passerait si elle essayait de communiquer avec quelqu’un qui ne parle pas le même langage », explique la jeune femme d’origine saoudienne.  Grâce à des micro-capteurs, ce gant est donc capable de détecter les mouvements de chaque doigt réalisés par quelqu’un qui parle en langage des signes. Ils détectent aussi la position du gant dans l’espace. Grâce à ces deux éléments, il devient possible au gant de savoir quel est le geste réalisé. Une puce située dans la doublure les transforme ensuite en sons. Le contenu peut ensuite être traduit en anglais, français et arabe.

Ce projet n’était qu’un prototype mais l’ambition de la jeune femme est de sortir un produit viable économiquement, notamment à destination des enfants. Le prix évoqué l’an dernier était de 350 €. Pas sûr toutefois qu’elle aille au bout de son idée puisque d’autres modèles sont déjà apparus. On peut notamment penser à Sign Aloud, imaginé par des étudiants du MIT qui ont obtenu une bourse pour le développer. Enfin, pour ceux qui veulent une solution maintenant, l’application Sématos (iOS) est un véritable petit dictionnaire de la langue des signes avec des vidéos explicatives.

Un larynx artificiel

larynx artificiel muets

Un groupe de chercheurs chinois a réussi à mettre au point en début d’année un larynx artificiel conçu en graphène. Ils ont utilisé la porosité du matériel pour créer un appareil capable de recevoir et d’émettre des signaux sonores. Il peut être porté sur le corps, près du cou. Quand le porteur essaie de parler, l’appareil capte les vibrations et est capable d’émettre un son correspondant. On est encore loin d’un produit prêt à l’emploi puisqu’il a besoin d’une base de données pour comparer mais le concept est clairement intéressant.

Speech Jammer, pour rendre les autres muets

C’est une invention très étrange née en 2012 au Japon. Si vous avez suivi les « challenges » que se lancent les jeunes sur Internet, alors vous avez du entendre parler du « Speech Jammer » l’an dernier. Le concept est simple et vous pouvez encore le tester sur une page web  ou à partir de l’application iTunes. Il vous suffit de parler à voix haute et le son vous arrive avec un léger retard dans les écouteurs. Vous vous rendrez vite compte qu’il sera impossible de continuer à parler. Votre cerveau ne pourra pas suivre, sera désorienté et vous vous retrouverez complètement muets. Il peut s’agit d’une expérience intéressante pour faire partager à une personne non-muette, le quotidien d’une personne privée de la parole. Une bonne manière de sensibiliser aux challenges de la vie quotidienne. A l’origine, les scientifiques évoquaient un usage possible dans les librairies et les bibliothèques pour décourager les visiteurs de parler.

Les ongles connectés pour remplacer le contrôle vocal

nailo ongles connectés muets

On a fait du contrôle vocal un élément de base de la domotique et des objets connectés. Pour une raison pratique tout d’abord. Il est bien entendu plus nous de le faire ainsi que en sortant le téléphone ou une télécommande. Mais le second argument est plus souvent technique. Certains prototypes commencent à utiliser les ondes cérébrales comme le fauteuil roulant Neuromoov. Elon Musk veut lui relier nos cerveaux à des ordinateurs pour améliorer nos capacité cognitives. On peut donc imaginer que à échéance, la maison connectée pourra être contrôlée par la pensée. Mais en attendant, un autre outil de contrôle est trop souvent délaissé : le mouvement.

Récemment, nous vous avons présenté les ongles connectés Nailo imaginés par le Media Lab du MIT. Ceux-ci représentent un véritable potentiel pour les muets. En effet, grâce à un simple mouvement du doigt, il devient par exemple possible de faire défiler une page grâce à une interaction Bluetooth avec votre périphérique. Pour l’instant, on en est réellement au stade du prototype mais cette technologie pourrait facilement être utilisée par une personne muette pour diriger des objets connectés en tout genre. Bien entendu, il faudrait alors que l’on soit sur un langage universel et un niveau d’interopérabilité très élevé. On est encore loin du compte même si c’est l’objectif d’Andy Rubin avec sa gamme Essential lancée fin mai.

Pour tout savoir sur la santé connectée, découvrir les nouveaux objets et les tendances innovantes, rendez-vous dans notre rubrique dédiée.

  • Antoine Moyon

    Aïe aïe aïe, ça pique ! « langage des signes », « sourds-muets ». Quelques petites recherches et on aurait évité de s’engager dans des approximations de langage comme celles-ci. On dit bien « langue des signes » car c’est une vraie langue. Et « sourds » tout simplement car les sourds ne sont pas muets 😉
    C’est dommage de voir relayer dans des sites d’informations ce genre de termes qui, en plus d’exaspérer l’ensemble de la communauté sourde (ou travaillant pour/avec des sourds), ne fait que renforcer certains préjugés.