Accueil / Les objets connectés pour animaux / Chat / Crowdfunding : Jagger and Lewis invente le collier-vétérinaire connecté

Crowdfunding : Jagger and Lewis invente le collier-vétérinaire connecté

crowdfunding jagger and lewis claude béata

Depuis quelque temps, les trackers fitness ne s’occupent plus seulement des humains, mais aussi des animaux. Après avoir testé les produits Weenect ou encore Tractive, nous vous faisons découvrir aujourd’hui un produit d’un nouveau genre : le collier connecté Jagger and Lewis.

Jagger and Lewis : un tracker animalier d’un nouveau genre

Nous avons reçu Claude Béata, vétérinaire comportementaliste et directeur de recherche sur ce projet, qui nous a expliqué la genèse de l’entreprise et les fonctionnalités du produit.

« Alexandre Delille, le fondateur de la start-up, a eu l’idée du produit quand son propre chien a failli mourir. Il voulait créer un objet connecté pour les animaux qui ne soit pas un gadget, il m’a donc contacté pour diriger un projet de recherche qui a duré plus d’un an » décrit-il.

crowdfunding jagger and lewis boîte packaging

En termes de capteurs, le produit est bien équipé : magnétomètre, accéléromètre, gyroscope, capteur de température, micro et capteur de lumière. Tout ce qu’il faut pour tout savoir sur l’animal qui porte le collier.

« Intel s’est intéressé à la start-up et nous a proposé un nouveau microprocesseur avec réseau de neurones qui lui permet d’apprendre et d’interpréter des informations » explique Claude Béata.

crowdfunding jagger and lewis collier connecté unboxing

Grâce à celui-ci, il a été possible d’enregistrer des sons reconnaissables par le micro (aboiement, geignement, etc …) afin que l’appareil les reconnaisse et les différencie des autres sons, comme la voix humaine par exemple.

Plus que l’activité physique, le bien-être

Le vétérinaire l’affirme : « Il s’agit du seul collier qui, à son lancement, est capable de détecter plus de vingt comportements comme manger, se gratter, aboyer. » Le tout grâce à ses capteurs et à son micro.

Il est aussi intéressant de noter que le collier est capable de détecter un comportement qu’il ne connaît pas, afin de prévenir le maître de l’animal que quelque chose d’insolite se passe. L’utilisateur pourra ensuite enregistrer ce comportement pour qu’il soit reconnu à l’avenir par le Jagger and Lewis.

crowdfunding jagger and lewis collier connecté gros plan

Selon Claude Béata, la concurrence se concentre sur les relevés de l’activité là où le Jagger and Lewis se base sur le comportement réel de l’animal : « Cela répond plus directement au besoin de base de l’utilisateur : savoir si son chien va bien. »

Le collier prévient donc le maître si un problème ponctuel survient, mais également si un comportement subtil apparaît sur le long terme. Par exemple : si le chien bouge moins ou s’il aboie plus.

Un véritable vétérinaire connecté

Par ailleurs, le suivi du bien-être de l’animal est divisé en cinq libertés : nourriture et boisson, confort, bonne santé, absence de stress, et expression des comportements inhérents à l’espèce. Cela résulte en une note de bien-être scientifique qui est remise à jour toutes les 30 minutes.

crowdfunding jagger and lewis colier connecté face

Claude Béata est clair sur un point : le Jagger and Lewis ne prétend pas être un outil médical : « La note n’est pas un diagnostic. Cependant, elle permet au maître de savoir s’il se passe quelque chose avec son animal. » L’application fournit également des conseils pour aider l’utilisateur à utiliser les relevés de la meilleure façon possible.

La jeune entreprise a été lauréate du prix IoT de La Poste au CES 2016 ainsi que de celui du Village by CA au CES 2017. Après ces succès, elle vient de lancer une opération de financement participatif sur Kickstarter. Plus de 30 000€ ont déjà été réunis sur les 50 000€ demandés.crowdfunding jagger and lewis collier connecté profil

En ce qui concerne l’avenir, Jagger and Lewis travaille actuellement sur une autre version de leur collier connecté qui serait destiné, cette fois, à l’autre grand ami de l’homme : le chat.

A propos de Geoffrey