Accueil / Insolite / Les lunettes intelligentes de Vuzix peuvent reconnaître des criminels

Les lunettes intelligentes de Vuzix peuvent reconnaître des criminels

Vuzix iFalcon

Les lunettes connectées de Vuzix accueillent un logiciel de reconnaissance faciale particulier. Il servira principalement aux policiers et aux agences de sécurité.

Le fabricant de lunettes intelligentes Vuzix vient d’annoncer le développement d’un tout nouveau logiciel de reconnaissance faciale. Baptisé iFalcon Face Control Mobile, il a été conçu en partenariat avec les développeurs de NNTC, une entreprise basée à Dubaï.

Ce logiciel est intégré sur le modèle de lunette intelligente Vuzix Blade que le constructeur a présentée au CES de Las Vegas en début d’année. Ce modèle est disponible aussi bien pour les entreprises que pour les clients non professionnels. Il est néanmoins particulièrement destiné à la police ou à des services de sécurité.

L’iFalcon fonctionne par le biais d’une intelligence artificielle. Elle procède à des comparaisons avec une banque de données intégrée dans un ordinateur portatif qui est appairé aux lunettes. La base de données peut stocker jusqu’à un million de visages alors que le logiciel peut en passer 15 en revue en moins d’une seconde. Cela fonctionne avec cette banque seulement. Le logiciel n’a donc pas besoin de connexion particulière.

La reconnaissance faciale, sujet controversé

Comme les visages sont stockés dans une base de données, l’utilisation des lunettes de Vuzix est bien précise. Elle se cantonne aux policiers qui recherchent un suspect ou une personne disparue. Il n’est pas prévu que cela enregistre toutes les têtes croisées ou donne des informations sur des gens au hasard.

Pour le moment, seules 50 paires de Vuzix Blade ont reçu le logiciel. Elles sont regroupées aux Émirats arabes unis pour des opérations de sécurité.

La reconnaissance faciale est un sujet qui fait l’actualité ces temps-ci. Les agences de sécurité et les préfectures de police cherchent à s’en servir de plus en plus. Ce qui ne plaît pas à tout le monde. San Francisco l’a ainsi interdite cette année. En revanche, son utilisation est en constante augmentation dans les aéroports, notamment aux États-Unis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *