Accueil / Mobilité / Les véhicules connectés aux services des villes

Les véhicules connectés aux services des villes

Véhicules connectés, voitures connectées, Navya, Pony Bike

Avec l’avancée des technologies, la question des véhicules connectés gagne chaque jour en importance. Ils font désormais partie des propositions les plus intéressantes pour améliorer la vie des citadins français.

En suivant l’évolution des technologies, les villes changent et avec elles les habitudes des habitants. Aujourd’hui, ce sont les moyens de déplacement qui trouvent une seconde jeunesse avec la connectivité et l’autonomie. Si la société Tesla et son fondateur, Elon Musk, sont à l’avant-garde des voitures possédant un pilotage automatique ou assisté, ils ne sont pas les seuls à exploiter l’idée d’un véhicule autonome. On trouve notamment la voiture sans conducteur de Google, mais en France, c’est la société Navya qui développe les navettes de demain.

Navettes autonomes : les véhicules connectés au service des habitants

Véhicules connectés, Navya, La Défense, Mobilité

Fondée en 2014 par Christophe Sapet, Navya est spécialisée dans le développement de véhicules électriques et, surtout, autonomes. Dès 2015, la société lance le concept des « Autonom shuttles » avec la Navya Arma, une navette sans conducteur équipée de caméras et de capteurs de distance et de position.

Depuis Juin dernier, cette dernière circule sur l’esplanade de La Défense, à Paris. En période de test ces derniers mois, un opérateur se trouve néanmoins à bord du véhicule, par précaution, mais des voyages « en solitaire » pourraient avoir lieu dans les prochaines semaines.

Avec un beau succès rencontré par ces navettes (35 000 voyageurs en quatre mois et 97% de taux de satisfaction selon une enquête IFOP*), l’entreprise peut espérer un déploiement définitif dans le quartier des affaires, tandis que des démonstrations sont disponibles dans plusieurs villes en France et à travers le monde.

Deux-roues connectés : simplifier les trajets en restant écolo

Véhicules connectés, smartphone, vélo

Dans le monde des véhicules connectés, on ne trouve pas que des engins à quatre roues. Vélos et scooters électriques en libre-service sont eux aussi de plus en plus connectés pour essayer d’apporter des déplacements toujours plus pratiques. Ainsi, la start-up anglaise Pony Bikes propose des vélos verrouillés par un cadenas connecté. Ici, on repère son vélo sur une application, mais on peut le laisser où on le souhaite (contrairement à un Vélib’) en attendant le prochain usager. Testés à Angers, une centaine de vélos ont été mis en place par la société en Octobre dernier. Peut-être le point départ d’une invasion prochaine ?

Mais les vélos ne sont pas seuls puisqu’à Paris, on trouve également CityScoot : une application permettant de réserver un scooter parmi les 1500 déployés dans la capitale depuis 2014. Le principe est ici le même que pour Pony Bikes : on trouve et on déverrouille les deux-roues en libre service via son smartphone, sans avoir besoin de bornes où les laisser une fois le trajet effectué.

Les véhicules connectés : une future norme

véhicules connectés, smartphones

Si la plupart des véhicules connectés cités ici subissent encore des tests et ne seront pas réellement déployés avant au moins plusieurs mois, leur succès est déjà clair. Sans remplacer tout de suite nos moyens de transport traditionnels, les navettes autonomes finiront sans aucun doute par se faire une place dans les villes, les vélos et autres scooters connectés étant déjà bien installés.

Rendez-vous donc dans quelques années pour se rendre compte de l’impact de ces moyens de transport 2.0.

*Enquête menée par l’IFOP en Octobre sur 574 personnes, dont 369 utilisateurs à la descente de la navette autonome, 85 anciens utilisateurs et 120 non-utilisateurs ou riverains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *