Un nanogénérateur pour améliorer la batterie des objets connectés

Devant le faible durée de vie des batteries des objets connectés, des chercheurs de l’université de Singapour ont décidés de faire appel à un nanogénérateur ! Comment fonctionne ce nanodispositif ?

Un problème majeur

Annoncés à chaque fois en grande pompe, les objets connectés et leurs très fiers créateurs se voient souvent obligés de devenir plus humble dès lorsqu’on parle batterie et durée de vie. L’exemple le plus probant étant l’Apple Watch avec une piteuse autonomie de 3h en cas d’utilisation “moyenne”. Et lorsqu’un appareil possède une faible batterie, obligeant son utilisateur à le recharger chaque jour au minimum, c’est toute son utilité qui est remise en question.

Zhong Lin Wang, un des pionners des nanogénérateurs

Autre icone phare des progrès de la science, les nanotechnologies (et dans le cas de notre article, les nanomachines) ont beaucoup fait parler d’elles il y a quelques années, même si leurs applications concrètes restent encore assez floues aux yeux du grand public. Mais ce sont à elles que des chercheurs de l’université de Singapour font appel pour régler le problème de ces batteries faiblardes, sous la forme d’un nanogénérateur, utilisé comme générateur flexible.

Le nanogénérateur prend la forme d’un patch flexible que l’on colle sur notre peau, qu’il utilise comme source d’électricité statique, la convertissant en électricité pure. Dans une démonstration à la MEMS 2015, taper sur le patch avec un doigt permettait de générer 90 volts. C’est faible, mais largement assez en tout cas, pour alimenter un petit objet connecté, comme.. un bracelet ou une montre connectée. Ou une douzaine d’ampoules LED. En plus d’être relativement efficace, ce patch nanogénérateur n’a donc besoin d’aucun effort ou intervention humaine particulière: il suffit juste de l’appliquer et de bouger, à un rythme normal de tous les jours. Pas besoin, donc, de vous mettre au jogging.

Un exemple de peacemaker dont la batterie fonctionne avec un patch nanogénérateur

Applications bonus

Un autre avantage de ce patch nanogénérateur est qu’il rend la batterie des objets caduques (vu qu’ils sont alimentés par ce dernier), de quoi rendre vos objets connectés un poils plus léger et d’économiser la batterie (qui perdent en performance au fur et à mesure de leur utilisation.). S’il est assez faible pour l’instant, on peut espérer des modèles plus puissants qui seront capable d’alimenter tout un smartphone ainsi que des vêtements connectés et des Google Glass. C’est beau de rêver…

A noter qu’il ne s’agit pas du premier nanogénérateur utilisant la peau pour produire de l’énergie.

Pour l’instant, le nanogénérateur pour objets connectés est au stade de prototype et aucune date de commercialisation ou de prix n’ont été encore annoncés.

source: extremetech.com