Accueil / Maison connectée / Jardin connecté / Le top 5 des objets connectés pour agriculteurs

Le top 5 des objets connectés pour agriculteurs

agriculteur connecté

Les agriculteurs ont parfois l’image d’une profession un peu bourrue et rétives aux innovations, défendant les traditions à tout prix. Pourtant, la réalité ne saurait être plus différente. Ils ont longtemps été parmi les plus assidus du Minitel, cette vieille borne, inconnue de la plupart des moins de 20 ans aujourd’hui. Ils s’en servaient pour commander des produits, de connaître les prix de vente ou encore de mettre en relation inséminateurs et éleveurs. Internet a ensuite pris el relais, permettant là encore de réaliser de nombreuses activités très facilement. La prochaine étape de l’agriculteur connecté semble être celle des objets, des accessoires destinés à faciliter la vie, à avoir des rendements plus importants ou encore à avoir une gestion plus “verte” de son exploitation.

Le vrai défi est aussi celui de la démographie. Il faudra bientôt s’adapter à une population de plus en plus importante et être capable de la nourrir. Les challenges qui attendent les agriculteurs sont nombreux. Selon une étude publiée en septembre dernier, 65% des agriculteurs français comptent s’équiper en objets connectés dans les prochaines années. De fait, le e-farming est déjà une réalité puisque seulement 12% des exploitations ne seraient pas équipées d’au moins un objet connecté en France.Mais quels sont les technologies indispensables ? Quelles sont les plus innovantes ? Les plus farfelues ? Nous avons sélectionné cinq objets dotés de profils différents à même d’aider au développement de l’agriculture du futur.

Le drone, compagnon indispensable de l’agriculteur connecté

drone agriculteur connecté

Le phénomène des drones dans le domaine agricole n’est pas récent. Nous vous en parlions déjà en… 2014. Airinov, la filiale du fabricant de drones Parrot est une entreprise pionnière dans le domaine. L’avantage de la structure, c’est que l’agriculteur connecté, n’a pas forcément besoin d’investir ou de diriger drone lui-même“Ce sont des personnes qui ne possèdent pas de drones qui prennent commande pour un survol d’une ou plusieurs de leur parcelle afin d’obtenir un conseil concernant la quantité d’azote, d’engrais a y apporter. Nous avons un réseau de plus de 60 opérateurs qui vont de ferme en ferme et qui vont survoler une centaine d’exploitations chacun et nous, notre métier c’est d’être le coordinateur de tout ça” explique Romain Faroux, le PDG de l’entreprise.

Si vous souhaitez investir le Ebee SQ de Sensefly coûte un peu moins de 10.000 euros. Un prix qui peut s’avérer décourageant pour l’instant. Mais la multiplication des usages et la démocratisation des drones devrait amener à une rapide baisse des prix.

Les fitness trackers pour les animaux de la ferme

animaux agriculture connectée

Un tracker fitness sur une vache ? L’idée peut paraître étrange pourtant elle rentre de plus en plus dans les mœurs. L’idée n’est bien sûr pas de l’aider à faire du cardio ou qu’elle puisse se remettre en forme. Mais grâce à un collier GPS il devient possible de retrouver facilement un animal égaré, de savoir quand elle va vêler ou encore d’avoir accès à toutes ses données de santé. Le marché des wearables pour les animaux de la ferme représentait environ 1 milliard de dollars en 2016, une somme qui devrait monter à 2,5 milliards d’ici 2025.  

Le robot pilotable par smartphone

robot agriculteur connecté

Les robots sont utilisés depuis longtemps par la traite des vaches mais de nouveaux usages sont désormais possibles. Le robot Oz permet par exemple de faire le binage de façon automatisée. Avec ses outils, un laser et deux caméras, il est capable de désherber les sols de manière totalement autonome et écologique. Plus besoin de se fatiguer ou de perdre du temps. Ce petit robot avance à 1 km/h et est doté d’une batterie de quatre heures. Il est donc possible de désherber jusqu’à 48 rangées de 100 mètres chacune sans recharge.

Les lunettes pour compter les grains de maïs

arvalis agriculteur connecté

Compter les grains de maïs ? L’idée peut sembler farfelue pour le profane. Entre les Google Glass et les lunettes classiques, ce modèle développé par Arvalis, l’institut du végétal permet d’avoir accès à une multitude d’informations d’un simple coup d’œil. Vous voulez savoir le nombre de grains de maïs d’un épi ? Vous faites une photo de chaque côté en appuyant sur la branche et vous aurez le chiffre. Une façon rapide d’avoir une idée de son rendement et le cas échéant d’adopter le niveau d’arrosage ou la quantité d’engrais.

Mais ces lunettes ne se limitent pas au gadget pour agriculteur connecté. Elles servent aussi de bloc-notes géolocalisé. Vous découvrez une maladie sur une plante ? Il suffit de le dire à haute voix. Reliées à un satellite, les lunettes permettent de géolocaliser chaque observation. Un gain de temps et d’efficacité plus qu’appréciable. Plusieurs modèles sont maintenant disponibles sur le marché. Comptez entre 500 et 1000  € pour en faire l’acquisition.

Les capteurs qui analysent votre champ en temps réel

weenat agriculteur connecté

Depuis 2015, la start-up lilloise Weenat vend un système de capteurs permettant de connaître en temps réel l’état de votre terrain. On les plantes dans le so comme des tuteurs pour les jeunes arbres mais c’est toute votre parcelle qu’ils aident à grandir. Ces capteurs fournissent une foule d’informations utiles à l’agriculteur connecté : température du sol et de l’air, humidité, pluviométrie… L’ensemble est ensuite recueilli sur l’application et vous aide à optimiser la gestion de vos champs.  “C’est un outil d’aide à la décision, idéal pour les grandes cultures et le maraîchage”” détaille le cofondateur, Jérôme Le Roy. Nos données aident les agriculteurs à maîtriser le risque sanitaire et climatique par la connaissance de données météorologiques très localisées. Elles permettent, par exemple, de mieux anticiper d’une année sur l’autre le comportement des parcelles.”

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *