Accueil / Santé connectée / Un patient reçoit un sternum et des côtes imprimés en 3D

Un patient reçoit un sternum et des côtes imprimés en 3D

Les possibilités de la technologie 3D continuent de s’élargir et son utilisation de se démocratiser. En Espagne, un patient a reçu un implant en titane customisé, imprimé en 3D, afin de remplacer une partie de sa cage thoracique, qui lui avait été retirée au cours d’une opération. 

L’homme de 54 ans souffrait d’une tumeur rare, grandissant autour de son sternum et une partie de sa cage thoracique. Pour la lui retirer, les médecins n’ont pas eu d’autre choix que de lui enlever la partie touchée par la tumeur. En général, cette partie du squelette est assez compliquée à reproduire, c’est pourquoi les chirurgiens utilisent une plaque en titane plat, afin de renforcer la structure de la cage thoracique. Cette option n’est pas sans risque, l’implant peut en effet se détacher et entraîner des complications.

Un implant en titane pour remplacer la cage thoracique

 

C’est là que l’impression 3D intervient. Depuis ses débuts, son utilisation se démocratise de plus en plus dans une grande variété de domaines. En médecine, cette technologie représente aujourd’hui une option tout à fait envisageable pour créer rapidement des implants personnalisés pour les patients, chaque corps étant différent. C’est ce qu’a décidé de faire l’équipe chirurgicale de la Salamanca University Hospital, en demandant à une société de dispositifs médicaux, basée en Australie, de créer un implant en titane qui reprendrait la structure complexe de la cage thoracique de leur patient.

L’équipe a utilisé la tomodensitométrie (CT-scan) haute résolution, une technique d’imagerie médicale, afin de récréer cette partie du corps de la personne qui devait être opérée ainsi que de sa tumeur. L’image en 3D obtenue a permis au chirurgien de savoir précisément où couper la cage thoracique, et à la société Anatomics de créer l’implant. Pour l’imprimer, la société a envoyé le fichier au laboratoire d’impression 3D (le Lab 22) de  la Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation (CSIRO), l’Organisation fédérale pour la recherche scientifique et industrielle.

D’autres implants, déjà créés avec une imprimante 3D

implant 3D titane

Ce type de requête n’est pas inconnue du Lab 22, qui avait déjà dans le passé apporté son aide en créant un calcanéum en titane. Cet os spongieux volumineux se trouve à l’arrière du pied au niveau du talon dans ce que l’on appelle le tarse. C’est grâce à lui qu’il est possible de poser le talon à plat. Une fois que la cage thoracique imprimée en 3D a été entièrement terminée, elle a pu être envoyée à la Salamanca University Hospital, où elle a été implantée dans la poitrine du patient. Cette opération a eu lieu il y a deux semaines, et l’homme de 54 ans semble bien se remettre.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *