Accueil / CES 2019 / CES 2019 : un sextoy pourtant primé banni du salon ouvre un débat

CES 2019 : un sextoy pourtant primé banni du salon ouvre un débat

Sextoy connecté banni du CES 2019

Pudibonderie, sexisme ou objet obscène ? Un sextoy connecté qui avait reçu un prix a été destitué par les organisateurs et banni du salon. Ce rejet a lancé un débat sur le sexisme.

Très gros consommateurs de pornographie et acheteurs de jouets sexuels connectés, les américains sont aussi paradoxalement extrêmement pudibonds. Un téton entraperçu par accident pendant un show télévisé et c’est un scandale. C’est semble-t-il aussi ce qui s’est passé au salon CES 2019 avec un sextoy connecté. Bien que n’ayant aucunement une forme phallique, ce jouet sexuel bourré de technologie a été destitué du prix d’innovation qu’avait reçu sa créatrice d’un jury indépendant et banni du salon par les organisateurs.

Le sextoy connecté banni du salon lance un débat

La start-up Lora DiCarlo a créé un sextoy connecté innovant pour les femmes. Son produit a remporté un prix de l’innovation par un jury indépendant. Mauvaise idée… le CTA, l’organisme qui gère le CES, a retiré le prix attribué au sextoy et a banni celui-ci du salon au motif qu’il n’était pas conforme aux règles. Les organisateurs se sont appuyés sur le règlement refusant les objets jugés : « immoraux, obscènes, indécents, profanes ou non conformes à l’image du CTA seront disqualifiés ». Face au tollé de cette décision pudibonde et la présence d’autres objets sexuels sur le salon notamment un robot sexuel pour homme, le CTA a fait marche arrière en utilisant l’argument que le sextoy n’entrait pas dans la catégorie du prix attribué.

Une décision que conteste toutefois Lora Haddock, la patronne de Lora DiCarlo. L’entrepreneuse, dans une lettre ouverte, assure que la décision des organisateurs relève du sexisme. La chef d’entreprise dans son courrier rappelle que : « Au CES ce sont les administrateurs qui décident de ce qui est innovateur, et non les experts, et il semble que les femmes y participent rarement ». Cette exclusion et retrait du prix a en tout cas créé une véritable polémique certains soutenant qu’il s’agit d’un objet obscène d’autres évoquant une pudibonderie grotesque d’un autre siècle beaucoup se rangent derrière Lora DiCarlo et la soutienne dans son combat contre le sexisme du salon et du milieu de l’innovation de façon générale.

Sources & crédits Source : Geek.com - Crédit : https://www.geek.com/tech/sex-toy-stripped-of-ces-2019-award-because-vaginas-1768992/

La NASA a trouvé un iceberg parfaitement rectiligne La NASA a publié le 17 octobre, sur son compte Twitter, une photo plutôt surprenante : un iceberg aux lignes droites et rectiligne. Lorsqu’il s’est détaché de la banquise, l’iceberg s’est transformé en rectangle parfait. Pas commun. Des angles droits et une surface bien lisse. Les scientifiques de la NASA sur place, n’en sont pas revenus. Ils ont l’habitude de voir des icebergs tabulaires mais jamais de lignes aussi droite. L’effet wow ne s’est pas fait attendre, et très vite l’image postée par le compte NASA ICE a créé l’engouement. Iceberg carré L’homme n’y est pour rien pour une fois, la banquise a fait son travail, lorsqu’elle devient trop lourde un peu comme un ongle qui serait trop long, elle casse et forme ces icebergs. Rassurez-vous l’agence américaine n’était pas sur place pour organiser une immense chasse aux icebergs qui ressemble à des parallélépipèdes rectangles. Comme quoi le hasard fait parfois bien les choses. Objectif initial de la mission : recenser en image l’Antarctique afin de mieux comprendre comment le réchauffement climatique affecte la banquise et comment la glace évolue. C’est à quelques kilomètres de la barrière Larsen que cet iceberg étrangement parfait est apparu. Selon les scientifiques, il a sûrement dû se détacher de la banquise, appelé Larsen C. Bien sûr nous ne pouvons pas connaître exactement sa taille même si la scientifique spécialiste de la banquise Kelly Brunt pense qu’il doit au moins mesuré 1km de long. Elle ajoute qu’il ne faut pas oublier qu’il ne s’agit ici que de la partie immergée de l’iceberg. Ces belles lignes blanches et rectilignes ne représentent donc que 10% de l’iceberg. Mais au vu de tels angles droit, la césure avec la banquise a dû se faire très récemment. Des paysages qui nous fascinent Ce n’est pas la première fois que la NASA nous surprend et nous émerveille devant la beauté glacée de ces paysages figés. Un magnifique couché de soleil surplombant les montagnes givrées, un iceberg en forme de cœur ou encore une eau bleu profond. L’antarctique a tant de mystères et de choses à nous apprendre sur notre environnement, son esthétisme n’est qu’un bonus. Avantage qui permet bien souvent à l’agence américaine de faire la lumière sur le réchauffement climatique ou sur la situation alarmante de la banquise.