Accueil / Loisir / Sexe & Sextoy Connecté / [Dossier] Le sexe connecté, pour le meilleur et pour le pire

[Dossier] Le sexe connecté, pour le meilleur et pour le pire

Sexe connecte

Les films et vidéos pornographiques, tout le monde connaît déjà. Mais il existe aujourd’hui une nouvelle façon d’aborder les relations sexuelles : les objets connectés et la réalité virtuelle. Une nouveauté qui réjouit mais qui soulève une question : la distance peut-elle devenir l’avenir des relations sexuelles ?

“Faire l’amour” est sûrement l’expression qui possède le plus de synonymes dans la langue française. Le plus souvent vulgaire d’ailleurs, mais aujourd’hui, tâchons de rester sages (un peu). Parlons bien, parlons sexe connecté. Entre les sextoys connectés (à utiliser seul ou à deux), la pornographie en réalité virtuelle, il y a fort à parier pour que les nouvelles technologies bouleversent complètement notre approche du sexe.

Sexe connecte

Alors on vous connait. On vous voit déjà venir dans les commentaires à nous dire que le porno, en tant que tel, dénature déjà l’acte sexuel. Le sexe connecté, c’est autre chose. Les sextoys connectés, par exemple, consistent à contrôler son dispositif via son smartphone (ou celui d’un autre) pour donner du plaisir à soi ou son partenaire, où qu’il soit. Un concept idéal pour les couples longue distance, mais… pas seulement. C’est que les nouvelles technologies s’apprêtent aussi à révolutionner le monde de la pornographie, pour un usage plus solitaire. Ne partagez plus des moments virtuellement intimes avec votre porn star sur votre écran, vivez-les dans une expérience à 360°.

Comme on commence à le voir, la frontière entre le plaisir des yeux (solitaire) et le plaisir des sens (plus charnel) commence à s’estomper à mesure que l’on se connecte. C’est dans la nature humaine : on évolue, on s’adapte, on crée des dispositifs pour répondre à nos besoins. Mais ce phénomène ne risque-t-il pas de mettre le Bluetooth ou le Wifi au cœur de nos rapports sexuels ?

Le sextoy connecté, une évolution programmée

presentation du smart mini vibe

Depuis plusieurs années, les objets connectés se multiplient. Et bon nombre de ces objets ont une chose en commun : ils mettent des chiffres sur notre corps, son fonctionnement, ses performances, etc. C’est ce qu’on appelle aujourd’hui le quantified self (le “moi qualifié” selon une traduction approximative). Les accessoires sexuels ne font pas exception. Au-delà du plaisir qu’ils peuvent apporter, ils peuvent estimer précisément vos performances sous la couette, parfois même délivrer certains conseils pour vous améliorer. L’objectif : devenir le meilleur coup du monde.

Second point : la distance.Le sexe à distance a toujours existé sous diverses formes : téléphone rose, live cam, sextos…  Aujourd’hui, on parle plutôt de sextoys, bracelets ou applications. Une évolution dans la logique de cette grande révolution numérique, qui cherche à aller toujours plus loin, toujours plus vite. Mais tout comme l’arrivée de Facebook, Twitter et autres réseaux sociaux a suscité de nombreuses questions sur l’évolution des interactions sociales, le sexe tout connecté nous fait nous demander quel est l’avenir des rapports sexuels. Si nous ne ressentons plus la nécessité d’être entièrement dédié à notre partenaire et que nous restons concentré sur un écran de 5 pouces, comment sera le sexe de demain ?

La réalité virtuelle : un mode de divertissement supplémentaire

Sexe connecte

Vous avez déjà vu à quoi ressemble un film ou un jeu vidéo en réalité virtuelle ? C’est la même chose pour un bon vieux porno – en un peu mieux. On vous laisse quelques secondes pour imaginer : les plus belles créatures de la terre évoluant tout autour de vous. En 3D et à 360°.  En plus du son et des images, certains accessoires vous proposent même de simuler votre sens du toucher (oui oui, on parle bien du cul connecté). Coucher sans coucher avec presque autant de plaisir… Le rêve quoi ! Sauf que si on peut vivre n’importe quelle expérience sexuelle avec seulement quelques accessoires et un casque VR, pourquoi se contenter d’une vraie personne par la suite ?

Pour répondre à cette question, nous avons été trouver rien de moins que Grégory Dorcel, successeur de son père Marc Dorcel à la tête de l’empire du porno. L’homme observe une séparation très claire entre le sexe charnel et virtuel, notamment via réalité virtuelle. “C’est un mode de divertissement supplémentaire”, assure-t-il. Les services VR et les sextoys connectés ne changeront pas le rapport au sexe, mais apporteront un plaisir différent et complémentaire.

Sexe connecté

Le directeur général de la société Marc Dorcel, qui a véritablement initié ce marché, décrit cette expérience comme bluffante :  “L’effet est dingue ! L’objectif est de plonger le spectateur dans une situation réelle et de fournir des sensations différentes et extraordinaires“. C’est une suite logique. Aujourd’hui, la majorité des Français consomment du X au moins une fois par trimestre. Mais pour M. Dorcel, le marché de la réalité virtuelle ne va probablement pas se développer. “Il n’y pas de marché à prendre et pas de vraies retombées économiques. L’offre est limitée et il n’y a donc pas de demande spécifique“, explique-t-il. Les retours sont cependant très positifs. A suivre.

Sexe connecté : l’avenir du coït dans les hologrammes et la robotique

Sexe connecte

Les perspectives d’avenir nous amènent à penser qu’on se dirige vers une obsolescence du corps tel qu’on le connaît aujourd’hui. Au-delà des jouets connectés, un nouveau produit fait peu à peu son apparition sur le marché : les robots humanoïdes. Les films de science-fiction démontrent que la robotique est clairement l’avenir de l’humanité dans notre inconscient collectif. Dans nos maisons, au bureau et même dans notre lit. Un peu plus complet qu’un sextoy, un peu plus humain qu’une poupée gonflable… De quoi se rapprocher davantage vers le substitut d’un véritable partenaire.

Une bonne nouvelle ? Certainement, mais qui n’est pas sans soulever une question : si on peut complètement simuler le plaisir charnel à l’aide d’accessoires connectés et de robots, les relations sexuels “à l’ancienne” risquent-elles de changer ? Certainement aussi, dans un avenir plus ou moins lointain. Une étape intermédiaire avant l’arrivée des hologrammes  dédiés au sexe. Une invention à laquelle Grégory Dorcel se réfère déjà en tant que “le Graal“.

hologramme Gatebox

Vers la fin de la prostitution ?

Les progrès techniques et technologiques dans la production et le perfectionnement de robots humanoïdes et d’hologrammes ont de bons côtés. A tel point que c’est tout notre rapport au sexe qui pourrait en pâtir. En particulier, le réalisme de ces nouvelles technologie pourrait bien nous mener vers… la fin de la prostitution. C’est en effet la leçon de tout notre dossier : que ce soit avec des sextoys, des robots ou des services de réalité virtuelle, on se rapproche sans cesse des véritables sensations d’un rapport sexuel. Sans aller jusqu’à faire disparaître le plus vieux métier du monde, il y a de fortes chances pour que notre mode de consommation s’adapte. Pour le meilleur et pour le pire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *