Accueil / Santé connectée / Santé connectée : un danger pour les données personnelles ?

Santé connectée : un danger pour les données personnelles ?

Santé connectée; danger pour la vie privée ?

Les objets connectés de santé sont de plus en plus populaires. Fréquence cardiaque, poids, tension, qualité de sommeil, tout est consigné et représente un véritable trésor de données. Un trésor qui peut s’avérer juteux pour de nombreux acteurs et dangereux pour votre vie privée.

L’usage des données est aujourd’hui très courant, mais ce qui change c’est dans les secteurs dans lesquels ces données sont connectées. La santé n’échappe pas à la règle et une pléthore d’objets connectés a fait son apparition. À côté des quelque 100 000 applications mobiles dédiées, on trouve des montresdes bracelets et même des matelas et des thermomètres connectés. Capables de répertorier des informations sur votre santé et votre qualité de vie, ces engins séduisent les médecins, puisqu’ils peuvent rendre leur travail plus facile, mais aussi des acteurs privés, notamment les assurances.

danger vie privée santé connectée

Protéger ses données

Dans un sondage réalisé par le site 1001Pharmacies.com, 99% des personnes interrogées se sont déclarées intéressées par les objets connectés et parmi elles, 65% les utiliseraient pour prévenir certaines maladies, 50% pour permettre le diagnostic ou le pronostic de certaines pathologies, 50% aussi pour suivre la qualité de leur sommeil, et 35% pour le suivi de certains paramètres biologiques comme le poids, la tension artérielle ou encore le rythme cardiaque. Des chiffres qui démontrent l’engouement des Français pour ces nouveaux objets du quotidien, notamment pour ce qui est de la santé.

Néanmoins un autre chiffre vient contraster cette attirance. 70% des personnes interrogées sont inquiètes quant à la sécurité de leurs données de santé. Et pour cause, lorsque l’on voit que Google est capable de restituer avec précision les endroits où vous avez passé vos dernières vacances, ce que vous recherchez le plus sur le net ou encore le numéro de tous vos contacts enregistrés on se dit que les données relatives à la santé peuvent être revendues, ou s’avérer discriminatoires si facilement identifiables.

Le projet de loi santé actuellement débattu à l’Assemblée Nationale n’arrange rien, lui qui prévoit la création d’une base nationale des données publiques de santé avec un accès facilité. Les opposants dénoncent entre autres une entorse possible au secret médical et le risque de croisement avec d’autres données personnelles.

santé connectée : danger vie privée

Et la loi dans tout ça ?

Le constat est relativement simple à faire : la législation n’est pas encore prête. À ce jour, aucune loi ne gouverne la santé mobile. Celle-ci dépend donc des règles générales françaises et européennes sur la protection des données personnelles. Alors non, la Terre entière n’a pas accès aux nombres de pas que vous faites chaque jour ou de combien de grammes de beurre vous mettez dans vos pâtes, néanmoins prudence lorsque vous autorisez le partage de vos données.

Dire que la législation n’est pas prête ne signifie pas pour autant que rien n’est fait ou ne sera fait. Déjà en janvier 2015, le Conseil national de l’Ordre des médecins a pointé les dangers de ces outils dans un livre blanc. Il dénonce la faillibilité des capteurs, les risques d’erreurs de diagnostic et les failles de sécurité qui menacent la protection de ces données, plus que sensibles.

Il serait tout de même temps que les autorités commencent à sérieusement plancher sur le sujet, surtout quand on sait qu’en 2019, il pourrait y avoir 16,7 millions d’objets connectés, rien qu’en France. 

Source