Accueil / Insolite / Envie d’une queue robotique ? Le Japon est là pour vous aider

Envie d’une queue robotique ? Le Japon est là pour vous aider

Queue robotique Arque

Des scientifiques japonais de l’université Keiō ont conçu une queue robotique.

Baptisé « Arque », l’appareil veut rendre aux humains certaines capacités perdues au cours de notre évolution. Les chercheurs ont dévoilé un prototype lors du SIGGRAPH, une conférence annuelle centrée sur les avancées en infographie.

À première vue, l’invention semble être l’accessoire rêvé pour un fan de cosplay. Plus globalement, l’industrie du divertissement trouvera certainement une utilité à cette queue robotique. Mais pour les scientifiques qui l’ont créée, elle servira aussi dans des scénarios moins festifs. Cependant, ils n’ont pas (encore) prévu une utilisation militaire, contrairement à cet autre exosquelette.

Une queue robotique pour améliorer nos capacités

Cet exosquelette nous aiderait à maintenir notre équilibre ou encore à accroître notre agilité. Dans le monde professionnel, l’équipe de scientifiques pense donc que l’appareil pourrait faciliter le travail de certains ouvriers. L’intérêt est flagrant pour une personne qui doit soulever régulièrement plusieurs kilos de marchandises ou de matériels. En l’occurrence, la queue robotique servira de contrepoids à la charge.

Mais les scientifiques n’ont pas pour autant oublié de citer quelques possibilités d’utilisation plus récréatives. Dans le domaine de la réalité virtuelle, l’appareil pourrait aider la personne qui porte le casque à maintenir son équilibre. En tout cas, ce dernier usage explique la présence de cet exosquelette au SIGGRAPH.

Une idée tirée des animaux

Comme de nombreuses inventions, les chercheurs nippons ont puisé leur inspiration dans la nature. Plus  concrètement, ils tirent leur idée d’une queue robotique de la façon dont les singes sautent d’arbre en arbre. Lors de ces prouesses physiques, les primates modifient le centre de gravité de leurs corps à l’aide de leurs appendices.

De son côté, l’appareil se constitue d’un assemblage modulaire de vertèbres. De par cette modularité, certains segments peuvent s’ajouter ou s’enlever en fonction de la taille de l’utilisateur. Pour fonctionner, l’engin utilise quatre muscles artificiels qui se contractent par air comprimé. Jusqu’ici, les scientifiques ont utilisé un compresseur externe, réduisant la portabilité de l’exosquelette. Cependant, ils espèrent intégrer le système à l’appareil dans le futur.

Sources & crédits Source : https://www.digitaltrends.com/cool-tech/arque-wearable-tail/ - Crédit : Photo : © 2019 Keio University Graduate School of Media Design

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *