Accueil / Santé connectée / Maladie chronique / Une pilule connectée qui libère les médicaments à heure fixe dans l’estomac

Une pilule connectée qui libère les médicaments à heure fixe dans l’estomac

Pilule connectée MIT

Voici une pilule connectée qui libère les médicaments nécessaires pour les personnes qui suivent un traitement médical très strict. Elle fonctionne par Bluetooth avec un smartphone.

Certains traitements médicaux sont extrêmement stricts et nécessitent une prise très régulière de médicaments à heure fixe. Tout retard ou oubli pouvant altérer le traitement. C’est une contrainte difficile pour les malades et leurs proches. D’autres traitements doivent être adaptés à une mesure réalisée. En dehors des hôpitaux et centres de soin, difficile de suivre un tel traitement. Cette pilule connectée semble être une solution idéale pour ces patients pouvant ainsi rester chez eux et ne pas à avoir à se préoccuper de la prise de médicaments.

Pilule connectée

Une pilule connectée qui libère au bon moment les médicaments

Ce sont des chercheurs de la prestigieuse université Institute of Technology of Massachusetts  (MIT) qui ont mis au point cette pilule connectée. Ce dispositif ingérable déploie deux branches en forme de Y qui permet à la capsule de se fixer à l’estomac. Elle peut y rester pendant un mois. Cette pilule connectée fonctionne avec un smartphone via Bluetooth et délivre, au bon moment, les médicaments nécessaires selon le protocole médical.

Mieux encore, les chercheurs de la prestigieuse université américaine souhaite ajouter une batterie de capteurs capables de détecter une infection ou bien encore une réaction allergique et libérer des molécules pour traiter ces réactions. Seul problème actuel, la source d’énergie utilisée. Il s’agit d’une pile contenant des produits toxiques. Les chercheurs planchent sur une autre solution. Cette pilule connectée pourrait être testée chez l’homme d’ici deux ans environ. Une grande avancée pour la santé connectée.

Sources & crédits Source : communiqué de presse du MIT - Crédit :