Une peau artificielle 1000 fois plus réactive que la peau humaine

peau artificielle sur prothèse de main

Une équipe de chercheurs de l’université de Singapour a mis au point une peau artificielle. Celle-ci pourrait révolutionner la sensation de toucher des robots et faire passer un cap aux prothèses.

Une peau artificielle qui ressent la chaleur et la pression et envoie les informations 1000 fois plus vite que le système nerveux humain. Voilà la prouesse réalisée par une équipe de chercheurs de l’université de Singapour. Cette peau, fabriquée en caoutchouc et dans un mélange de matériaux plastiques, possède à sa surface des capteurs physiques. Ils envoient un signal électrique dès que la peau touche quelque chose qui parvient ensuite à un seul récepteur. Chaque capteur occupe une surface d’un millimètre carré et un possède un signal unique qui permet de l’identifier. Ainsi, la transmission de l’information est accélérée puisque de multiples signaux voyagent en même temps jusqu’au même récepteur.

Benjamin Tee qui dirige l’équipe des chercheurs explique que pour la plupart des systèmes électroniques les capteurs sont synchronisés. Cela veut dire qu’ils doivent tous vérifier leur état les uns après les autres, ce qui prend du temps. Et même si ce n’est de l’ordre que d’une ou de quelques secondes, cela représente une éternité dans ce domaine. C’est pourquoi les capteurs de leur système sont tous reliés à un même fil pour que toutes les mesures arrivent au même moment.

Une peau artificielle qui pourrait habiller les robots de demain

Les capteurs de leur peau artificielle transmettent ainsi les informations à une fréquence de 9 mégahertz, soit 9 millions de fois par secondes. Tandis que notre peau doit se contenter d’envoyer des signaux à une fréquence maximale d’un kilohertz, ou 1000 fois par secondes. En outre, les chercheurs ont mis au point trois types de capteurs différents, pouvant relever trois types d’informations différentes. Un pour mesurer les changements dynamiques et rapides, un second qui calcule la force appliquée et un troisième qui mesure la température.

Les chercheurs ont ensuite procédé à une expérience pour s’assurer du bon fonctionnement de ces capteurs. Ils ont déposé la peau artificielle sur une main articulée qui a alors saisi une tasse de café chaude. Les résultats ont été concluants puisque tous les capteurs ont enregistré les bonnes informations. C’est une bonne nouvelle pour le développement des robots afin de leur donner une peau sur tout le corps. Cela pourrait également permettre aux personnes qui portent des prothèses de retrouver partiellement le sens du toucher.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *