Accueil / Internet des Objets / Objets connectés : opportunités et limites

Objets connectés : opportunités et limites

Dans son étude universitaire intitulé Objets connectés : opportunités et limites, Jean-Baptiste Bard, étudiant à l’université Dauphine de Paris dresse le tableau des objets connectés et de leur enjeux. Ayant effectué son stage de fin d’études au sein d’une agence de communication digitale spécialisée dans le domaine de la e-santé, Jean-Baptiste Bard a pris conscience de l’engouement de ce phénomène à l’heure actuelle et de son potentiel pour demain. Définition, opportunités et limites sont les principaux axes de sa réflexion.

Demain, les objets connectés auront envahi le quotidien de chacun d’entre nous. L’objet d’étude de cette synthèse est le marché des objets connectés avec ses opportunités ainsi que les limites qu’il rencontre. Tout d’abord, une définition précise des objets connectés me semble un bon point de départ/essentielle. Selon une étude Xerfi, un objet connecté dispose de composants électroniques permettant de communiquer sans fil avec le réseau internet. Il est alors possible de le contrôler à distance (fonction allumé-éteindre). On évoque également l‘Internet des objets ( réseau de réseaux ) pour désigner une catégorie des objets connectés .

Le Marché des Objets connectés

Sur le marché des objets connectés les principaux produits s’insèrent dans la branche santé & bien être ainsi que la domotique. Ils rassemblent les principales applications connectées.

A noter que les ordinateurs portables, les tablettes et autres smartphones ne font pas partie de ce marché car ils appartiennent au marché du high-tech. Cependant, les smartphones et ordinateurs portables sont étroitement liés aux objets connectés comme me l’a précisé Renaud Acas, fondateur du site “objetsconnectés.net” lors d’une interview. En effet ces appareils servent de terminaux de contrôle des objets connectés en question. Ils agissent en quelque sorte comme des « télécommandes » permettant d’agir sur les objets connectés. Grâce à eux, il est ainsi possible de contrôler à distance le thermostat de la maison par exemple.

Le marché français des objets connectés

Le marché des objets connectés en France se divise en deux grands secteurs : la Santé et la Domotique. D’après l’étude menée par Xerfi, la valeur du marché des objets connectés s’estime à 150 millions d’Euros pour l’année 2013 – soit 1% des dépenses High-tech (Ordinateur, téléphones, tablettes,..) des Français. Le domaine de la Santé s’élève, toujours selon Xerfi, 60 millions d’euros et celui de la domotique 90 millions d’euros.

Santé & Bien-être

Le segment de la Santé et du Bien-être comprend quatre catégories de produits selon une étude effectué par l’IFOP ( Institut français d’opinion publique ) : balances connectées, montres connectées, traqueurs d’activité, et tensiomètres connectés.

Les balances connectées

Considérées comme pionnières parmi les objets connectés, la première fait son apparition il y a quatre ans, lancée par la société Withings. (Source : Blog dédié à la e-santé: lemondedelaesanté.com). Le prix moyen d’une balance connectée est de 120 euros, c’est le prix le plus élevé d’un objet connecté dédié à la santé. La valeur du marché des balances connectées représente 8 millions d’euros et correspond à 13,3% des parts de marché du segment des objets connectés dédiés à la Santé. Les principaux acteurs proposant des balances connectées sont : Ihealth, Withings, Terraillon, Fitbit. (Source: Fnac.com et Journal du Geek)

Les montres connectées

Contrairement aux balances, les montres connectées font partie des produits les plus récents dans le domaine de la santé. Les montres connectées ont notamment été mises en valeur à la conférence CES 2014 à Las Vegas. Ce produit représente une des valeurs sûres des objets connectés avec une part de marché de 46% et un volume de vente de 28 millions d’euros. Ce produit reste le plus médiatisé grâce à la notoriété des acteurs qui le proposent tels que Samsung, Sony et Garmin. (Source: Fnac.com)

Les traqueurs d’activités

Les traqueurs d’activité représentent la deuxième catégorie de produits la plus importante en termes de part de marché (33% contre 46% pour les montres). Cette position s’explique du fait de la notoriété de son principal concepteur, Nike. Celui-ci a grandement participé à la démocratisation des traqueurs d’activités en les implantant directement dans les chaussures dédiées à la course à pied. Ces produits représentent un chiffre d’affaire de 20 millions d’euros pour l’année 2013 en France.

Les tensiomètres connectés

Ce type de produit est le moins répandu sur le marché des objets connectés en France puisque sa part de marché équivaut « seulement » à 16%. Le principal fournisseur de tensiomètres connectés se nomme Withings, reconnu pour son expertise dans les produits connectés dédiés à la Santé.

Domotique

testa-sistemi-autom

Le deuxième segment du marché des objets connectés regroupe la “Domotique”, plus communément appelée “Maison Intelligente” par Mr Acas lors de son Interview. Ce segment comporte différentes catégories de produits tels que :

– les objets intelligents de gestion d’énergie représentés par la Start-up Française Netatmo ou encore la société Nest – récemment rachetée par Google.

– les objets de sécurité connectés,

– les objets de gestion de l’éclairage illustré par l’ampoule “Hue” de Phillips notamment distribuée dans les Apple Stores,

– et enfin les boxes domotiques servant par exemple au contrôle des volets à distance.


 LES OPPORTUNITES

Le marché des objets connectés comme celui de la e-Santé ont un très grand potentiel dans la mesure où ils entrent en résonnance avec le mode de vie de la population – et donc de ses clients. Ils bénéficient en effet des mutations sociologiques récentes comme l’hyper connectivité. Ce phénomène social est également renforcé par l’émergence d’une nouvelle tendance: “Le quantified-self”. Cette tendance se définie par la collecte et l’utilisation d’informations personnelles. En bref le marché des objets connectés présente diverses opportunités que ce soit sur le plan économique, sociologique ou encore technologique.

Les opportunités économiques

La France connait une mutation sociologique profonde via une connectivité de plus en plus importante. Les consommateurs sont ainsi amenés à acheter de plus en plus de produits qu’ils n’auraient pas pu imaginer il y a seulement une décennie – tout simplement car aucun équivalent à ces produit n’existait. Parmi ces produits, se trouvent les objets connectés. Un nouvel essor économique découle du développement de ce marché. Si Xerfi estime que ce marché ne vaut “que” 150 millions d’euros en 2013, la notoriété de sociétés telles que Withings ou Nike qui croient profondément en l’avenir de ces objets ne peut que faire progresser ce marché et générer une demande de plus en plus forte. Cette évolution de la demande devrait ainsi permettre un développement de l’offre. Xerfi estime que le marché des objets connectés pourrait atteindre une valeur de 500 millions d’euros en 2016, ce qui aurait pour conséquence première la création d’entreprises et d’emploi.

De nouvelles opportunités d’ordre économiques sont également liées à la réduction des dépenses énergétiques. Ainsi, des thermostats connectés proposés par les sociétés Nest aux Etats-Unis ou Netatmo en France française, permettent une réduction significative de la consommation d’énergie.

Dans le secteur médical, les objets connectés en lien avec la télémédecine permettent une réduction conséquente des dépenses en particulier dans le traitement des maladies chroniques (Réduction des analyses, des déplacements, du temps du médecin, etc..). Dans ce même domaine, l’exploitation des données numériques médicales propres à chaque individu (“Big Datas”) permettra de créer une véritable valeur économique pour les entreprises. L’interprétation de ces données leur permettra notamment d’adapter leur stratégie vis-à-vis de leurs clients et générer ainsi un meilleur profit. Les assureurs pourraient par exemple réévaluer leurs polices pour les personnes possédant des traqueurs d’activités.

Depuis 2007 la confiance entre investisseurs et système bancaire a fortement diminué. De nouveaux systèmes de financement se sont développés comme le crowfunding, un système de financement collectif. Les start up qui se lancent sur le marché des objets connectés y ont très  fréquemment recours afin de récolter les fonds nécessaires à la réalisation de leur projet.

Les opportunités sociologiques

La France a subit une véritable révolution numérique, liée à un changement sociologique amorcé depuis une dizaine d’années. Les entreprises poussent à une connectivité au quotidien et les individus en redemandent comme le montre l’augmentation d’achat de Smartphones et de Tablettes. Ainsi, le développement des objets connectés est grandement encouragé par l’utilisation de ces appareils. En parallèle, la notion du “Quantified Self” provenant des Etats-Unis s’intègre à tous les objets connectés, leur donnant une fonction à la fois ludique et pratique pour avoir un regard sur sa santé. Les consommateurs en raffolent.

Les objets connectés profitent également des plateformes sociales qui ouvrent la voie à de nouvelles possibilités de communication autour des objets connectés et permettent des progressions participatives – dont les utilisateurs sont de plus en plus friands.

Sur le plan politique, la France a bien compris l’importance des objets connectés dans la vie de ses concitoyens et a mis en place un plan industriel des “objets connectés” qui place ces derniers comme l’une des 34 priorités industrielles de la France. (Source : Direction Générale de la Compétitivité de l’Industrie et des Services (DGCIS)). L’objectif de ce plan est de capitaliser sur les acquis des différentes start-up françaises et de favoriser l’expansion de ce marché tout en améliorant la production sur le territoire national. Il permettra également un financement dédié à ce nouveau secteur afin de consolider les avancées en R&D déjà présentes.

Comme le rapporte le journal «  les échos » on constate une augmentation de 6,4% de cambriolages en zone urbaine et de 4,7% en zone rurale en 2013. Des statistiques qui expliquent en partie que les individus tendent à renforcer leurs systèmes de sécurité. Une cible de consommateurs de choix pour le marché des objets connectés qui développent des alarmes et des caméras de surveillance connectées par exemple.

Les opportunités technologiques

Les objets connectés bénéficient des avancées technologiques. Les composants sont de moins en moins cher ce qui facilite la tâche aux start up qui lance leur produit. De plus on peut constater l’amélioration considérable du réseau internet avec l’apparition de la 4G, l’expansion de point d’accès gratuits au réseau sans fil, qui rendent les objets connectés très performants.


LES LIMITES

Bien que les opportunités soient nombreuses, le marché des objets connectés n’est encore qu’au stade de niche. En effet, des limites à son évolution existent et relèvent principalement de trois ordres : Sociétal, juridique et économique.

Limites sociétales

Certes le phénomène se développe rapidement mais pour autant la méconnaissance à son sujet demeure. D’après une enquête réalisé par l’institut d’études Havas media : 81% des internautes ( 15/49 ans ) aurait déjà entendu parler des objets connectés mais seulement 55% d’entre eux sont capables de les définir. Le phénomène reste donc flou pour la moitié des internautes dépassés par la rapidité de développement de toutes ces nouvelles technologies.

Les nouvelles technologies se développent très rapidement ce qui modifie en profondeur le comportement d’achat des consommateurs. Mais l’émergence des objets connectés peut également entraîner une certaine lassitude de leur part. Que ce soit en raison de fonctionnalités similaires selon les produits ou par leur utilisation désuète au quotidien. Si l’objet ne se fond pas dans une utilisation quotidienne, et si l’on n’arrive pas à dépasser le stade de l’effet de surprise alors l’objet connecté ne satisfera pas l’utilisateur qui s’en lassera rapidement et ce dernier restera au rang des « gadget » dont les français ne sont pas amateurs. (source : Article d’Edouard Laurier “Objets connectés: la deuxième révolution de l’internet” parus sur le blog “lenouveleconomiste.fr”.)

Limites économiques

L’émergence de ce marché connecté aurait pu tomber mieux dans le calendrier. Subissant les conséquences de la crise économique le pouvoir d’achat des français a véritablement diminué et il est certain que pas tout le monde va se donner comme priorité d’acheter un thermostat connecté lorsque le traditionnel fonctionne encore. Ce marché se développe principalement sur Internet et bien que quelques boutiques spécialisées ouvrent leur portes ( la Fnac le 30 juin dernier ) ils sont encore minoritaires. Disponibles à des prix encore élevés peut être que Les utilisateurs préféreront faire le test en direct du produit et le prendre en main avant d’investir. A l’aune du phénomène la gamme de produit est encore restreinte.

Limites juridiques

logo-cnil

Concernant le cadre juridique, la gestion des données récoltées risque de poser problème. En effet, les organismes juridiques se penchent de plus en plus sur la question. C’est à travers leur “Lettre innovation et prospective” n° 4 parue en Mars 2013 que la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) a déclaré s’intéresser de près aux nouveaux objets et services qui créent, stockent des données personnelles et tracent nos activités. Nul doute que cet organisme ne sera pas le seul à superviser et encadrer les futurs acteurs du marché des objets connectés dans les années à venir. (source : CNIL)

En reprenant les termes du Livre Blanc “Les nouveaux Eldorados de l’économie connectée” portant sur les objets connectés, le contexte juridique des objets connectés est encore instable à l’heure actuelle. Il semble que l’Union Européenne soit en pleine réflexion sur le cadre juridique encadrant la collecte, le stockage et le traitement des données personnelles. De plus, le remaniement du Parlement et de la Commission Européenne au cours de l’année 2014 risque de ralentir le processus.

Le marché des objets connectés est novateurs bien que récent. La phase d’initiation à ce marché de la part des start up française a été réalisé avec succès si l’on constate le positionnement de certaines start-up sur ce marché telles que Withings ou Netatmo. Selon différents intervenants, ce marché a un fort potentiel de croissance dans les prochaines années au vue des nombreuses opportunités détaillées dans la synthèse. Le potentiel de croissance est bien réel, mais pour atteindre la maturité de ce secteur, il faudra outrepasser les différentes limites qui s’y rattachent. En effet, le parallèle entre objets connectés et gadgets doit être écarté et les questions de sécurité des données devront être résolues. En profitant du soutien gouvernemental et de la réussite des différents précurseurs sur le marché Français, les nouveaux arrivants devraient bénéficier d’une dynamique positive et peut-être permettre à la France de garder son avantage acquis par rapport aux autres pays. A l’heure où le “tout connecté” s’installe progressivement dans les foyers français, le marché des objets connectés a donc véritablement une carte à jouer pour s’imposer durablement.

Bibliographie :
Interview de Mr Renaud Acas, co-fondateur du site “Objetconnecte.net” / Ouvrage d’Alain Bensoussan : “Quantified self et internet des objets, tendance majeure du marketing digital” / Etude Xerfi 4EEE16 ” Le Marché des Objets Connectés” / Etude IFOP “Les Objets connectés, au centre d’un nouvel écosystème de Santé ?” réalisé pour l’Atelier BNP Paribas / Etude Havas Média “Internet des Objets, les chiffres clés” / L’Internet des objets de Pierre-Jean Benghazi, Sylvain Bureau et Françoise Massit-Folléa (Edition MSH) / Livre Blanc “Les nouveaux Eldorados de l’économie connectée” par l’institut G9+ / Lettre Innovation et Prospective de la CNIL / lenouveleconomiste.fr / lemonde.fr / hapi.com / journaldugeek.com / bdm.insee.fr