Accueil / Internet des Objets / Les objets connectés consomment-ils trop en électricité?

Les objets connectés consomment-ils trop en électricité?

Depuis que les objets connectés sont omniprésents dans la vie de tous les jours la consommation d’électricité a augmenté considérablement.

Un monde connecté

De nos jours le commerce du High-Tech représente une part très importante dans la consommation. En effet, les objets connectés représentent actuellement 14 milliards d’appareils et leur valeur est estimée à 19 000 milliards de dollars par le Cabinet Gartner (entreprise qui s’occupe du conseil et de la recherche dans le domaine des techniques avancées). D’ici 2020 les objets connectés devraient atteindre les 50 à 80 milliards d’appareils.

Malheureusement, ces objets consomment énormément d’énergie, qu’ils soient en fonctionnement ou en veille. En effet, selon l’Agence Internationale de l’Energie (IEA), le coût de la consommation des objets connectés était de 59 milliards d’euros pour l’année 2013. Et la facture risque de s’alourdir d’ici à 2020, atteignant les 120 milliards d’euros.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes

D’après le rapport publié en 2014 par l’IEA, la consommation globale de ces objets s’élève à 616 térawatts/heure (supérieure à la consommation d’électricité du Canada). Ils consommeraient 400 térawatts/heure rien qu’en étant en veille.

La plupart des périphériques utilisent autant de puissance en mode veille que lorsqu’ils sont activés.Maria Van Der Hoeven, directrice exécutive de l’IEA

De plus, 80% de l’énergie qu’ils consomment est utilisée uniquement dans le maintien constant de la connexion avec le téléphone.

Dans son rapport, l’IEA précise que ne pas produire toute cette énergie reviendrait à fermer 200 centrales à charbon d’une puissance de 500 MW ou à retirer 92 millions de voitures de la circulation (soit 600 millions de tonnes de CO2 en moins).

Des solutions existent

Malgré leur consommation énergétique importante les objets connectés ont un grand potentiel. En trouvant des solutions adaptées il serait possible de réduire cette consommation de 60%.

L’entreprise française Avob tente par exemple de mettre au point des algorithmes qui ajustent la puissance de l’objet en fonction de son utilisation réelle. D’autres technologies devraient bientôt émerger. D’après le site linformaticien.com l’une des plus prometteuses serait le PoE (Power over Ethernet) qui permettrait d’alimenter un terminal IP tout entransmettant des données, ce qui réduirait donc la consommation.

Source : iea.org