Accueil / Bébé - Puériculture / Objets connectés pour bébé : la puériculture connectée

Objets connectés pour bébé : la puériculture connectée

Au 21ème siècle, tout est potentiellement “connectable”. L’un des nouveaux domaines émergents est celui des objets connectés en lien avec bébé. Mais que valent vraiment ces objets et sont-ils bons pour nos chérubins ? Enquête sur la puériculture 2.0 grâce à un entretien avec Claire Durando, puéricultrice.

Un secteur en pleine expansion

De nombreux objets ont été présentés au CES 2014, dont plusieurs étaient destinés aux enfants. Si les objets éducatifs sont les grands absents du salon, les objets dédiés à la puériculture, quant à eux, sont de plus en plus présents.

Nous pouvons distinguer entre deux voir trois catégories d’objets :

  • ceux visant à suivre la santé des bébés
  • ceux qui portent sur la surveillance des nourrissons
  • les autres, ceux qui ne sont pas rattachés aux deux premières catégories.

Présentons ces objets avant de demander son avis à une professionnelle du secteur.

Objets connectés et santé de bébé

Mimo baby monitor

> Mimo baby monitor : ce vêtement en coton est équipé d’un emplacement spécial dédié au rattachement d’un objet connecté. Le principe étant de clipser sur le body un appareil pour mesurer la santé du bébé. Plusieurs fonctions sont possibles. Le body est tout d’abord équipé d’un capteur de respiration. L’appareil sonde le sommeil et analyse la température corporelle. Il observe aussi les mouvements et la position du nourrisson. Doté d’un microphone intégré, vous pourrez écouter bébé toute la journée. Cet objet connecté est proposé au prix de 150 euros environ.

pese enfant kidscale

> Kidscale : le « pèse enfant » intelligent. Cette balance pèse et mesure bébé au quotidien. Il permet ainsi de suivre l’évolution de sa courbe de croissance, et propose de la comparer à celle d’un enfant en “bonne santé” (donc basé sur un standard). Vous pourrez suivre l’évolution de la croissance de 4 enfants en même temps et ce jusqu’à leurs 8 ans environ, car cette balance connectée supporte jusqu’à 25 kilos. Son prix est de 180 euros environ.

Objets connectés et surveillance de bébé

Eyeon baby

> EyeOn Baby : l’appareil de surveillance doté d’une caméra et de hauts parleurs. Connecté au réseau Wifi, il capte à la fois la température de la chambre et les bruits émis par le bébé. Ces hauts parleurs vous permettent de lui parler (ou de lui chanter une berceuse). Doté d’une carte micro SD vous pourrez « revoir » ou « réécouter » bébé. Ce produit est proposé à partir de 130 euros.

Tedi connecté > Tedi : même principe de caméra et de contrôle de la température… le tout intégré dans une peluche. Une peluche connectée pour bébé.   Moneual SW baby monitor

> Moneual SW baby monitor : l’appareil destiné aux personnes malentendantes ou atteintes de surdité. Ce système est composé de deux objets: un ovoide est posé dans le lit de bébé et il transmet l’information sur un bracelet connecté à distance pour prévenir une personne que le bébé pleure.

Autres objets connectés pour bébé

pousette origami connectée

> Origami : la poussette connectée. Proposée à un prix de 630 euros environ (ce qui n’est pas excessif en comparaison du prix d’une poussette plus “standard”) cette poussette vous facilitera la vie. Fini le temps perdu à plier le carrosse de bébé, cette poussette connectée se fermera et s’ouvrira automatiquement.  Vous pourrez charger votre portable en marchant, tout comme la poussette se rechargera automatique durant la promenade. Dotée d’un écran LCD sur le guidon vous pourrez savoir vitesse de marche et distance parcourue.

sleepow > Sleepow : l’oreiller à mémoire de forme. Conçu en version adulte mais aussi en version enfant, cet oreiller est doté d’un lecteur MP3 pour diffuser, par exemple, une berceuse à votre bébé.   couches connectées

> TweetPee :la couche connectée. Proposée par Huggies, cette couche connectée vous permet de savoir quand celle-ci est humide et qu’il faut la changer, grâce à un capteur que vous poserez sur la couche. Vous pourrez aussi connaître à tout moment l’état de votre stock de couches à la maison. D’autres prestataires vont même plus loin, notamment avec les Smart Diapers qui proposent en plus un test urinaire destiné à prévenir les éventuelles pathologies qui pourraient affectés votre bébé.

Notons que les objets présentés ici ont été proposés par de nombreux autres constructeurs, cette liste n’est donc pas exhaustive et a simplement pour but de présenter certaines nouveautés, à titre d’information.

Maintenant présentées les nouveautés en matière de puériculture, demandons leur avis à des professionnelles afin de savoir si ces objets sont réellement bénéfiques pour vos chérubins.

L’avis de professionnels

Claire Durando, puéricultrice au service néonatologie de l’Hôpital d’Albertville en Savoie (73) a accepté de répondre à nos questions. Afin de nous faire un avis complet sur la question, nous avons aussi interrogé une puéricultrice à domicile, qui, pour des questions professionnelles préfère garder l’anonymat.

Lorsque nous leur avons demandé si elles connaissaient déjà ce type d’objet, leur réponse fût catégorique: jamais entendu parler. Ceci dit, cela semble assez normal puisque la plupart de ces derniers sont encore à l’état de prototype ou en phase de test dans certains pays, rarement la France. De plus, au vu des réponses fournies par ces professionnelles, nous doutons à présent qu’ils envahissent les foyers européens, du fait des nombreuses contre-indications détectées.

Avis sur les objets connectés en lien avec la santé

Concernant les objets en rapport avec la santé, le verdict des professionnelles est plutôt limpide: méfiance !

Pour le Mimo Baby Monitor par exemple, il semble selon Claire que cet objet soit plus anxiogène que rassurant pour les jeunes parents.

Par exemple concernant le capteur de respiration, il faudrait au préalable être certain que celui distingue les différentes phases de sommeil que connaît un nourrisson. En effet, si la respiration est régulière dans certaines phases du sommeil, cela n’est pas le cas pour toutes. Ainsi durant le sommeil paradoxal, il est normal que la respiration de bébé ne soit pas régulière. De plus, il ne faut surtout pas réveiller un bébé lorsqu’il se trouve durant cette phase de sommeil, très importante pour lui. Pas de panique, donc!

stress des parents

Concernant le pèse-bébé, le risque ici est de comparer la courbe de croissance à celle d’un “standard”. Claire Durando nous rappelle à ce titre la grande différence entre les bébés nourris au sein et ceux nourris au biberon. Ainsi il est possible que le bébé, suivant son type d’alimentation, ne prenne pas beaucoup de poids, sans pour autant que cela indique une mauvaise évolution de son état de santé. Il est ainsi conseillé de se fier au jugement du pédiatre, dont les visites sont obligatoires durant les 6 premiers mois de votre nourrisson, à raison d’une visite par mois.

De manière générale , les puéricultrices mettent en garde contre les effets indésirables de tels produits, qui selon elles, risquent plus de “stresser” les parents plutôt que de les aider. Selon les professionnelles, aucun de ces objets ne valent “l’oeil” des parents. En effet, petit à petit les parents vont s’enrichir des informations que leur transmettent bébés et à force d’apprentissage et d’ajustements, les parents sont les meilleurs “détecteurs” concernant une éventuelle anomalie dans la santé de leur enfant.

Avis sur les objets connectés en lien avec la surveillance

Le danger ici est de relayer la surveillance physique de votre enfant par une surveillance virtuelle, ce que craignent le plus les puéricultrices. Si certains objets connectés peuvent être source de sérénité pour les parents (puisqu’ils permettent de garder un oeil sur lui en permanence), il ne faut pas tomber dans l’extrême. Si le EyeOn baby peut présenter des avantages, la peluche Tedi est proscrite par les professionnelles car les ondes wifi ou autres sont trop près du nourrisson. De manière générale cette critique vaut pour tous les objets présentés plus haut.

danger ondes

En effet, les ondes quelles qu’elles soient sont fortement déconseillées pour les nourrissons. De manière optimale il faut que la chambre de bébé soit exempte de toute onde émise par un objet, et, le cas échéant, celui-ci doit être placé le plus loin possible du bébé. Ainsi la couche connectée est à bannir, tout comme l’oreiller à mémoire de forme.

Sélection des objets par les professionnels

Ceux qui ont tout bon

– le Moneual SW baby monitor prend la première place du classement puisqu’il apparaît comme une réelle aide au quotidien pour les parents malentendants. Selon Claire Durando, ce secteur est à investir et beaucoup reste à faire en matière d’aide à la parentalité pour les personnes souffrant de handicap. Néanmoins il ne faut pas abuser de cet objet et privilégier une surveillance naturelle lorsque cela est possible.

– la poussette connectée se classe aussi en tête de liste des objets “bons” pour bébé. En effet celle-ci pourrait être un objet utile aidant à créer un lien entre parents et enfants. Non seulement bébé est sorti, ce qui lui fait le plus grand bien, mais en plus vous pouvez exercer une activité sportive tout en profitant de votre enfant. A ce titre la course à pied avec poussette se démocratise de plus en plus.

Ceux qui ont tout faux

– l’oreiller à mémoire de forme. Les oreillers, quels qu’ils soient ne sont pas recommandés pour les enfants jusqu’au environ un an et ce dans une approche de prévention de la mort subite du nourrisson. Il ne faut pas donner d’oreiller à votre bébé afin que ce dernier n’enfouisse pas sa tête dedans et ne risque pas d’étouffer. Ce produit est probablement le pire des objets connectés, s’il s’adresse aux enfants. De plus, à l’heure actuelle, tous les jouets pour bébés sont dotés de haut-parleurs et émettent de la musique ou divers sons. Cela fait beaucoup pour les bébés qui sont déjà entourés de bruits et de sons durant la journée. Au moment du sommeil il faut que l’environnement sonore de votre bébé soit le plus calme possible.

– la couche connectée : 

Je ne vois pas l’utilité d’un tel produit. Lorsqu’une couche doit être changée, cela est rapidement détectable. De plus, poser un capteur émettant des ondes près de la zone génitale me semble très risqué. Nous ne savons pas encore les effets nocifs que cela pourrait avoir à terme.Claire Durando

Questions

Pensez-vous que ces objets pourraient, dans un futur proche, équiper vos lieux de travail et pourquoi ?

Selon Claire Durando, ces objets ne feront pas partie du quotidien des hôpitaux dans un futur proche, pour une raison de fort coût.

De plus, ces objets n’apportent pas grand chose à notre expertise. Si certains d’entre eux peuvent rassurer les parents une fois rentrés à la maison, ils ne peuvent et ne doivent en aucun cas remplacer le regard et le suivi d’un professionnel
Dans le service de néonatologie, destiné aux bébés nés prématurément, la grande avancée numérique du moment est celle des scopes qui ne sonnent pas dans la même pièce que celle ou se trouve les bébés. En effet ces derniers, qui sont suivis de près et en temps réel, sont entourés de diverses alarmes et sons provenant des machines qui les suivent. Certains hôpitaux se sont dotés de scopes qui préviennent les professionnels dans leur salle, ce qui permet aux nouveau-nés d’être plus au calme.

Cependant les objets connectés peuvent être d’une grande aide, notamment au moment des soins et en particulier lorsque ceux-ci sont douloureux. En effet, selon Claire, les tablettes semblent être un très bon moyen de distraction pour les enfants lorsqu’ils doivent subir des soins. Diffuser un dessin animé ou une image permet de captiver l’enfant et de le faire se concentrer sur autre chose. Pour la puéricultrice cela réduit l’angoisse liée au soin, en complément des moyens apportés pour réduire la douleur physique. tablette pour enfants

Quel est votre avis personnel concernant les nouvelles technologies en lien avec la puériculture ?

De manière générale, il semble que nos deux professionnelles ne soient pas favorables à ce type de produit, qui culpabilise les parents plus qu’ils ne les aident. Ils seraient même une source d’angoisse pour ces derniers. Selon elles, il semble qu’aujourd’hui, si l’on ne possède pas tel ou tel objet, nous sommes de mauvais parents et cela est complètement faux. Il faudrait rester maître de ce que l’on peut faire pour bébé, sans croire qu’il faille une assistance extérieure. 

Ces objets intermédiaires peuvent rompre le lien qui se crée entre l’enfant et les parents ou freiner la reconnaissance mutuelle. Il faut que les parents aient confiance en eux et sachent qu’ils pourront, sans objets connectés, réussir dans l’éducation et le suivi de leur bébé. Puéricultrice à domicile

En conclusion

Il semble donc qu’il faille rester méfiant envers ces objets connectés ou tout du moins raisonnables. Si ces derniers peuvent faire office d’aide de manière ponctuelle et dans des cas particuliers, il ne faut pas généraliser leur utilisation. Bébé aura tout le temps, en grandissant, de se confronter au tout connecté sans que l’on précipite cet apprentissage. Nous remercions Claire Durando et notre puéricultrice à domicile pour l’interview qu’elles nous ont accordé et pour la franchise de leur réponse. Nous espérons à ce titre avoir rassuré les (futurs) parents en leur démontrant qu’ils sont les seuls réellement capables d’apporter le regard nécessaire sur leur enfant.