Accueil / Vêtement et accessoire connectés / Montre connectée / Les smartwatches, un danger pour l’horlogerie suisse ?

Les smartwatches, un danger pour l’horlogerie suisse ?

Le marché des montres intelligentes est en pleine expansion. Jusque là, l’horlogerie suisse n’était pas contrariée puisqu’elle ne s’adressait pas au même public. Mais l’arrivée de l’Apple Watch sur le marché pourrait bien changer les choses.

Une menace pour l’industrie ?

Les montres suisses sont orientées vers le secteur du luxe donc jusque là les smartwatches ne jouaient pas sur le même tableau.
Mais l’Apple Watch qui débarque au début de cette année (2015), peut leur faire de l’ombre. Jean-Claude Biver, patron du pôle Montres de LVMH expliquait en juillet sur CNBC “Je pense personnellement qu’elle a le potentiel pour être une menace pour l’industrie, et qu’elle ne devrait pas rester les bras croisés.”


Apple face à l’horlogerie de luxe

Apple a révolutionné le smartphone et l’informatique et risque bien de faire de même avec sa montre intelligente. Et pour mettre toutes les chances de son côté, elle a su bien s’entourer. Ainsi, on y retrouve Patrick Pruniaux, ex-directeur commercial de Tag Heuer.

Certaines marques suisses, ne sont pas inquiètes de l’arrivée de l’Apple Watch. Selon elles, la montre connectée de la marque à la pomme n’est pas un concurrent étant donné que l’horlogerie de luxe est un bijou qui peut se transmettre de génération en génération avant tout.

Swatch et Tissot

Swatch et Tissot pourraient bien subir l’arrivée de l’Apple Watch, l’ordre de prix étant semblable puisque ce sont des entrées de gamme. Swatch, Nick Hayek, patron du groupe Swatch se veut (auto) rassurant “Depuis que les smartphones, les iPads ou les iPods existent, nous avons vendu davantage de montres mécaniques encore. Cela montre que le consommateur place l’émotion avant la précision.”

Elmar Mock, ingénieur horloger suisse et co-inventeur de la montre Swatch n’est pas de son avis. “En prenant un chiffre réaliste de 100 millions de smartwatches vendues par an, ce marché pourrait peser dans les 30 milliards de dollars, soit davantage que l’ensemble de l’horlogerie suisse.”

Smartwatches ou horlogerie de luxe, l’utilisation, la signification et le prix ne seront pas les mêmes. Finalement si ces deux montres ne s’adressent pas au même public, pourquoi ne pas les faire cohabiter ?


Source : swissinfo.ch