Les frigos connectés piratés ?

Qui dit Internet dit mesures de sécurité, et l’Internet des objets ne déroge pas à la règle. Au contraire, même, si l’on considère que ce qui peut se faire pirater n’est plus seulement notre ordinateur, mais ni plus ni moins que notre maison. En effet, plus les objets qui nous entourent se connectent, plus les risques deviennent importants, qu’il s’agisse de routeurs, de serveurs multimédias, de télévisions… ou même de frigos connectés.

C’est ce qui ressort du rapport publié par Proofpoint en début d’année. Spécialisée dans la sécurité des données en ligne, la firme américaine a évoqué la première « cyberattaque via les applications d’appareils électroménagers intelligents ». Et le constat n’est pas si léger que ça puisque ça serait plus de 750.000 mails malveillants envoyés depuis plus de 100.000 gadgets électroniques du quotidien qui auraient servis à ce genre d’attaque entre le 23 décembre 2013 et le 6 janvier 2014. Les vagues de malwares observées par Proofpoint étaient généralement envoyées par groupes de 100.000, trois fois par jour, vers des entreprises ou particuliers partout dans le monde. Parmi ces malwares, plus de 25% provenaient d’objets peu habituels, tels des appareils électroménagers, des télévisions connectées, des consoles de jeu… « et au moins un réfrigérateur ». Une première.

Cela fait pourtant longtemps que les experts en technologies de l’information prédisent que la prolifération de l’Internet des Objets amènera à ce genre de problèmes. En 2020, ça ne sera pas moins de 200 milliards d’objets qui seront connectés à Internet, d’après les chiffres de l’IDC (International Data Corporation). Mais ces dispositifs sont rarement protégés par des anti-virus et autres anti-spam. Si les failles de sécurité sont détectées, elles ne sont corrigées qu’avec beaucoup de retard et, surtout, ne sont pas automatiquement installées. Qui penserait à mettre à jour régulièrement le pare-feu de son frigo quand on sait que peu d’ordinateurs sont vraiment protégés ?

Les appareils connectés à Internet représentent une menace énorme parce qu’ils sont faciles à pénétrer, que les consommateurs ne sont pas incités à les rendre plus sûrs, que ces dispositifs de plus en plus nombreux peuvent envoyer du contenu malveillant presque sans se faire détecter, et que peu de fournisseurs prennent les mesures nécessaires pour protéger de cette menace. Le modèle de sécurité actuel ne permet simplement pas de résoudre le problème. Michael Osterman, analyste en sécurité

On peut évidemment s’interroger sur les intentions de Proofpoint, qui compte certainement profiter de ce problème majeur pour proposer ses propres logiciels de protection aux entreprises. Cela n’empêche que tant que des pare-feux et anti-virus dignes ne ce nom n’existeront pas sur le marché, nous aurons raison de nous méfier.

Que se passera-t-il si quelqu’un piratera le réfrigérateur d’un autre et commandera 50 packs de lait ? Peut-être pensez-vous que ça n’est pas si grave ? Mais imaginez que toute votre maison soit connectée à internet et que des hackers parviennent à désactiver votre système de sécurité simplement en s’introduisant dans l’application dédiée. Jochem Binst, directeur de Communication de VASCO Data Security

2 Commentaires

  1. The first cyber-attack from a fridge!!!
    http://t.co/U2yRLWVyk2
    http://t.co/8dhR28CNDM
    HT
    #cybersecurity #IoT #digital

  2. La première cyber-attaque depuis un frigo!!
    http://t.co/U2yRLWVyk2
    http://t.co/8dhR28CNDM
    HT
    #cybersecurity #IoT #digital