Accueil / Loisir / Drones / Quand le Japon fait des Origamis avec les drones

Quand le Japon fait des Origamis avec les drones

orizuru

Au Japon non plus les drones n’ont pas une très bonne image. En particulier après qu’un homme ait envoyé un aéronef transportant du sable radioactif au-dessus de la maison du Premier ministre japonais en avril dernier. Pour y remédier, le fabricant d’électronique RHOM Semiconductor a trouvé un moyen original : créer un appareil en forme d’origami. 

Cette année à l’Exposition Combinée des technologies de pointe qui s’est tenue à Tokyo, LAPIS Semiconductor, filiale de RHOM, a dévoilé Orizuru. Ce drone à la forme d’une grue en papier capable de s’envoler grâce au savoir-faire bien connu de nos voisins nippons en matière de nouvelles technologies.

Pour rendre cela possible, la technologie qui alimente ce splendide appareil est Lazurite Fly, un micro-ordinateur spécialement conçu par LAPIS Semiconductor qui serait près de 90% plus écoénergétique que ses concurrents, comme Arduino, et dont la taille serait comparable à celle d’une carte SD.

Une très mauvaise image au Japon aussi

Les drones n’ont pas franchement la cote dernièrement au Pays du soleil levant, où comme dans d’autres pays du globe, il y a eu plusieurs problèmes avec l’utilisation d’aéronefs. Depuis juillet dernier, il est illégal de faire voler un appareil autour du centre politique ou du Palais Impérial, à cause d’un incident survenu en avril dernier où un utilisateur a transporté grâce à un drone du sable radioactif pour le larguer au-dessus du toit du Premier ministre Shinzo Abe.

CQ2WNsXVEAASMjB

D’où l’idée de donner une tête un peu plus sympathique au drone, en le changeant en origami de grue, contrôlable grâce à une télécommande. L’appareil a été pensé de manière à pouvoir reproduire de façon la plus réaliste possible le mouvement d’un oiseau en vol.

Le squelette du drone a été réalisé grâce à une imprimante 3D, à partir de filaments de nylon pour donner à Orizuru sa forme avec ses différentes couches de “papier”. Le drôle d’oiseau est un poids plume, 31 grammes comprenant pile et capteurs, pour une longueur de corps de 70cm. Trois mois de travail ont été nécessaires pour réaliser ce magnifique objet dont les secrets de fabrication devraient être dévoilés dans le futur pour permettre à ceux qui le souhaitent de créer leur propre modèle. 

La grue, un symbole important

Au Japon, on ne plaisante pas avec l’art de découper et plier le papier. Les amoureux de la culture nippone se sont sans doute déjà frottés à cette délicate et fastidieuse tâche qui consiste à changer une simple feuille en une magnifique pièce à entreposer sur son étagère. La grue est une des représentations d’origami la plus célèbre du Japon. Cet animal est très important dans la culture nippone et une légende raconte même que “quiconque plie mille grues de papier verra son voeu exaucé“.

sadako sasaki hiroshima grue

Cette légende, la jeune Sadako Sasaki la connaissait, c’est pourquoi la jeune fille lorsqu’elle fut exposée aux rayonnements du bombardement atomique d’Hiroshima, décida de plier mille grues pour guérir. Elle mourut malheureusement à l’âge de 12 ans de leucémie après avoir plié 644 grues. Pour honorer sa mémoire, ses camarades de classe terminèrent de plier les origamis jusqu’à ce qu’il y en ait mille. La fillette fut enterrée avec la guirlande de grues.

Une statue à l’effigie de Sadako Sasaki a été érigée dans le parc de la paix d’Hiroshima. La petite fille se tient debout, mains ouvertes laissant s’envoler une grue en papier, devenue un symbole de paix. Une connotation pacifique et poétique qui aidera peut-être les Japonais à davantage apprécier les drones si ceux-ci ont la forme d’une grue.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *