Accueil / Multimédia / Imprimante 3D / Et si demain vous imprimiez vos aliments à la maison ?

Et si demain vous imprimiez vos aliments à la maison ?

pizza imprimante 3D

On a l’impression d’être en plein film de science-fiction. Imprimer de la nourriture ? Le concept, alléchant au possible se développe de plus en plus. Visuels soignés et plats équilibrés sont les deux clés du développement des aliments made in 3D. On vous explique. 

Et si demain, vous n’alliez plus au supermarché pour acheter vos aliments mais que vous les imprimiez en 3D dans votre salon ? L’impression d’un aliment en 3D est devenue une réalité depuis plusieurs années et séduit désormais un public de plus en plus large. Comment ça marche, à quoi ça sert ? Découvrez les réponses à toutes vos questions dans notre guide.

Comment ça marche ?

imprimante 3D aliments bio

Dans l’imaginaire collectif, une imprimante c’est d’abord du papier et de l’encre. Si on commence à penser 3D, alors c’est le plastique qui nous vient à l’esprit. L’impression en 3D d’aliments se fait bien entendu avec des matières comestibles. L’idée est donc à partir de sucre, de chocolat ou de nombreuses autres matières de créer un plat.

Le principe est le même que pour une impression 3D dans le secteur industriel. A partir d’un fichier numérique, une machine envoie les informations pour superposer des milliers de couches jusqu’à obtenir le résultat souhaité. Pouvez-vous à l’heure actuelle vous en servir dans votre coin, faire chez vous vos propres plats ? En théorie oui. Dans les faits, c’est un peu plus compliqué et les usages sont pour l’instant surtout professionnels. Le principal obstacle à un usage domestique est avant tout le prix. Celui des imprimantes mais aussi de la matière première nécessaire. On peut toutefois imaginer sans peine que dans un futur plus ou moins proche, au réveil, notre imprimante 3D se déclenchera automatiquement pour créer notre petit déjeuner.

Des crêpes design en Bretagne…

De nombreux projets existent à l’heure actuelle. Mais c’est le secteur industriel qui s’est le plus vite saisi accompagné par celui de la création artistique. Dans ce registre, on peut trouver un très bon exemple en Bretagne.

Le Centre Culinaire Contemporain de Rennes, ouvert en 2013 s’est lancé dans la fabrication de crêpes à travers une imprimante 3D. L’objectif des deux chefs qui y travaillent est de respecter la recette traditionnelle tout en proposant des produits attractifs visuellement. Dites adieu à la forme ronde classique de ce plat régional et découvrez une crêpe en forme de… Tour Eiffel.  “Notre objectif, c’est de travailler sur le volet professionnel. Les entreprises de l’agroalimentaire sont intéressées mais elles veulent des machines sur mesure adaptées à leur produit”, explique Sophie Briand, digital manager du centre dans une interview à 20 Minutes.

Si le projet semble être arrivé à un point mort, l’ambition sur place est de créer le premier laboratoire de 3D alimentaire d’Europe. De quoi à terme revisiter l’ensemble des plats de la cuisine bretonne ?

… aux pizzas de la NASA

Difficile de faire le tour de tous les projets qui se sont montés autour des aliments en 3D. Mais on peut aussi retenir celui de l’imprimante à 3D pour pizzas financée par la NASA. On vous en a parlé en juin dernier. Baptisée “BeeHex”, celle-ci est capable selon ses créateurs d’imprimer une pizza en 5 min. Pour la développer la NASA a accordé une bourse de 125.000 dollars !

L’idée à terme pour l’agence spatiale est de pouvoir produire une alimentation savoureuse pour les astronautes durant les missions spatiales. Mais, à court terme le projet a été implanté dans des lieux d’événements culturels et sportifs. L’entreprise semble à terme vouloir produire d’autres types d’aliments mais se concentre sur les pizzas à l’heure actuelle.

Le fonctionnement de la machine est simple, l’utilisateur passe commande sur l’application en choisissant le type de pâte, les ingrédients, la sauce ou encore le fromage. Un ordinateur donne ensuite les consignes à l’imprimante 3D.

Les aliments 3D ça vous tente ?

Dans tous ça, on en oublierait presque le plus important. Est-ce que nous sommes vraiment prêts pour ce bouleversement culinaire ? L’une des études les plus intéressantes sur le sujet est celle du Centre for Creative and Cultural Research at the University de Canberra en Australie. Dans un document publié en fin d’année dernière, ils expliquent que les personnes interrogées seraient totalement prêts à manger des plats imprimés en 3D sous réserve qu’ils apprécient déjà l’original. En clair : oui à la pizza, aux pâtes ou encore au chocolat, non au plats à base d’insecte.

 “Nos résultats suggèrent que les acteurs qui souhaitent promouvoir les technologies d’impression alimentaire 3D doivent tenir compte des qualités sensorielles et du niveau de traitement des aliments pour encourager les gens à accepter les technologies et leurs produits… Notre recherche a démontré il y avait quelques questions importantes à considérer dans les efforts pour normaliser cette technologie et les aliments qu’elle génère.” Le bilan optimiste du rapport montre aussi dans quelle direction doivent aller les fabricants pour faire des aliments imprimés en 3D la réalité de demain.

Pour tout savoir sur les imprimantes 3D, découvrir nos guides et nos comparatifs, rendez-vous dans notre nouvelle rubrique dédiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *