Accueil / Internet des Objets / Huawei : la fin des objets connectés pour la firme chinoise ?

Huawei : la fin des objets connectés pour la firme chinoise ?

huawei objets connectés

C’est un nouveau coup de massue pour Huawei. Le constructeur chinois a été officiellement banni de la SD Association, l’organisme qui gère le standard SD. Les cartes SD et microSD seront inutilisables sur les prochains appareils Huawei.

Le cauchemar n’en finit plus. Depuis que Huawei a été exclu du marché américain par le souhait de Donald Trump, les partenaires se désengagent les uns après les autres du constructeur chinois. C’est désormais la SD Association qui annonce l’exclusion de Huawei des membres de l’organisation. La firme chinoise ne pourra plus bénéficier des compatibilités SD et MicroSD sur ses prochains appareils. Après la fin du partenariat entre Huawei et ARM, ainsi que le retrait de Wi-Fi Alliance, l’avenir des objets connectés de Huawei s’écrit en pointillé.

Wi-Fi Alliance, ARM, SD Association… Huawei n’en voit plus le bout

L’organisation SD Association a expliqué cette décision par son souhait de se conformer aux ordres du département américain du Commerce. Une décision logique, mais qui plonge encore un peu plus Huawei dans la tourmente. Il y a quelques jours, Wi-Fi Alliance, le consortium qui développe des standards de technologie sans fil a aussi exclu “temporairement” le fabricant. Le constructeur pourra continuer à utiliser la technologie Wi-Fi mais ne sera plus en mesure de participer à l’évolution de celle-ci.

La vraie mauvaise nouvelle vient du côté de l’Angleterre et du souhait d’ARM de ne plus fournir Huawei. ARM est loin d’être l’acteur le plus connu  se retirer, mais c’est certainement l’un des retraits les plus impactant pour le deuxième acteur mondial du marché des smartphones.

Un horizon en pointillé

En effet, quasiment tous les smartphones du marché sont équipés d’une architecture ARM. La société ne fabrique pas de puces, mais cède des licences aux constructeurs. Dont la firme chinoise. Les processeurs Kirin utilisé par Huawei sont basés sur l’architecture ARM. Il paraît compliqué d’imaginer le constructeur fabriquer ses propres processeurs pour ses objets connectés. Les employés d’ARM n’ont même plus le droit d’adresser la parole à ceux de Huawei, sauf par demande notifiée, sous peine de poursuite judiciaire. Rien que ça.  

Cette cascade de décisions en défaveur de l’entreprise pourrait l’amener à se concentrer sur le marché chinois. En attendant de trouver de quoi contre-attaquer? Ce n’est en tout cas pas le souhait de son PDG, Ren Zhengfei. Celui-ci a déclaré ne pas vouloir aller à l’encontre des intérêts économiques américains, notamment ceux d’Apple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *