Accueil / Loisir / Drones / Hacking Team : un drone capable de pirater le WiFi !

Hacking Team : un drone capable de pirater le WiFi !

Le récent piratage dont a été victime la société de surveillance italienne Hacking Team, n’en finit plus de révélé certains dossiers plus ou moins douteux… Cette fois-ci il s’agit d’un drone capable de pirater les réseaux Wifi à distance !

Boeing impliqué

Enfin plus précisément Insitu, une filiale fabricant de drones appartenant au constructeur aéronautique américain Boeing. Un échange de mail datant du 1 er juillet 2015, entre le directeur technique de Hacking Team Marco Valleri et un ingénieur de la société Insitu, a démontré l’existence de cette technologie baptisée : mini-TNI (Tactical Network Injector). Tout indique que la filiale a démarché la société italienne dans le but d’intégrer leur technologie de piratage à leur concept de drone (après les drones livreurs serait-il venu le temps des drones espions ?). Giuseppe Venneri, l’ingénieur en question en cours de formation chez Insitu a écrit : “Nous aimerions potentiellement intégrer votre système de piratage de Wi-Fi à un système aérien et nous souhaiterions prendre contact avec un de vos ingénieurs afin de connaître la taille, le poids et les spécifications de votre système Galileo (solution de contrôle à distance de Hacking Team)”. 

Un espion volant

Hacking team aurait donc mis au point un équipement tout terrain capable de cracker n’importe quel réseau WiFi à distance, pour ensuite espionner des ordinateurs ou des téléphones mobiles ! Mieux, il serait même possible de l’embarquer sur un drone et d’espionner d’une façon incroyablement furtive, une personne ou une zone géographique. Baptisé mini-TNI donc, cet appareil envoie un code malicieux dans les communications sans-fil pour ensuite agir comme un point d’accès et espionner tranquillement vos données. Boeing a commencé à s’intéresser à cette technologie, après sa présentation à l’IDEX (International Degfense Exposition and Conference) à Abou Dhabi. Le reste des mails prouvent que les informations demandées par Insitu n’ont pas été envoyées, et que la discussion n’a surement pas dût aller beaucoup plus loin.

Hacking Team

Un secteur ciblé

La réponse du côté de Hacking Team ne s’est pas fait attendre, puisque Marco Valleri a tout simplement répondu qu’il fallait “garder à l’esprit que nous ne pouvons vendre nos produits qu’à des entités gouvernementales”. Une chose est sûre, si cette technologie tombait entre de mauvaises mains ou dans celles d’un gouvernement légèrement instable, il pourrait créer de véritable ravage au niveau de la vie privée des communications de monde entier… Il reste cependant fort à parier que ces révélations ne soient que des prémices par rapport à d’autres informations encore plus sensibles.

hacking team

Source