Accueil / Santé connectée / Hacker un cerveau humain pour lui redonner vie

Hacker un cerveau humain pour lui redonner vie

hacker cerveau humain 1

On ne vous le répètera jamais assez… la technologie fait des miracles. Et aussi incroyable que cela puisse paraître, il est aujourd’hui possible d’hacker un cerveau humain. Non pas pour y implanter un virus (ou plutôt pas encore), mais plutôt pour tenter de rétablir certaines fonctions cérébrales par exemple. 

Hacker un cerveau humain, car oui, on arrête pas le progrès

Le cerveau est l’organe le plus incroyable du corps humain, et sans aucun doute le plus complexe. Depuis plusieurs décennies, voir des centaines d’années, des hommes s’amusent à ouvrir le crâne d’autres hommes pour regarder ce qu’il se passe quand on touche à tel ou telle chose.

Votre comportements, vos mots, vos gestes, tout est contrôlé par le cerveau grâce aux neurones et aux flux électriques. De ce fait, lorsque des neurones sont défaillants, la fonctionnalité du corps associé à celui ci ne peut être assurée.

La dérivation neurale hacker un cerveau : cortex moteur responsable du mouvement

Le principe est simple : des scientifiques du Wexner Medical Center de l’Ohio State Univeristy ont crée et développé une puce qui, lorsqu’elle est implantée, peut hacker un cerveau et restituer aux neurones leurs capacités de communication électrique.

Le cortex moteur, situé dans le lobe frontal du cerveau est la partie qui contrôle le mouvement. En implantant la puce à cet endroit là, les scientifiques sont donc en capacité d’identifier et d’étudier l’activité électrique cérébrale.

Les signaux sont captés et l’ordinateur associé à la puce décode les données à l’aide d’algorithmes, qui sont ensuite transmises aux muscles par un stimuli électrique dans la zone à “traiter“. Ainsi, le mouvement se recréer par le simple fait d’y penser. 

Une technologie en développement et des premiers tests encourageants

Cette technologie qui constitue à hacker un cerveau humain reste encore pour le moment en phase de développement. Développement qui profite déjà à Bukhart, un jeune homme d’une vingtaine d’année. Les tests sont en cours depuis deux ans et sont très encourageants puisque ce dernier a déjà réussi à redonner vie à sa main gauche.

La technologie de dérivation neurale est aujourd’hui une étape dans la réhabilitation complète des paralysés. 12 500 personnes souffrant d’une lésion de la moelle épinière chaque, cette puce pourrait donc donner de l’espoir aux personnes atteintes de ce mal. 

cerveau hack

Les informations concernant une possible commercialisation future ou un prix n’ont pas encore été abordées. En attendant, d’autres technologies permettent aujourd’hui aux paralysés de retrouver l’usage de leurs membres, ou encore aux aveugles de mieux percevoir leur environnement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *