Accueil / Vêtement et accessoire connectés / Vêtement / Graphène : une super-soie pour les vêtements connectés !

Graphène : une super-soie pour les vêtements connectés !

graphene

Une équipe de chercheurs de la Tsinghua University vient de trouver un moyen de créer une soie ultra-résistante en nourrissant des vers à soie avec du graphène. Ce textile pourrait être le futur des vêtements connectés. 

Souvent surnommé « super-matériau », le graphène ne cesse de s’améliorer. Ce carbone épais d’un atome est à la fois incroyablement résistant, flexible, léger et conducteur. Des larves de vers à soie, nourries à l’aide de graphène, viennent de créer une soie améliorée mécaniquement. 

Cette découverte pourrait avoir de nombreuses conséquences pour le futur des objets connectés. Ce matériau conducteur pourrait être tissé pour créer des vêtements intelligents. Il n’y aurait plus besoin de porter des accessoires encombrants et peu élégants, puisque la technologie serait directement intégrée à nos vêtements.

Une expérience aux résultats très convaincants

graphene-ver

L’expérience a été menée par une équipe de chercheurs de la Tsinghua University. Les larves ont été nourries avec une solution constituée de 0,2% de nanotubes de carbone ou de graphène. Les vers ont ensuite tissé leur cocon, et la soie a été collectée par les scientifiques.

Cette soie s’avère deux fois plus solide, résiste deux fois plus longtemps à la tension, et devient conductrice après avoir été chauffée à 1050°. Elle pourrait donc être utilisée pour les vêtements connectés et les appareils médicaux implantés dans le corps.

Le graphène, futur textile des vêtements connectés

robe-connectee

En 2013, le directeur du Textile Nanotechnology Laboratory de l’Université de Cornell, Juan Hinestroza, décrivait déjà le genre de vêtements connectés auquel cette technologie pourrait donner vie. On dénombrait notamment une robe alimentée par l’énergie solaire, capable de charger un smartphone grâce à un coton conducteur. Le laboratoire travaille également sur une tenue recouverte de nanoparticules permettant aux tissus naturels de devenirs conducteurs, résistants aux bactéries et capables de filtrer les gaz toxiques.

Ce matériau a été utilisé en laboratoire pour créer une soie capable d’arrêter un avion en train de s’écraser, ou encore des écrans électroniques flexibles. Des super-batteries imprimées en 3D à partir d’encre de graphène sont encours de développement. Le graphène est également utilisé pour fabriquer les préservatifs les plus résistants du monde, tandis qu’une équipe de l’Université de Nankai, en Chine, compte construire un vaisseau spatial alimenté par l’énergie solaire.

Vers une production de masse du graphène ?

graphene

Cette nouvelle méthode, consistant à nourrir les vers à soie avec du graphène, permet potentiellement de produire de la fibre de soie hautement résistante à très grande échelle. Cette découverte pourrait donc révolutionner à la fois les secteurs de la science et de la mode. La production de masse est jusqu’à présent le principal obstacle à la démocratisation du graphène.

En 2014, Samsung avait déjà découvert une méthode consistant à synthétiser les cristaux de graphène de façon répétée pour en créer davantage. Cette technique pourrait permettre d’assembler plusieurs couches de graphène sans diminuer ses propriétés électroniques et mécaniques.

Malgré tout, nous sommes encore loin de pouvoir utiliser le graphène pour remplacer le papier traditionnel. Rappelons que ce matériau n’a été inventé qu’en 2004 par l’Université de Manchester. Il est donc normal que la production de masse peine à prendre forme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *