Accueil / Loisir / Google veut “wifiser” le monde !

Google veut “wifiser” le monde !

Google sidewalk labs

À la suite de l’immense succès récolté lors de son opération à New York, le géant Google se lance cette fois-ci dans une procédure de plus grande envergure : du Wi-Fi dans toutes les villes du monde !

Piqûre de rappel

Au début du mois de juin 2015, le Sidewalk Labs (le labo de Google spécialisé dans le développement des technologies dites “urbaines”) été lancé. Deux semaines après son lancement, la start-up consacrée à la smart-city (ville intelligente) vient tout juste d’annoncer le rachat de deux autres entreprises spécialisé dans le domaine : Control Group et Titan. Ces deux sociétés (maintenant réunies dans une même structure répondant au nom d’Intersection) sont à l’origine du LinkNYC, un projet convertissant les anciennes cabines téléphoniques en hotspots Wi-FI public, offrant un accès au réseau gratuit, et ce dans un rayon de 45 mètres ! 

Une initiative bienvenue

Le but d’Intersection ? Recréer les installations de New York, dans le monde entier sous différentes formes, par exemple des abribus ou des cabines téléphoniques donc. Aux États-Unis 5% de la population n’a pas accès au haut débit, contre 20% en France, cette innovation  devrait donc être accueillie à bras ouverts ! « Notre vision est de faire des villes des endroits connectés dans lesquels nous pourrons avoir accès gratuitement à du Wi-Fi en très haut débit où que l’on soit », explique Dan Doctoroff dirigeant Sidewalk Labs, et plus récemment d’Intersection.

google sidewalk labs

Une action simplement philanthropique ?

Avec 14 milliards de dollars de recette en 2014, nous pourrions penser que Larry Page (le patron de Google) se soit senti “pousser” par un acte de générosité. En réalité l’action n’est pas désintéressée, car plus il y a d’internautes, plus il y a d’occasions publicitaires et donc…. d’argent ! Pour l’heure, aucune date et ville n’ont été annoncée pour accueillir la suite du projet, mais au vu du large triomphe qu’il a rencontré, de nombreuses métropoles devraient faire une demande. Après les avions avec Wifi haut-débit, serait-il l’heure du City with WiFi ?

Source