Accueil / Vêtement et accessoire connectés / Bracelet connecté / Google se lance dans la conception d’un tracker médical

Google se lance dans la conception d’un tracker médical

bracelet connecte google noir

Google se lance lui aussi dans la conception d’un bracelet connecté (et non une montre). À la différence des wearables traditionnels accessibles au grand public, celui-ci sera spécialement dédié à la santé et collectera des données nécessaires aux essais cliniques et au suivi médical.

Si à l’heure actuelle les trackers d’activité font fureur après du grand public, c’est surtout pour le côté quantified self. Autrement dit le fait d’être en mesure de quantifier ses activités, et dans ce domaine deux noms prédominent sur le marché, FitBit et juste derrière, Xiaomi. En entrant dans le petit monde des bracelets connectés, le géant américain n’a pas pour but une concurrence directe avec les produits actuellement sur le marché. Google a annoncé son projet de se focaliser uniquement sur la santé en mettant au point un appareil capable de récolter de nombreuses données, que ce soit pour des essais cliniques ou encore pour assurer le suivi médical des patients.

Des données sur les utilisateurs et leur environnement

Le projet de ce dispositif est né au sein du groupe expérimental Google X, notamment responsable des plus grosses recherches d’innovations pour le géant américain, comme les lunettes connectées Google Glass, les véhicules sans conducteur ou encore le Projet Loon, dont le but est de développer l’accès à internet dans les zones les plus reculées du monde. Le bracelet connecté pourra surveiller le rythme cardiaque, le niveau d’exposition à la lumière, le niveau du bruit et la température de la peau. Ces collectes de données concerneront donc les utilisateurs et ce qui les entoure.

Google souhaite rendre son bracelet beaucoup plus précis que les technologies actuellement disponibles sur le marché, avec une meilleure transmission d’informations en temps réel aux médecins. Les tests du bracelet devraient commencer dès cet été, tout comme les démarches visant à obtenir l’approbation réglementaire afin que le dispositif puisse être utilisé dans le domaine médical, en partenariat avec des institutions universitaires et des sociétés pharmaceutiques.

Source