Accueil / Multimédia / Hi/Fi - Son / Home Max : L’enceinte de Google débarque en France

Home Max : L’enceinte de Google débarque en France

Google Home Max

Google est sur le point d’ajouter un nouveau produit au marché très chargé des enceintes. Avec l’avantage que lui confère l’assistant connecté de la société, le Home Max peut-il se démarquer en France ?

Quand on est à la recherche d’une nouvelle enceinte connectée, le choix est aujourd’hui très vaste. JBL, Ultimate Ears ou encore Marshall, on ne compte plus les marques dédiées à ce domaine. Cette forte concurrence ne fait visiblement pas peur à Google qui lance ce jeudi son Home Max en France. Loin de se contenter d’une fonction d’assistant connecté comme son prédécesseur, il doit rivaliser avec les meilleurs produits du genre.

Google Home Max : Une enceinte entièrement dédiée à la musique

L’assistant connecté Google Home et sa version Mini ont eu un certain succès. Malgré ses nombreuses compétences domotiques, la société a pu remarquer que l’enceinte était surtout utilisée pour écouter de la musique. Ses capacités étant limitées à ce niveau, une nouvelle machine a été créée : le Home Max. qui débarque en France ce jeudi 30 août. Bien plus imposante que sa grande sœur, cette enceinte contient deux haut-parleurs, mais aucun bouton. En effet, tout est tactile et les commandes sont activées avec un simple touché sur une des faces de l’engin. On retiendra également que si le Home Max devrait résister aux environnements humides, il n’est pas waterproof. Mieux vaut donc l’éloigner de toute source d’eau.

Google home Max

L’écoute de musique est la fonction principale de cette nouvelle enceinte, mais ses capacités ne s’arrêtent pas là. Elle reprend en effet certaines possibilités offertes par le Google Home. Le Home Max peut ainsi être raccordé à tous les objets de l’écosystème Google liés au son. On pourra donc écouter de la musique sur plusieurs machines en même temps. Pour son lancement, Google propose son enceinte au prix fort : 399 euros. La concurrence se basant surtout sur un coût tournant autour de 300 euros, c’est un risque que prend l’entreprise. Les prochains jours nous diront si ce pari est payant ou si le succès n’est pas au rendez-vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *