Accueil / Maison connectée / Après un mauvais commentaire, on lui coupe l’accès à son garage intelligent

Après un mauvais commentaire, on lui coupe l’accès à son garage intelligent

Commentaires garadget porte de garage connectée

Un américain a laissé une mauvaise note sur Amazon à sa porte de garage électrique Garadget. Son créateur qui n’a pas apprécié lui a coupé l’accès au service. Une histoire qui illustre à la fois la pire façon de gérer une relation client mais aussi l’insidieux danger qui repose dans les objets connectés. 

Commentaires garadget

Une mauvaise note et un commentaire

Robert Martin ne s’attendait sans doute pas à ça. Propriétaire d’un “Garadget”, un accessoire permettant de rendre une porte de garage intelligente, il laisse un mauvais commentaire sur Amazon. En cause selon lui, la qualité de l’application qui n’est pas au rendez-vous. Un commentaire comme des milliers d’autres d’acheteurs mécontents peuvent en laisser chaque jour sur Internet. Il laisse dans le même temps un commentaire vindicatif sur le forum de l’entreprise.

Mais, la réaction du fondateur de la start-up a été pour le moins inattendue. Plutôt que de lui fournir une aide technique, il lui a répondu qu’il lui… coupait l’accès au service. Sa réaction déchaîne les internautes. Denis Grisak, le fondateur de Garadget se voit alors forcé de faire marche arrière et de rétablir l’accès aux serveurs de l’entreprise pour le client. Contacté par Mashable, il s’est défendu. Sa réaction que certains jugent excessive, serait avant tout liée au ton insultant des messages. Par ailleurs, il a précisé, que cela n’empêchait pas l’utilisateur de fermer son garage pour autant. Un moindre mal.

Commentaires garadgetGaradget illustre le danger du tout-connecté

Imaginons maintenant qu’il s’agissait d’une serrure de maison et que l’utilisateur se soit retrouvé bloqué hors de chez lui. En creux, c’est là un danger des objets connectés qui apparaît. La tendance actuelle semble être de tout connecter ou presque. Chaise menstruelle, toilettes ou encore préservatif connecté… Peu de secteurs de notre vie restent encore vierges de nouvelles technologies. Mais est-ce vraiment à chaque fois une nécessité ? Bien sûr, beaucoup nous simplifient la vie. Mais est-il vraiment nécessaire de tout changer ?

Par ailleurs, même si on le réalise trop rarement, on achète dans la majorité des cas davantage un service qu’un objet. Les agriculteurs sont un très bon exemple. Aux Etats-Unis, ceux qui achètent du matériel John Deere, se voient obligés de pirater leur tracteur s’ils veulent pouvoir le réparer. En effet, ils ont le choix entre payer un technicien agréé au prix fort ou mettre les mains dans le cambouis virtuel. Ils se retrouvent dans une véritable situation de dépendance à leur fournisseur. Imaginez cette situation répliquée dans tous les domaines.  C’est un danger qu’il est nécessaire de prendre en compte dès maintenant.

Comme le montre le dénouement de l’affaire Garadget, la pression publique représente toutefois un puissant levier. Alors, si cette affaire ne vous a pas fait peur, rendez-vous dans notre top des objets connectés pour découvrir le meilleur des accessoires !

Via

1 commentaire

  1. Un exemple de plus qui devrait convaincre la nécéssité absolue de fonder ses choix technologiques sur des solutions dont on garde la pleine maîtrise. Et pas seulement en éradiquant les produits basés sur le cloud (qui deviennent inutilisables quand la boite ferme, quand on perd son accès au net, ou que la maison se retrouve exposée en cas de piratage). Mais également en prenant en compte l’existence d’une certaine ouverture de la solution, via notamment des initiatives open source.
    Perso, ma solution repose essentiellement sur du zwave. Je sais que – grâce notamment à openzwave – et quoi qu’il arrive, j’ai des solutions pour continuer à exploiter pleinement mon investissement de départ.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *