Accueil / Internet des Objets / Futur en Seine 2015 : tout ce qu’il ne faut pas rater !

Futur en Seine 2015 : tout ce qu’il ne faut pas rater !

festival paris futur en seine 2015

L’édition 2015 du festival numérique Futur en Seine a ouvert ses portes au public au quartier des Arts et Métiers. Robot contrôlé par la pensée, vêtements transmetteurs d’émotions, potager urbain, assistant pour les cyclistes… Tour d’horizon de ce premier jour.

Maase : transmetteur d’émotions

vetement connecte

La mode aussi se connecte et laisse le numérique tisser les vêtements de demain. Maase a été conçu pour transmettre les émotions d’une personne à une autre. Le but est de “capturer des moments qu’on vit dans la journée pour les envoyer à ses proches“. Dans la pratique, il est possible de capter des sons, les enregistrer et sélectionner via une gamme de boutons faisant office de répertoire le(s) destinataire(s) de cet instant. En posant le vêtement sur un porte-manteau fonctionnant sur un réseau filaire, les fragments enregistrés sont envoyés.

La personne ayant reçu le message pourra le lire en ouvrant la poche de son habit. Des haut-parleurs, un système de couleurs et des cerveaux moteurs sont cousus au tissu au niveau du cou et des épaules pour permettre d’écouter les sons et animer la veste au niveau des épaules et du cou via des fleurs qui s’ouvrent et se ferment.

Indigo : les skippers pourront dormir tranquilles

gilet skipper indigo

En mer on ne plaisante pas avec le sommeil, question de sécurité. Et c’est justement pour la sécurité des skippers qu’a été conçu avec l’aide d’experts du sommeil le projet de gilet Indigo. Ce dispositif interactif de suivi du sommeil observe et analyse la qualité de celui-ci pour l’améliorer. Les données sont envoyées à une application reliée au poste du routage du voilier grâce à des capteurs présents dans les vêtements qui les enregistrent de manière autonome.

Le skipper est équipé d’une sous-couche, avec un capteur cardiaque et un GPS, d’un gilet gonflé à l’air, comme un gilet de sauvetage, plus léger que les modèles traditionnels et qui tient tout aussi chaud. Un oreiller est intégré au col et réveille le skipper au bon moment. Pendant la course, un bonnet avec visière capte une éventuelle baisse de vigilance, grâce à la fréquence des battements de cils du sportif afin qu’il sache à quel moment se reposer et éviter de se mettre en danger. Une application permet également d’éviter le manque de sommeil.

Neoh : du son cinéma dans un casque

casque 3D intelligent Neoh

Le casque intelligent 3D Neoh proposé par 3D Sound Labs améliore considérablement le réalisme des films regardés sur tablettes. Un capteur détecte les mouvements de tête et modifie ainsi la restitution du son : c’est la théâtralisation, un peu comme au cinéma. L’appareil est capable de simuler jusqu’à 25 sources sonores différentes. Alors que le son semble plat avec des casques normaux, Neoh permet de vraiment se plonger dans un film et offre c’est vrai une expérience vraiment différente. Cette nouveauté est pour le moment disponible sur iOS et devrait prochainement être compatible avec Windows.

Le monde du jeu vidéo s’intéresse également au modèle qui promet un avantage tactique énorme si par exemple un bruit se fait entendre dans le dos du joueur : celui-ci gagnera du temps, et dans les jeux vidéos de combat le temps c’est de la vie. Neoh est déjà disponible sur internet.

SAMI : un robot contrôlé par la pensée

robot contrôlé par la pensée

Les robots ont déjà envahi le monde et ne cessent de s’améliorer. Intelligents, une plastique de plus en plus humaine, une stabilité à toute épreuve… et bientôt un contrôle par la pensée. Avec un design qui lui donne un petit air de famille avec Z-6PO (pour la VF) ou C-3PO (pour les puristes de la VO), peut-être à cause de ses grands yeux où se cachent des lunettes d’immersion Oculus Rift, SAMI a pour but l’assistance à la personne et pourquoi pas l’intervention en milieu hostile.

IMG_20150611_153159 2

Créé par Blue Frog Robotics, il est contrôlé au moyen d’un casque capable de mesurer l’activité cérébrale en dehors du cerveau. En clair, lorsqu’on produit un mouvement comme lever le bras, on pense à l’action et le cerveau produit une sorte de vibration que les capteurs du casque vont associer à l’action “lever le bras”. La maîtrise du casque est fastidieuse et demande beaucoup de concentration étant donné que pour le programmer il faut penser pendant au moins 8 secondes au geste qu’on veut produire. Trois actions sont pour le moment réalisables : lever le bras droit, gauche et la position neutre.

Buddy : compagnon tout mignon

robot compagnon buddy

Impossible de rester de glace face aux grands yeux de la petite machine. Créé lui aussi par Blue Frog Robitics, Buddy est le premier robot compagnon capable de garder la maison en faisant des rondes, détecter les incendies, et peut contrôler les objets connectés de la maison. Ce véritable couteau suisse aux allures de R2D2 peut aussi stocker des musiques, prendre des photos et les afficher en timeline. Les données peuvent être sauvegardées sur le robot ainsi que sur le cloud. Buddy a aussi en réserve de quoi occuper les enfants avec des jeux comme cache-cache ou un deux trois soleil.

robot domestique

Parmi les points intéressants à retenir sur la machine on retrouve le fait que les programmeurs comme les particuliers seront en mesure de la programmer très simplement et d’y ajouter des applications. Si un enfant pleure le soir, les parents pourront indiquer au robot une suite d’actions à effectuer pour tenter de le calmer et le rassurer, par exemple diffuser de la lumière et une musique douce. Buddy pourrait également devenir un assistant à domicile pour personnes âgées. Il dispose d’une commande vocale et d’une palette d’accessoires à ajouter comme des bras, un plateau ou un aspirateur. Son autonomie est d’une dizaine d’heures. Le futur compagnon de la maison sera sur Indegogo à partir de juillet 2015, les 100 premiers au prix de 500 euros.

CIDEX augmenté : colis La Poste 2.0

consigne securisee la poste

Terminé d’être consigné chez soi en attendant un colis La Poste. Avec son projet de consignes installées sur l’espace public des quartiers pré-urbains et des zones rurales, l’entreprise souhaite mutualiser l’arrivée des colis et optimiser les déplacements du facteur en procédant à un regroupement des boîtes aux lettres. Le but, retirer ses colis ainsi que ses recommandés 24h sur 24 après avoir signé numériquement, grâce à un système d’identité numérique qui permettra d’ouvrir la consigne stockant le courrier du client. En plus de la réception, ce service doit permettre l’envoi de colis.

boite aux lettre connectee la poste

Si la consigne est commune entre voisins, cela ne signifie pas que les livraisons sont déposées sans aucune mesure de sécurité. Le CIDEX augmenté est privatisé le temps qu’une personne reçoive son courrier et vienne le chercher. Le client est seul détenteur de la clé numérique présente sur son téléphone qui permettra d’ouvrir la boîte. Lorsque le colis est déposé, une notification est immédiatement envoyée au destinataire afin qu’il vienne le récupérer. La serrure est en acier, de manière à résister aux tentatives de vol. Le 15 juillet prochain, cinq mobiliers urbains seront équipés du CIDEX augmenté.

Drones SNCF : ça plane pour le rail

drone blanc avion sncf

La Société Nationale des Chemins de Fer français compte elle aussi sur les nouvelles technologies. Plus particulièrement sur des drones, destinés à la maintenance des rails, notamment en repérant d’éventuels problèmes comme la présence de végétation ou d’objets obstruant une voie, et à la sécurité en surveillant au cas où des vols de câbles seraient commis.

Ce projet ne date pas d’hier, la SNCF planche dessus depuis 2012 et compte bien inclure cette technologie parmi ses outils de travail au quotidien. L’utilisation des drones sur le réseau permettrait de réduire de manière significative le temps d’intervention sur celui-ci.

Urban Potager : cultiver toute l’année

jardin potager intelligent

Avoir son potager et manger ses propres produits n’est pas toujours possible, manque de place, mauvaises conditions climatiques, main tout sauf verte… C’est en ayant connaissance de ces problématiques que la société UrbanPlant, a créé en partenariat avec Le FacLab et LetMeKnow Urban Potager. Ce drôle de rectangle compact et intelligent se charge seul de faire pousser les fruits et légumes plantés grâce à un micro-ordinateur arduino relié à plusieurs capteurs chargés de mesurer la luminosité, le niveau d’eau, la température et toutes les autres données nécessaires à la culture des plantes.

Ce système intelligent permet au potager d’arroser automatiquement les plantes, générer la lumière nécessaire à sa croissance au moyen de lampes LED, et d’envoyer une notification sur un smartphone lorsqu’il est temps de remplir le réservoir d’eau. Deux modèles d’Urban Potager peuvent être pré-commandées sur internet, “Maker Edition” dont le prix tournera autour de 150 euros et “Home Edition”, une version plus design pour environs 200 euros.

Plume : l’application pour mieux respirer

application telephone plume

La pollution n’est pas une légende urbaine, c’est au contraire un véritable fléau nocif pour l’Homme. L’application Plume Air Report informe ses utilisateurs du niveau de pollution heure par heure grâce à une collecte de données de pollution en Open Data qui sont ensuite analysées et renvoyées sur le smartphone des utilisateurs. Un niveau de sensibilité est réglable dans les paramètres de Plume Air Report et des alertes sont envoyées lorsque la qualité de l’air est trop mauvaise pour sortir.

plume boîtier noir

Un système de prévisions pollution, visible en pointillés permet d’organiser sa journée et de garder son jogging pour le moment où le fond de l’air est pur. Si pour l’instant l’application mobile offre une information générale aux personnes la consultant, la prochaine étape de l’outil Plume est d’être réellement personnalisé. Pour les tester, des prototypes vont être testés avec des volontaires ce week-end.

Haïku : tableau de bord pour guidons

boitier vélo haiku

Que ce soit au volant d’une voiture ou au guidon d’un vélo, conduire en consultant son téléphone est extrêmement dangereux. Les plus prudents rangeront leur appareil dans leur poche, tant pis pour l’interlocuteur qui s’acharne à l’appeler, quand les casse-cous prendront le risque de décrocher. Le petit boîtier tactile Haïku permet de garder le smartphone loin des mains, en récupérant des informations de celui-ci.

boitier velo

Avant de partir sur son vélo, le cycliste relie son téléphone au mini tableau de bord par Bluetooth et fixe le petit appareil à son guidon. Haïku fait office de GPS lorsqu’il est connecté à Google Maps, délivre des informations sur la vitesse, les kilomètres parcourus et peut aussi afficher les messages et prévenir son utilisateur que quelqu’un tente de le joindre via un code couleur sur le côté. Les données produites au cours de la journée sont sauvegardées dans le cloud. Haïku sera sur Kickstarter à partir de juillet, pour un prix entre 50 et 70 euros qui ira ensuite de 80 à 100 euros une fois le produit commercialisé.