Accueil / Insolite / La France dit non aux robots tueurs mais oui à l’IA militaire

La France dit non aux robots tueurs mais oui à l’IA militaire

Robots tueurs

L’idée est résumée par une simple phrase par la ministre française des Armées, Florence Parly sur les robots tueurs. « Terminator ne défilera pas le 14 juillet ». Pour autant, la porte n’est pas complètement fermée à l’intelligence artificielle.

C’est désormais un sujet majeur pour de nombreux pays. Quelle place donner aux machines dans les guerres de demain ? Attaques de drones, robots tueurs, intelligences artificielles… La liste des possibles est longue et fait froid dans le dos lorsque l’on pense aux implications que cela peut avoir.

Robots tueurs France

Robots tueurs, IA : vers un comité éthique pour la défense

Les promesses n’engagent que ceux qui y croient. Cependant, le ton de Florence Parly ne laissait guère de place aux doutes quand aux robots tueurs. Elle a d’ailleurs renforcé cette position en annonçant la création d’un comité éthique pour la défense. Pour autant, il n’est pas question de tourner le dos à l’intelligence artificielle, tout au contraire. « Je compte faire de l’IA une priorité de notre défense nationale », précisant par ailleurs qu’il s’agissait d’une « technologie indispensable pour garantir notre supériorité opérationnelle.

La clé se trouve là dans les nuances. Ce que ne veut pas la ministre, c’est confier le droit de vie ou de mort à une machine agissant de façon autonome, considérant qu’il s’agit là de quelque chose de trop important et qui serait contraire aux valeurs de la France. Par ailleurs, Florence Parly a annoncé son intention de créer dans les prochains mois un comité d’éthique ministériel visant à traiter des  problématiques posées par les nouvelles technologies et de leur emploi militaire notamment les robots tueurs. Pour les détails en revanche, il faudra encore patienter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *