Accueil / Insolite / Fortnite : plus de 200 divorces par an à cause du jeu vidéo

Fortnite : plus de 200 divorces par an à cause du jeu vidéo

fortnite divorce

Fortnite est désormais l’une des principales causes de divorce au Royaume-Uni. Selon le site Divorce-Online, qui gère les demandes de divorce des Britanniques, plus de 200 couples se sont séparés à cause du jeu depuis le début de l’année 2018. 

Avec plus de 140 millions de joueurs dans le monde, Fortnite est LE phénomène vidéoludique de 2018. Ce jeu de type Battle Royale, développé par Epic Games, est si amusant et addictif que certains joueurs ne savent plus quand s’arrêter.

Ainsi, selon le site Divorce-Online, depuis le 1er janvier 2018, plus de 200 couples ont divorcé en citant Fortnite comme principal motif. Ce nombre représente tout de même 5% des 4000 demandes reçues par le site au cours de l’année.

Et ce nombre ahurissant ne concerne que le Royaume-Uni ! A l’échelle mondiale, il est fort probable que le jeu fasse encore plus de dégâts à l’échelle mondiale.

Comme l’explique le porte-parole de Divorce-Online, les addictions aux drogues, à l’alcool ou aux jeux d’argent sont bien souvent citées comme motif de divorce. Toutefois, la révolution numérique a donné naissance à de nouvelles addictions capables de tuer un couple.

Fortnite, le porno en ligne, les réseaux sociaux… ces addictions 2.0 qui tuent l’amour

addiction numérique

Si Fortnite sort du lot, c’est surtout parce que ce titre est extrêmement populaire et compte largement plus de joueurs actifs que les autres jeux. Cependant, la plupart des jeux vidéo peuvent rendre complètement accro. On peut tout aussi bien être addict à World of Warcraft, à Call of Duty, ou même à Candy Crush.

Et les jeux vidéo ne sont pas la seule forme d’addiction numérique. De nombreux divorces sont aussi liés à l’addiction aux réseaux sociaux ou à la pornographie en ligne. A la manière de véritables drogues dures, les addictions numériques rongent peu à peu la volonté des victimes et les poussent à sacrifier ce qu’ils ont de plus cher

Même si les développeurs de jeux, de logiciels ou même de réseaux sociaux tentent aujourd’hui d’atténuer le potentiel addictif de leurs créations, c’est lui qui leur permet de prospérer sur le long terme. Récemment, un ancien employé de Facebook avouait avec regrets que la plateforme avait été conçue pour être la plus addictive possible. Le gouvernement français envisage d’ailleurs de voter une loi pour encadrer l’addiction aux réseaux sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *