Accueil / Vêtement et accessoire connectés / Bracelet connecté / Fitbit : un meurtrier arrêté grâce au bracelet connecté de sa victime

Fitbit : un meurtrier arrêté grâce au bracelet connecté de sa victime

fitbit meurtre

Un bracelet connecté Fitbit a permis à la police californienne d’arrêter un homme ayant assassiné sa belle-fille. Les données collectées par l’appareil démontrent que le coupable était présent au domicile de sa victime au moment de son décès.

L’histoire se déroule le 8 septembre 2018 à San Jose, Californie. Mr. Aiello, 90 ans, rend visite à sa belle-fille, Karen Navarra, 67 ans. Il lui apporte une pizza et des biscuits faits maison. En guise de remerciement, elle lui offre deux roses puis le raccompagne à la porte. C’est du moins ce que racontera quelques jours plus tard Mr. Aiello à la police.

Pour cause, cinq jours plus tard, le 13 septembre 2018, une collègue de Ms. Navarra se rend chez elle, inquiet de ne pas la voir à la pharmacie où elle travaille. Elle s’aperçoit que la porte d’entrée est déverrouillée. A l’intérieur de la maison, elle découvre Ms. Navarra morte, assise à la table de sa salle à manger. Son cou et sa tête sont lacérés, tandis qu’un grand couteau de cuisine est dans sa main droite. Sur la table maculée de sang, une pizza à peine entamée.

Il ne fait aucun doute que la cause du décès est un homicide, mais qui est le meurtrier ? Pour le savoir, les détectives décident d’interroger les seuls proches connus de Ms. Navarra : sa mère, Adele Aiello, âgée de 92 ans, et son beau-père, Mr. Aiello.

Ce dernier affirme avoir apporté la nourriture à sa belle-fille avant de repartir 15 minutes plus tard. Il prétend toutefois avoir aperçu Ms. Navarra un peu plus tard dans sa voiture, avec un passager à bord.

Fitbit : les données du bracelet en guise de preuves irréfutables

fitbit meurtrier

Ce que le vieil homme ignore, c’est que sa belle-fille portait au poignet gauche un bracelet connecté Fitbit Alta HR, synchronisé avec l’ordinateur de sa maison. En récupérant les données de l’accessoire, les enquêteurs découvrent que son rythme cardiaque a fortement accéléré aux alentours de 15h20 avant de ralentir rapidement puis de s’arrêter définitivement à 15h28. Or, les images de la caméra de surveillance de la maison de Ms. Navarra révèlent que la voiture de Mr. Aiello était encore garée devant la maison à ce moment précis.

Confronté aux informations du bracelet Fitbit durant son interrogatoire, Mr. Aiello nie en bloc. Cependant, le détective lui rétorque que le bracelet et la caméra sont tous deux réglés sur l’heure d’internet, et qu’aucun décalage n’est possible. Une fois seul dans la salle d’interrogatoire, et après avoir appris comment fonctionne un wearable, Mr. Aiello se parle à lui-même : ” je suis fait “.

Quelques heures plus tard, des vêtements tachés de sang sont retrouvés au domicile de Mr. Aiello. Le meurtrier est arrêté le 25 septembre 2018 et incarcéré à la prison Santa Clara County Jail. Ce jeudi 4 octobre 2018, il comparaîtra devant le Hall of Justice de San Jose.

Si le but premier des bracelets connectés est de mesurer les performances sportives et l’état de santé de leurs utilisateurs, ces appareils peuvent aussi permettre aux autorités d’élucider des crimes au même titre que les GPS ou les téléphones portables.

En 2015, les données de géolocalisation d’un bracelet Fitbit ont été utilisées pour résoudre une affaire d’agression sexuelle en Pennsylvanie. En 2017, un Garmin Vivosmart GPS avait permis d’enregistrer la lutte d’une femme contre son assaillant à Seattle. De même, les données Fitbit ont été utilisées la même année pour prouver le meurtre d’une femme du Connecticut par son mari.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *