Accueil / Internet des Objets / Enjeux éthiques pour les objets connectés

Enjeux éthiques pour les objets connectés

Les objets connectés envahissent petit à petit notre quotidien, pour notre plus grand confort. Mais à quel prix ? Jusqu’où les acteurs d’aujourd’hui doivent aller, pour que demain soit un jour meilleur, vers une éthique pour les objets connectés ?

Quelques chiffres

L’IDATE considère que d’ici 2020, la quantité d’objet connecté pourrait atteindre 80 milliards d’objet connectés sur Terre. Si l’on ne compte pas les pays qui ne peuvent s’offrir le luxe d’en avoir, il faut compter 25 milliards d’objets connectés. Ainsi en France, le gouvernement se tient à la révolution de “l’internet des objets”, et prévoit 34 projets dont les objets connectés feront partie. Mais derrière tout cela, se cache deux enjeux majeurs, l’un moral, l’autre physique : la sécurité des données et les ressources d’énergie.

Une vérité qui dérange

nucleaire_espitalier

A l’heure où l’Homme est entré dans un bouleversement climatique, où toutes les ressources commencent à ne plus suffire, intégrer ces objets dans notre mode de vie serait une aberration, et pourtant … L’enjeu est de taille puisque nous serons près de 8 milliards d’ici 2020 sur Terre, et que tout un chacun voudra un mode de vie digne de “l’american way of life”. Comme dans cette maison du futur où tous les objets sont connectés.

DSC_0060

Certes chaque objet ne demande pas énormément d’énergie, mais ajouté l’une sur l’autre, les demandes en ressources forment une grosse consommation. En effet, il n’y a pas que la batterie qui est sollicitée, chaque appareil a besoin de sa connexion internet, d’un peu de bande passante et de son stockage de donnée sur le Cloud.

201401041302-full

Alors oui c’est une révolution technologique et économique pour beaucoup, mais c’est une porte ouverte à la surconsommation d’énergie. On aurait envie que notre frigo fasse les courses tout seul, on aurait envie d’améliorer notre quotidien sans cesse. Mais cette quête du confort va finir par nous pousser dans nos retranchements.

La data, une révolution des données personnelles

Les données sont aussi un enjeu de taille. A partir du moment où on accepte de rentrer dans le processus de mondialisation, d’ultra-connection, d’infobésité et que sais-je, nous acceptons de mettre notre vie privée sur la toile. Et comme chacun le sait, n’importe qui peut y avoir accès. La confidentialité est mise à mal, car comme toute invention, il y a toujours des “méchants” pour les utiliser à des fins noires et obscures. Comme récupérer vos identifiants d’adresse mail et ainsi avoir accès à vos comptes bancaires etc..

000000030837

Mais après, peut être que nous seront aussi obligés d’avoir ces objets, par lesquels on peut contrôler ce que l’on fait, ce que l’on dit. La surveillance des peuples serait entre autre bien plus efficace. Mais comme nos informations personnelles rapportent de l’argent à ceux qui les possèdent, que nous sommes des consommateurs plus que potentiels, il va être difficile de lutter.

Pas de conclusion attive

téléchargement

Il ne faut pas non plus dramatiser les choses, mais les questions méritent d’être poser. Entre autre, si les objets connectés assurent une économie d’énergie, ainsi qu’une protection de nos données personnelles. Les concepteurs sont attendus au tournant. Il faut maintenant, en dehors de l’aspect geek, assumer un rôle clef de confiance et de responsabilités. Car les actes futurs sont à penser dès maintenant si l’on veut éviter de reproduire le même schéma que nos générations précédentes. A la rédaction on se pose la question depuis un moment, avons nous besoin d’un Comité National d’Ethique sur les Objets Connectés, ou sommes nous capable de pratique l’auto-mesure et une part de self-control ?

 

 sources : LeParisien – TourMag