Accueil / Multimédia / Hi/Fi - Son / Les enceintes connectées préfèrent les hommes aux femmes

Les enceintes connectées préfèrent les hommes aux femmes

enceintes connectées

Chez les possesseurs d’enceintes connectées, les femmes signaleraient plus souvent que les hommes des commandes vocales incomprises.

Cette conclusion vient d’une étude réalisée par YouGov sur un échantillon de 1000 Britanniques possédant une enceinte connectée. Deux-tiers des femmes (67%) disent ainsi que, parfois, leurs appareils n’arrivent pas à comprendre leurs requêtes.

Avec les enceintes connectées, les hommes sont mieux lotis

Chez les hommes, ce pourcentage baisse à 54%. Ils sont même 46% à dire que leurs enceintes échouent “rarement” (voire “jamais”) à bien fonctionner. Inversement, seules 32% des femmes ont un tel niveau de satisfaction.

Pourtant, ces dames s’adresseraient plus poliment à leurs enceintes connectées. Ainsi, 45% d’entre elles diraient toujours ou souvent “merci” et “s’il vous plaît”. Ces marques de courtoisies ne sont prononcées fréquemment que par 30% des propriétaires masculins.

Des intelligences artificielles biaisées ?

Ce décalage de l’expérience utilisateur entre un homme et une femme pourrait résulter d’un biais lors de l’entraînement des IA utilisées pour les assistants vocaux. Si les développeurs d’Alexa ou de Siri utilisent principalement des voix masculines pour entraîner leurs assistants, ces derniers auront du mal à reconnaître une voix féminine dans le futur. Les intelligences artificielles actuelles sont souvent accusées d’être biaisées.

Néanmoins, tout le monde n’adhère pas à cette théorie. Pour Delip Rao (fondateur et PDG de R7 Speech Sciences), le problème serait plus lié à la technologie en elle-même qu’au genre. Présentant des tonalités plus variées, les voix de femme donneraient du fil à retordre aux assistants vocaux des enceintes connectées, ces dernières ne distinguant que difficilement une commande.

Une solution ?

Toujours selon Rao, une solution consisterait à apprendre aux assistants vocaux à distinguer si la personne qui parle est un homme ou une femme. Malgré tout, cette approche crée de nouveaux problèmes, notamment une mauvaise prise en compte des personnes transgenres ou non-binaires. Les assistants vocaux des enceintes connectées pourraient facilement assigner à ces dernières le mauvais genre.

Rao préconise donc une analyse directe par les assistants vocaux des formes des ondes créées par une voix. De plus, les développeurs devraient utiliser une plus grande variété de voix dans leurs tests.

Sources & crédits Source : https://www.techradar.com/news/smart-speakers-understand-men-better-than-women-according-to-study - Crédit :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *