Accueil / CES 2019 / CES 2016 : des écouteurs connectés parfaits pour le sport !

CES 2016 : des écouteurs connectés parfaits pour le sport !

ces écouteurs connectés Jaybird

Vous en avez marre de vos vieilles oreillettes ? Les écouteurs connectés présentés au CES 2016 à Las Vegas pourraient vous séduire. Surtout si vous êtes sportifs.

Les casques bluetooh ont envahi les magasins high-tech. Pour les écouteurs connectés, cela ne fait que commencer. Certains de ces produits présentés au CES de Las Vegas dispose de fonctionnalités avancées. Vous n’imaginez pas tout ce dont ils sont capables !

JayBird Freedom, la légèreté de l’écoute

ces 2016 jaybird freedom

Jaybird est une marque bien placée dans la catégorie des écouteurs connectés. Elle profite du salon de Las Vegas pour proposer deux nouveaux modèles d’écouteurs, les Jaybird X3 et Freedom. Ces paires disposent d’une connexion Bluetooth. Ils sont conçus pour ne pas gêner l’utilisateur pendant l’effort.

Le premier des deux a une autonomie de 7 heures, parfaite pour de longues sessions de course ou de musculation. Le second, le Jaybird Freedom a une autonomie un peu plus faible de 4 heures. Mais son système anti-sueur et sa batterie extensible à 8 heures le rendent plus séduisant. Nous avons pu faire une démonstration de ce produit. Il est fin, léger et très agréable à porter.

jaybird freedom woman

Pour les deux modèles, il est possible d’ajouter son profil audio sur l’application dédiée pour ne pas se casser les tympans, et régler la qualité du son à sa convenance. En revanche, il faudra mettre le prix, le X3 sera vendu 149 dollars et le Freedom 199 dollars durant le deuxième trimestre 2016. Plusieurs coloris seront disponibles pour ce dernier : noir, rouge et argent, bleu et argent, blanc et or, ou blanc et or rose.

Mee X7 Plus, un concurrent un peu moins cher

ces Mee X7 Plus face

Le fabricant chinois Mee veut également briller sur le salon. Ce spécialiste des écouteurs connectés a ainsi dévoilé sa toute nouvelle gamme pour 2016. Un modèle a particulièrement retenu notre attention. Il s’agit du Mee X7 Plus, une paire Bluetooth discrète avec un cordon de sécurité pour ne pas la faire tomber.

Celui-ci résiste à la fois à l’eau et à la sueur, grâce à la technologie Liquipel, pour les gens au style de vie actif. Le constructeur met en avant la qualité sonore du X7Plus.  Fonctionnant en Bluetooth 4.1, il est capable de retranscrire des codecs audios haute résolution comme  les formats aPtx et AAC HD. L’autonomie atteint huit heures sans besoin d’une batterie externe, comme sur le Jaybird Freedom.

ces x plus 7 de pres

 Ce modèle est déjà en vente aux Etats-Unis, vous pouvez l’acheter pour 100 dollars. la paire sera livrée en noir avec une boite de rangement. Les premiers retours sur Amazon sont pour l’instant très positifs.

Altec Lansing Freedoom Earbuds, coupe le cordon

ces altec lansing ecouteurs connectés

La marque spécialisée dans les appareils sonores est arrivée avec une idée vraiment originale. Sa paire d’écouteurs connectés ne dispose pas de cordon de sécurité, comme sur les précédents exemples. Compliqué pour les conserver en place nous direz-vous. Les ingénieurs d’Altec Lansing ont imaginé un système proche de celui du concurrent Eerin. La paire d’écouteurs connectés est donc réellement sans-fil.

Le design particulièrement étrange permet de les garder en place sans les faire tomber. Ici, la batterie peut tenir jusqu’à 6 heures d’affilée et les deux Earbuds sont résistants à l’eau (grâce à la norme IPX7).

altec lancing freedom earbuds

 

Sans cordon, la perte de ces deux petits cubes semble aisée. Pas de panique, les concepteurs ont ajouté une fonction bien utile à l’application dédiée. Ils disposent d’un système de géolocalisation GPS qui permet leur recherche depuis son smartphone. Ils émettent alors des signaux sonores assez forts pour que les retrouviez. Attention, les Freedom Earbuds réagiront à 30 mètres de portée. Cela veut dire que vous pourrez écouter vos morceaux préférés à cette distance depuis la source d’écoute. Seul hic,ils sont un peu moches.

La paire d’écouteurs connectés d’Altec Lansing sortira au deuxième trimestre 2016 au prix de 149 dollars.

Phiaton BT 700 se la joue sur mesure

phiaton bt 700 ces

Dans la même veine, Phiaton présente sa paire, nommée joliment “BT 700”. Sous ce nom de robot se cache des oreillettes sans-fil au design attrayant, en tout cas bien plus que son concurrent ci-dessus. Ici, l’approche est un peu plus classique, à la manière de Mee, le fabricant chinois.

Dès le premier coup d’œil, la montée en gamme est évidente. Les matériaux nobles et les couleurs plus sobres donnent une impression de solidité. En revanche les Phiaton BT 700 ne sont pas aussi résistant à l’eau que les précédentes paires. La norme IPX4 indique qu’ils peuvent subirent seulement des éclaboussures.

Sur la fiche technique présentée par le constructeur, la qualité sonore est mise en avant avec la présence de codecs audios AAC HD et aPtx. Le son des appels vocaux serait également de très bonne qualité.

ces phiaton bt 700 fiche

Mais ce qui différencie cette paire de la concurrence, ce sont ses trois embouts interchangeables pour s’adapter au conduit auditif de la plupart des utilisateurs. Ils sont prévus afin de maximiser le confort et la tenue dans l’oreille.

Les grandes inconnues de cette présentation restent le prix et la date de sortie, on espère dans le courant 2016.

Skullcandy Ink’d Wireless, abordable et flexible

skullcandy ces

 

La célèbre marque de casque s’éloigne de ses classiques et renouvelle sa gamme d’écouteurs connectés avec le SkullCandy Ink’d Wireless. Il s’agit d’une itération d’un produit filaire modernisé. Le constructeur a bien raison le Ink’d fut un succès.

Axée sur le marché d’entrée de gamme, le fabricant californien propose une paire abordable et plutôt bien équipée. Elle fonctionne elle aussi en Bluetooth et arbore un collier flexible. Les commandes réparties en bas de ce tour de cou équilibrent le tout. De forme classique, les oreillettes risquent facilement de se retirer.

Au prix de 50 dollars, les Ink’d Wireless semble répondre à la tâche qu’on leur demande : écouter de la musique tout en faisant du sport, du skateboard par exemple.L’autonomie annoncée est de 6 heures, tandis qu’un microphone intégré vous permet de communiquer avec amis. Il faudra tout de même attendre l’été prochain pour se les procurer.

ces 2016 skullcandy

JBL et Under Armour s’associent pour écouter votre rythme cardiaque

ces jbl under armour

UA Headphones Wireless Heart Rate est une paire d’écouteurs connectés née du partenariat entre JBL, le spécialiste du son connecté, et Under Armour, l’équipementier sportif. Ces oreillettes sans fil sont reliées grâce à un cordon pour rester en place pendant vos séances sportives  et fonctionnent en Bluetooth.  Jusque là rien d’extraordinaire.

En fait, ce nouveau modèle s’inspire des Jabra Sport Pulse, une paire capable d’écouter et de retransmettre votre rythme cardiaque. Du coup, vous pouvez écouter votre musique pendant votre séance de sport et mesurer vos performances cardios, rien qu’en surveillant l’application Under Armour Connected Fitness. A noter qu’elle rassemble une communauté de 155 millions de personnes.

ces 2016 jbl under armour

Avec l’achat de cet appareil, le service premium MapMyFitness sera gratuit pendant 1 an. Il facilite le partage et l’analyse de 600 exercices. De quoi s’améliorer tout en écoutant de la bonne musique.

L’expertise JBL étant de la partie, on espère une grande qualité sonore. Pour l’autonomie, tablez sur cinq heures suivant les informations du constructeur. La technologie TwistLock assure le maintien de la paire, tandis que la mention Flexsoft correspond au confort d’utilisation. Les UA Headphones Wireless Heart Rate seront disponibles en février prochain au prix de 249 euros.

L’année 2016 sera sportive et en musique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La NASA a trouvé un iceberg parfaitement rectiligne La NASA a publié le 17 octobre, sur son compte Twitter, une photo plutôt surprenante : un iceberg aux lignes droites et rectiligne. Lorsqu’il s’est détaché de la banquise, l’iceberg s’est transformé en rectangle parfait. Pas commun. Des angles droits et une surface bien lisse. Les scientifiques de la NASA sur place, n’en sont pas revenus. Ils ont l’habitude de voir des icebergs tabulaires mais jamais de lignes aussi droite. L’effet wow ne s’est pas fait attendre, et très vite l’image postée par le compte NASA ICE a créé l’engouement. Iceberg carré L’homme n’y est pour rien pour une fois, la banquise a fait son travail, lorsqu’elle devient trop lourde un peu comme un ongle qui serait trop long, elle casse et forme ces icebergs. Rassurez-vous l’agence américaine n’était pas sur place pour organiser une immense chasse aux icebergs qui ressemble à des parallélépipèdes rectangles. Comme quoi le hasard fait parfois bien les choses. Objectif initial de la mission : recenser en image l’Antarctique afin de mieux comprendre comment le réchauffement climatique affecte la banquise et comment la glace évolue. C’est à quelques kilomètres de la barrière Larsen que cet iceberg étrangement parfait est apparu. Selon les scientifiques, il a sûrement dû se détacher de la banquise, appelé Larsen C. Bien sûr nous ne pouvons pas connaître exactement sa taille même si la scientifique spécialiste de la banquise Kelly Brunt pense qu’il doit au moins mesuré 1km de long. Elle ajoute qu’il ne faut pas oublier qu’il ne s’agit ici que de la partie immergée de l’iceberg. Ces belles lignes blanches et rectilignes ne représentent donc que 10% de l’iceberg. Mais au vu de tels angles droit, la césure avec la banquise a dû se faire très récemment. Des paysages qui nous fascinent Ce n’est pas la première fois que la NASA nous surprend et nous émerveille devant la beauté glacée de ces paysages figés. Un magnifique couché de soleil surplombant les montagnes givrées, un iceberg en forme de cœur ou encore une eau bleu profond. L’antarctique a tant de mystères et de choses à nous apprendre sur notre environnement, son esthétisme n’est qu’un bonus. Avantage qui permet bien souvent à l’agence américaine de faire la lumière sur le réchauffement climatique ou sur la situation alarmante de la banquise.