Accueil / Loisir / Drones / Drones : des systèmes innovants pour les neutraliser

Drones : des systèmes innovants pour les neutraliser

drones

La pratique du drone de loisir est de plus en plus répandue. Ces petits engins volants équipés de caméra font fureur auprès des particuliers. Du côté des fabricants on propose des appareils de plus en plus faciles à utiliser mais aussi de plus en plus évolués. Cependant, de nombreux incidents impliquant les drones sont recensés ces dernières années, notamment des survols de zones dites sensibles comme des sites nucléaires, des ambassades ou encore des bases militaires, entre autres. Des pratiques qui ont poussé les autorités françaises à réfléchir à des moyens de défense spécialement étudiés pour mettre hors d’état de nuire ces engins à priori inoffensifs mais qui, entre de mauvaises mains, pourraient devenir de véritables armes.

Ainsi, hier, vendredi 18 novembre, se sont déroulées sur la base aérienne de Villacoublay au sud-ouest de Paris, des démonstrations de systèmes de défense contre les drones. Organisées par le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) cet évènement a vu la présentation de trois systèmes différents, développés par des consortiums formés d’industriels, d’opérateurs et de laboratoires privés et publics. Ces trois programmes avaient été retenus et financés par le SGDN et l’Agence nationale de la recherche (ANR) suite à un appel à projets lancé en 2015. « Avec ces trois consortiums, ces trois projets, on fait la démonstration qu’il existe désormais des solutions techniques qui permettent de détecter, de brouiller les drones et de repérer les télé-pilotes à distance » indiquait le Secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale, Louis Gautier.

drones

Les drones considérés comme des menaces potentielles

C’est suite à plusieurs survols de centrales nucléaires en 2014 par des drones que ces petits engins ont commencé à être considérés comme une menace potentielle. Depuis, la pratique du vol de drone a fait l’objet de plusieurs dizaines de procédures d’enquêtes et même judiciaires. Les projets présentés sur la base aérienne sont capables de détecter, identifier et neutraliser des drones qui seraient considérés dangereux.

C’est le projet ANGELAS (ANalyse Globale et Évaluation des technologies et méthodes pour la Lutte Anti UAS), chapeauté par l’office national d’études et de recherches aérospatiales (Onéra) qui a été présenté le premier. Grâce à ces différents capteurs, ce système permet de détecter les drones, identifier l’engin à plusieurs kilomètres de distance puis le neutraliser avec des techniques de brouillage laser.

Puis vient la démonstration de BOREADES, un projet piloté par la société CS. BOREADES comprend un système radar ainsi que des moyens optroniques d’identification et de brouillage de la navigation et de la télécommande de l’engin volant.

drones

Un système de détection acoustique des drones

SPID (Signifiant Système de Protection Intégré anti Drones) était le troisième projet dévoilé. Ce système consiste en un ensemble de capteurs pouvant fonctionner de jour comme de nuit grâce à la détection sonore. Il peut suivre plusieurs drones simultanément et récupérer le flux vidéo de sa caméra. Il est aussi capable, tout  comme ses concurrents, de neutraliser l’engin.

Ces systèmes de contre-mesures ne seront toutefois pas commercialisés avant un an et demi voire deux ans. Il devient cependant urgent de déployer de tels systèmes de défense. Bien que la majorité des incidents causés par des drones sont dus à des maladresses, ils pourraient tout aussi bien être utilisés à des fins malveillantes comme un attentat par exemple. Il y aurait environ 400.000 drones actuellement en France et on estime à 100.000 le nombre de ces engins volants qui sont vendus tous les ans. Ils devraient prendre de plus en plus de place dans le futur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *