Des vêtements thérapeutiques en tissu robotique voient le jour

Une équipe de chercheurs de Harvard et Paulson a contribué à la mise au point d‘une innovation prometteuse dans le domaine médical. Ils ont repensé le concept de textile robotique et ont créé Smart Thermally Actuating Textiles (STATs), un robot souple à base de textile. Cependant, il se caractérise par le fait qu’aucune attache à une machine pour moduler l’air n’est nécessaire. 

Les dessous de ce nouveau robot

Les STATs sont nés de la collaboration de plusieurs départements universitaires. On y retrouve donc les départements d’ingénierie d’inspiration biologique, d’ingénierie et des sciences appliquées, et de chimie et biologie chimique de Harvard et Paulson.

Ces chercheurs ont mûrement réfléchi et étudié la conception de ce nouveau robot. C’est son adaptation aux températures qui est le secret de sa réussite. En effet, le fluide situé à l’intérieur du tissu  nommé Novec 7000 se vaporise une fois chauffé. Son volume va alors augmenter jusqu’à 100 fois pour modifier la forme du tissu. Lorsque sa température redescend, le tissu se dégonfle à cause de la condensation formant à nouveau un liquide.

Profitez de 2 To à vie de stockage en ligne avec pCloud

Une composition ingénieuse et prometteuse

Les créateurs de ce robot n’ont pas laissé de place au hasard en ce qui concerne les changements de température. C’est grâce à des fils argentés conducteurs électroniques que les STATs peuvent se passer d’une machine externe. Situés dans son matériau, les fils vont occuper le rôle d‘élément chauffant et capteur du tissu intelligent. C’est ainsi que les changements de pression et de température nécessaires auront lieu. Le Novec 7000 pourra donc passer de l’état liquide à vapeur et vice versa facilement et en toute autonomie.

Christophe Payne, le co-premier auteur de l’étude, explique:  » les STATs maintiennent leur pression de manière autonome même lorsqu’ils sont placés dans des environnements dans lesquels la température extérieure fluctue ». Les chercheurs s’évertuent à donner au robot le plus d’applications possibles pour ainsi concorder aux plus grands nombres de situations potentielles. Une pression sur une blessure ou un moyen d’éviter les escarres… Voilà deux exemples qui illustrent le champ d’action futur des STATs, et qui justifient l’espoir médical placé en eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *