Accueil / Loisir / Drones / Des dispositifs de sécurité supplémentaires pour les drones ?

Des dispositifs de sécurité supplémentaires pour les drones ?

Une sénatrice américaine veut sécuriser davantage la manière dont volent les drones de loisirs qu’elle juge dangereuse.

Il ne suffit pas toujours de traverser l’Atlantique pour trouver des gens avec une opinion différente. Preuve en est avec cette sénatrice américaine. Pour Dianne Goldman Berman Feinstein, un problème se pose dans l’absence de cadre juridique du vol de drones de loisirs au contraire des drones commerciaux, bien plus régulés. Ainsi, la dame propose une loi rendant obligatoires certaines technologies de sécurité comme un système de prévention des collisions. Jusque-là rien de bien choquant, mais ce n’est pas terminé. Comme les drones commerciaux, les drones civils pourraient être contraints de porter un émetteur indiquant leur position aux contrôleurs aériens. C’est déjà plus radical, mais encore compréhensible. Mais là où ça coince, c’est que le sénateur Feinstein aimerait interdire le vol de drones par des pilotes de moins de 17 ans.

190 incidents et des constructeurs mécontents

Consumer Drone Safety Act, c’est le nom de cette loi sur la sécurité des drones de loisirs fait suite à 190 incidents répartis sur 9 mois rapportés par la FAA (Federal Aviation Admistration) en 2014. Certaines vidéos font état de collision entre des avions de ligne et des drones. On se souvient que Enrique Iglesias s’est récemment coupé les doigts en essayant d’attraper un drone à main nue.

Encore une fois, le problème est pris à l’envers, car si les drones peuvent être dangereux, ils le sont souvent quand l’utilisation qu’on est fait n’est pas adaptée. Réguler oui, interdire non. Qui plus est, plusieurs constructeurs proposent des modèles miniatures destinés aux enfants, sans dangers particulier et fait pour leur tranche d’âge. Certaines entreprises n’ont pas manqué d’exprimer leur mécontentement pour une loi qui pourrait avoir des conséquences désastreuses pour elles. On pense notamment à l’entreprise 3DR.

Pour terminer dans la joie et la bonne humeur, cette loi pourrait également permettre à la FAA de réguler le vol de drones de loisir alors qu’elle n’avait de pouvoir que sur les vols commerciaux jusqu’à maintenant. Ça ne vous rappelle pas le projet de loi déposé par La Direction Générale de l’aviation civile ?

Source