Accueil / Internet des Objets / Demain, la ville enfin intelligente?

Demain, la ville enfin intelligente?

smart city 24h innovations

Texte de Jean-Christophe Bonis, futuriste et co-auteur de 24 heures d’innovations.

Parlons peu, parlons chiffres : à l’horizon 2050, une étude de l’ONU estime que 68 % de la population mondiale sera urbaine, contre 55 % aujourd’hui.

Encore plus frappant : cette densité de population ne se concentre que sur 1 % de la surface du globe, tout en étant responsable de 80 % des émissions de gaz à effet de serre. Bonjour les embouteillages d’ici 30 ans !

Les chiffres parlent donc d’eux-mêmes : il est urgent de rendre nos villes intelligentes.

smart city binoculars

Mais dis-moi Jamy, c’est quoi une smart city ?

Basiquement, c’est l’idée d’enregistrer et de traiter une quantité massive d’informations en temps réel sur la ville (état de la circulation, des transports, données sur l’énergie, les circuits d’eau ou la sécurité) pour en rendre la gestion plus efficace et en réduire les coûts.

Pour faire simple, il s’agit, par le biais de la technologie, de nous rendre plus belle la vie (en ville).

Cela semble encore difficile à appréhender ? Prenons quelques exemples concrets : Barcelone, ou Barna pour les intimes. Les objets connectés y sont partout dans l’espace public et le mobilier urbain. Des capteurs au sol, sur les emplacements de stationnement, permettent de connaître en temps réel le taux d’occupation. Fini l’enfer des parcmètres, vous pouvez réserver et payer via votre smartphone. Les résultats sont extrêmement concrets : une réduction des embouteillages dans le centre-ville (de quoi faire rêver les Parisiens) et une augmentation des revenus de stationnement de 36,5 millions d’euros en 2018. Il n’y a pas de petites économies, comme le disait l’oncle Picsou…

En parlant de souvenirs d’enfance, vous souvenez-vous des Mystérieuses Cités d’Or, ce dessin animé des années 80 (oui, j’ai atteint l’âge canonique) où le jeune héros Esteban s’embarquait sur un navire à la recherche de cités légendaires en Amérique du Sud ? C’était ma série préférée, mais surtout, cet exemple nous ramène à un leitmotiv de notre imaginaire collectif : la quête d’une cité idéale.

On pourrait télescoper ces deux idées et conclure que la ville idéale, la ville de demain sera la smart city, technologisée au maximum. Après tout, le traitement algorithmique des données promet de répondre à toutes les problématiques urbaines avec une efficacité redoutable. Et c’est le cas !

singapour marina bay smart city

Une smart city à double tranchant

Pour autant, je mettrais deux gouttes d’eau dans le vin, ici.

La première, c’est que tout est relatif. Un Canadien, un Russe ou un Brésilien n’ont pas, au quotidien, les mêmes enjeux, préoccupations et besoins, et par conséquent pas la même définition de ce qu’est une ville intelligente.

La seconde goutte d’eau, c’est qu’il existe des contre-exemples : Singapour, smart city modèle, mais réglée comme du papier à musique : la moindre incartade (comme être repéré en train de mâcher un chewing-gum en public) peut vous coûter cher. Très loin de l’idée que, personnellement, je me fais d’une ville idéale.

Fondamentalement, à mon sens, la ville intelligente de demain sera celle qui réduira la pollution, préservera l’environnement et gérera les ressources avec conscience. Il est indéniable que la technologie, notamment l’intelligence artificielle couplée à l’intelligence humaine, permettra cela.

Mais attention, la particularité de notre ère digitale est la quête permanente de l’efficacité maximale. Or, gardons à l’esprit le dicton populaire : le mieux est l’ennemi du bien. Une ville c’est aussi une fête, cela doit rester spontané, un peu bordélique parfois, bref, humain.

De plus, la ville 100 % rationalisée, “algorithmée”, n’est pas la seule réponse aux enjeux des mégapoles de demain – entre autres, toutes les formes de déconnexion et de détresse humaine…

Pour aller plus loin sur le sujet, retrouvez Jean-Christophe Bonis sur Linkedin. Et consultez d’autres articles sur les innovations qui nous impactent déjà.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *